Article 

PSG/Angers (4-0), les performances individuelles

Publié le samedi 5 octobre 2019 à 21:35 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-0 face à Angers dans un match en deux temps correspondant aux deux mi-temps. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Navas : Le match du portier costaricien s'est joué pratiquement en intégralité avant la pause, quand le SCO arrivait encore à atteindre la surface parisienne. Il s'est alors montré particulièrement présent et inspiré au cours de ce premier acte. Impeccable sur les centres, il gagne surtout un duel important après trois minutes de jeu seulement et signe une belle parade horizontale sur une frappe lointaine à 1-0. Il se loupe certes un peu sur une sortie face à Ninga juste avant la pause mais il avait largement fait son travail avant. 

Herrera : L'Espagnol a une nouvelle fois montré sa polyvalence et il a sorti une bonne prestation à un poste d'arrière droit auquel il avait parfois déjà dépanné dans son ancien club. Dans cette position où le PSG accumule les blessés, il va globalement très bien s'en sortir d'un point de vue défensif. S'il est un peu loin du centreur en début de partie et parfois à la limite sur certains duels, son placement aura la plupart du temps été adéquat, si ce n'est excellent. Offensivement, il va jouer comme un milieu de terrain tout en parvenant à faire vivre son couloir et à avoir un bel apport dans la circulation du ballon. C'est ainsi d'une de ses passes bien vues vers Sarabia que découle le premier but. Pour du dépannage, Herrera a même signé une prestation digne d'un titulaire.

Thiago Silva : Le capitaine parisien aura été l'un des rares défenseurs parisiens épargnés par les raids angevins de la première période, comme si les adversaires l'évitaient pour se concentrer sur les autres. Il existe donc surtout avec le ballon, se permettant des relances sympathiques qu'il va continuer à faire durant tout le match. Un peu plus sollicité après la pause, il est propre dans ses interventions la plupart du temps et contribue à cette solidité retrouvée. A noter que le capitaine a été très vocal durant tout le match, semblant même parfois énervé par l'attitude de ses partenaires qui ne lui convenait pas.

Kimpembe : Son premier enchaînement de matches depuis son retour de blessure a été compliqué et il est en difficulté durant toute la première demi-heure. Mal aligné d'entrée, il doit ensuite faire face à un Alioui fuyant qui le gêne dans ses déplacements, à l'image d'une percée de l'Angevin où le défenseur du PSG se loupe complètement sur son intervention. Bien que physique dès le début du match, c'est seulement sur la durée qu'il commence à réussir à faire parler sa puissance et il finit d'ailleurs bien la mi-temps. Il enchaîne ensuite et se montre très dominateur durant tout le second acte, à quelques rares exceptions. Il signe donc un match à l'image de celui de son équipe : d'abord mis en difficulté puis totalement à son aise et au-dessus de l'adversaire.

Bernat : Le petit arrière gauche a signé une partie d'un niveau technique superbe, se montrant au niveau de Neymar et Verratti dans sa zone ce qui n'est pas rien. Tranchant dans ses appels, il va souvent faire mal dans ses déplacements et prendre un nombre conséquent de fois la défense angevine à revers. Ce n'est d'ailleurs pas vraiment un hasard s'il se retrouve ainsi impliqué sur le troisième but parisien. Défensivement, il avait en revanche laissé passer pas mal de fois les Angevins dans son dos au cours du premier acte, ce que son entraîneur va compenser en plaçant Gueye de son côté après la pause. Cette sécurité va lui faire du bien et il signe un second acte de très bon niveau.

Diallo l'a remplacé côté gauche pour la fin de match et il s'est montré plus sage offensivement, forcément. Un choix qui peut interpeller, Kurzawa étant aussi disponible sur le banc...

Paredes : Relancé devant la défense après son match catastrophique contre Reims, il se montre à son avantage en tout début de partie, avec notamment une belle frappe d'entrée. Cela ne dure pas et il se met à peu à peu à se limiter dans son jeu de passes, se concentrant sur des petites transmissions autour de lui alors qu'il a largement mieux dans les jambes. Défensivement, il se bat dans les duels mais est d'une inutilité absolue dès que le ballon est un peu loin et c'est peu dire que les compensations de l'habituel titulaire Marquinhos ont manqué vu à quel point les Angevins arrivaient facilement jusque dans la défense parisienne. Heureusement pour lui, il monte en gamme en seconde période. Son activité défensive devient un peu plus conséquente puisqu'il ne se limite plus à des duels (d'où son traditionnel carton jaune) mais a aussi du volume dans les courses, une nouveauté pour lui. Avec le ballon, il va aussi se montrer plus intéressant, jouant enfin vers l'avant avec des prises de risques souvent payantes. Après avoir touché le fond, il a donc offert un bon rebond et sa meilleure mi-temps depuis des lustres avec le maillot du PSG. Ce n'est pas encore une prestation de titulaire en puissance mais au moins celle d'un joueur digne de figurer dans cet effectif.

Gueye : Placé comme milieu relayeur droit, le Sénégalais va sembler parfois éteint devant la relation liant les deux Espagnols Herrera et Sarabia autour de lui mais c'est finalement bien mal le connaître. Impliqué dans de nombreuses zones sur le terrain, c'est par exemple lui qui offre un ballon de but à Icardi et il se montre régulièrement tranchant dans ses passes en première période. Passé à gauche après la pause, il compense alors les courses offensives de Bernat et Neymar tout en parvenant à exister auprès du Brésilien. On le retrouve aussi buteur de près et récupérateur près de sa surface à l'issue d'une longue course. Comme toujours, il aura été un peu partout et su être efficace pratiquement dans tous les domaines, là où la plupart des joueurs dans ce registre finissent en général invisibles en tout.

Verratti : A gauche ou à droite, l'Italien aura encore une fois régalé et fait vivre le ballon comme peu savent le faire en Europe. Sur le flanc gauche, il est celui qui parvient à trouver Neymar ou Bernat pratiquement à chaque fois, déjouant tous les pressings et pièges tendus. Sur la droite après la pause, il va se montrer très fort dans le petit jeu et parvient à se connecter aussi bien avec Sarabia à côté de lui qu'avec Neymar plus loin. Chacune de ses prises de balle est un danger qui s'annoncer pour l'adversaire tant il est juste et fin dans le jeu. Défensivement, il n'aura pas été avare d'efforts et aura encore beaucoup taclé pour récupérer des ballons. C'est particulièrement après la pause qu'il va y parvenir, souffrant un peu de l'impact athlétique adverse avant la pause. Mais quel volume de jeu pour le petit milieu de terrain, tant avec que sans le ballon...

Sarabia : La semaine de l'Espagnol avait une odeur de dernière chance et c'est peu dire qu'il a su retourner la situation en sa faveur. Bien plus en confiance que précédemment, il signe un bon début de match en se positionnant dans le demi-espace côté droit et gêne les Angevins. Sa relation avec Herrera est positive et c'est logiquement ce duo qui crée le premier but en intégralité, Sarabia finissant le travail avec justesse. Très généreux dans ses courses et ses appels, c'est justement sur une action de ce type que Neymar le trouve sur le 2-0. Moins en vue par moments mais toujours intéressant quand il se met en mouvement, il est ainsi encore impliqué dans le troisième but avec une jolie reprise et une passe décisive chanceuse dans le deuxième temps. Un vrai bon match de sa part, avec cette capacité à être décisif vue à Séville qui ressort soudainement.

Di Maria l'a remplacé pour les derniers instants et il s'est peu mis en évidence, ne jouant pas spécialement bien quelques contres.

Neymar : S'il est encore bien loin de sa meilleure forme, le match du Brésilien a encore été très riche et il y a énormément à dire, notamment car il ne s'arrête jamais de tenter. Son début de match n'est d'ailleurs pas bon et il se perd dans sa gourmandise, les Angevins lui imposant des doubles lames assez physiques qui lui font perdre quantité de ballons ainsi que ses nerfs. Neymar s'énerve pour des micro fautes pas sifflées et semble parfois sorti de son match. C'est alors qu'on le pense en train de perdre le fil qu'il claque la passe parfaite qui initie le 2-0, faisant ressortir le bon côté de son génie... Que cela soit à gauche ou en pointe comme en fin de match, il ne s'arrêtera finalement jamais de provoquer et de créer. Il va ainsi passer quelques dribbles de génie et va défier pas moins de trois fois Butelle sans succès avant d'enfin parvenir à le tromper. Du Neymar pur jus à l'heure de faire les comptes, avec du déchet, quelques actions de génie et un but pour la route histoire de rappeler à la L1 qu'il est toujours son joueur le plus décisif.

Icardi : L'Argentin est lui aussi bien loin de sa meilleure forme et il a livré une partie dans la lignée de sa sortie à Galatasaray. Son manque de mobilité se fait forcément ressentir, ses appels étant par exemple rares comme certains de ses coéquipiers lui ont fait remarquer, et il disparaît parfois pendant de très longues périodes. Avec deux occasions, il va malgré tout marquer un but d'une frappe précise et bien placée, son échec initial rappelant d'ailleurs fortement sa forme incertaine avec sa grande carcasse qu'il peine encore à déplacer. Il est aussi bien impliqué sur le 3-0 d'un bon décalage vers Bernat. A noter quelques courses défensives pour presser, ce qui est appréciable et à souligner vu ses manques du moment.

Choupo-Moting l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et il est entré côté gauche. Le Camerounais va d'abord se montrer assez maladroit techniquement avant de donner une passe décisive dans le bon timing à Neymar.

Match lié 


News 

mercredi 23 octobre

mardi 22 octobre

lundi 21 octobre

dimanche 20 octobre

samedi 19 octobre

vendredi 18 octobre

jeudi 17 octobre

mercredi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux