Article 

PSG/Angers, ou Emery face au piège du petit

Publié le mercredi 30 novembre 2016 à 20:30 par Philippe Goguet
A l'issue d'une semaine qu'il a menée de main de maître avec les déplacements réussis à Londres et à Lyon, Unai Emery a vu son statut à Paris s'établir de façon formelle. Pour autant, c'est possiblement la confirmation de ces deux succès de prestige qui pourrait être la plus compliquée pour l'entraîneur parisien.

Une semaine en or

Depuis son arrivée à Paris il y a maintenant cinq mois, Unai Emery a connu des hauts et des bas mais la semaine écoulée a probablement été celle de toutes les réussites pour lui. Paris s'est tout d'abord idéalement positionné pour finir premier de sa poule en Ligue des Champions avec un très bon nul à Arsenal (2-2) avant d'aller gagner 2-1 à Lyon dans un match toujours attendu. Recruté pour faire passer un pallier à l'équipe parisienne dans les gros matches, le technicien a parfaitement répondu à sa tâche et réalisé un sans-faute.

Les deux rencontres se ressemblent d'ailleurs fortement et confirment les points forts d'Emery dans les matches au couteau, lui dont le match aller face à Arsenal lui avait permis d'éteindre le début d'incendie généré par le mauvais enchaînement Monaco (1-3)/Saint-Etienne (1-1) en début de saison. Sur la semaine écoulée, on rentrouve les marqueurs forts du technicien Emery : plan de jeu parfaitement préparé et exécuté avec des premières mi-temps ultra dominées, adaptation tactique avant et en cours de rencontre et changements bien vus qui influent directement sur le résultat final, lui aussi positif.

Toulouse, la vraie tâche du parcours

A l'issue de ces deux rencontres, la situation d'Unai Emery, ou plus exactement le regard que certains observateurs lui portent, a tout de même radicalement évolué et le coach basque est soudainement bien plus respecté. Face à deux modèles du football français, Arsène Wenger et l'OL, il a montré toute sa compétence et pourquoi le PSG est allé le chercher. Son équipe a gagné, séduit, et répondu aux attentes des supporters autant que du grand public avec un zeste de suspense que le club parisien n'a pas souvent eu l'habitude d'offrir, particulièrement en Ligue 1.

Paris n'a plus perdu depuis le 23 septembre à Toulouse (0-2) mais il a pourtant fallu attendre ces deux résultats significatifs pour enfin entendre parler (ou plutôt acter) l'idée d'un réel mieux du côté parisien et de la mise en application des idées du Basque. Deux mois, onze matches, neuf victoires pour seulement deux nuls ont enfin permis de faire oublier le naufrage du Stadium, une défaite qui avait marqué les esprits de par son ampleur, Paris ayant été à la fois très nerveux sur le terrain, médiocre dans le jeu, dépassé dans l'engagement et mis à mal tactiquement.

Les petits, dernier syndrome de l'ère Blanc ?

Bien évidemment, si le PSG a peiné à faire oublier ce match, c'est également en raison des suivants. Paris n'a pas toujours été brillant dans sa série de rencontres sans défaite et ce sont souvent des petits clubs qui ont posé problème aux Parisiens. Le bus d'un OM pourtant guère talentueux avait par exemple résisté au Parc des Princes, concédant finalement assez peu d'occasions, tandis que le pitoyable FC Nantes de René Girard avait longtemps fait trembler les Parisiens, ceux-ci se mettant à l'abri à la dernière minute grâce à l'entrée providentielle de Javier Pastore. 

Aujourd'hui, le PSG d'Emery a réussi à répondre aux doutes face aux gros clubs et c'est désormais face aux petits qu'il est attendu. Alors que la cote de son entraîneur n'a jamais été aussi haute, trébucher contre un club comme Angers, balayé l'an passé au Parc (5-1), ferait tâche. Surtout, une désillusion ferait ressortir les caractéristiques du PSG de son prédécesseur, véritable machine à broyer les équipes françaises de moyenne et bas de gamme. Et si Emery sera avant tout jugé sur son parcours en Ligue des Champions, être dominant en Ligue 1 lui permettra également de s'affranchir de l'ombre de ses prédécesseurs, qu'ils s'appellent Laurent Blanc ou Zlatan Ibrahimovic.

Match lié 


News 

jeudi 25 avril

mercredi 24 avril

mardi 23 avril

lundi 22 avril

dimanche 21 avril

samedi 20 avril

vendredi 19 avril

jeudi 18 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux