Article 

PSG/Dijon (4-0), les performances individuelles

Publié le dimanche 19 mai 2019 à 2:08 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-0 face à Dijon dans une rencontre à sens unique pour clôturer la saison au Parc des Princes. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Areola : Le gardien parisien a eu en tout et pour tout trois arrêts à faire : une tentative puissante avant la pause bien déviée en corner, une frappe à ras de terre en milieu de seconde période repoussée dans l'urgence puis une tête vicieuse au second poteau de Lautoa. Les trois arrêts ont été faits, bien que largement à sa portée, et il n'y a pas grand chose d'autre à ajouter sur son match.

Meunier : De retour après plus d'un mois d'absence, le Belge avait visiblement des fournis dans les jambes vu le match qu'il a fourni. Avec un jus pas permis, il a fortement pesé sur le début de partie et tient un rôle majeur sur le deuxième but parisien avec une énorme percée conclue d'un bon décalage pour Di Maria. Presque passeur décisif sur son très bon centre au second poteau pour Mbe Soh qui va trouver le poteau, le Belge va très légèrement baisser de rythme après la demi-heure de jeu mais il repart fort après la pause et est l'un des rares à continuer à jouer sur le même rythme, ses partenaires le sollicitant encore et toujours dans son couloir droit. Défensivement, il a certes été averti mais a globalement été plutôt bon avec pas mal d'interventions bien senties. Si le PSG voulait que Meunier se mette en avant avant un possible départ, c'est très réussi. Dagba l'a remplacé pour le dernier quart d'heure, le temps de se montrer offensif sur son flanc droit.

Mbe Soh : Le nouveau jeune de la fin de saison était une nouvelle fois titulaire, dans l'axe droit comme à Angers, mais avec un nouveau partenaire nommé Kehrer. Sa prestation du soir aura finalement été dans la lignée de sa première, donc dans l'ensemble très positive, et ce sont la simplicité et l'efficacité qui ont encore caractérisé la performance du jeune parisien. Parfois un peu dominé dans les duels par les grands gabarits adverses en début de partie, il va monter en gamme peu à peu et imposer sa puissance sur la durée. Bien sûr, il va parfois un peu souffrir, sortir de sa défense à contre-temps ou encore prendre parfois des décisions inadéquates dans des zones importantes mais l'impression générale reste bonne.

Kehrer : Un mois après son dernier match contre Monaco, c'est comme défenseur central gauche que l'Allemand a retrouvé les terrains et cette longue pause lui a visiblement fait le plus grand bien vu son très gros match du soir. Très vite responsabilisé par ses partenaires et clairement désigné comme le patron de la défense en l'absence des habituels tauliers, Kherer va totalement assumer ce rôle et montrer de belles choses. Régulièrement présent dans les situations d'urgence, il va aussi faire parler ses points forts habituels, notamment sa grosse présence aérienne alors qu'il y avait de beaux gabarits en face. Présent et incisif de bout en bout, parfois même tranchant dans la relance par dessus le marché, il aura signé ce qui est probablement son meilleur match depuis des mois.

Kurzawa : L'un des grands perdants des derniers mois retrouvait le onze de départ et, comme Meunier sur l'autre aile, il avait visiblement des choses à prouver. Vite dans le ton du match, il se montre d'entrée sur son aile et, après plusieurs tentatives mal payées, il est excellent sur le troisième but avec un centre que Cavani aurait dû convertir. Toute sa première période est de bonne tenue mais il va baisser de régime après la pause, comme toute son équipe, et s'offre aussi quelques erreurs d'inattention ou des duels mal maîtrisés. Un bon match malgré tout. Nkunku l'a remplacé pour les dernières secondes.

Paredes : De nouveau placé en sentinelle comme en seconde période à Angers, il va confirmer qu'il est visiblement bien plus à l'aise à ce poste dès le début du match en étant à la fois une première rampe de lancement propre et un rempart défensif assez efficace, en tout cas plus protecteur que d'habitude pour sa défense. Dans ses orientations, c'est souvent quand il allonge le jeu vers les côtés qu'il est le plus intéressant, même s'il faut aussi noter son impeccable et très juste passe décisive sur le quatrième but parisien. Sa seconde période est pourtant moins aboutie que la première mais ce geste aura réhaussé son match, déjà de bonne tenue, et dessine un léger regain le concernant.

DAni Alves : Milieu relayeur droit plus défensif que son pendant Draxler, le Brésilien va effecttivement surtout se caractériser par son impact fort à la récupération. C'est par exemple lui qui lance l'action du 2-0 en gagnant un duel et son goût pour le combat ne va jamais se démentir tout au long du match. Par moment, il semble même parfois être le seul milieu parisien à défendre tant il est présent dans les duels et ce côté accrocheur voire bagarreur va se voir jusqu'au bout. Avec le ballon, il aura été un peu irrégulier, capable de donner des ballons très propres, d'enchaînements techniques insoupçonnés comme de ratés à l'image de cette passe trop longue pour Mbappé qui partait au but. Il se rattrapera en lui offrant la dernière occasion d'un match qu'il a traversé comme celui d'un patron du milieu de terrain.

Draxler : Milieu relayeur gauche, l'Allemand aura été le baromètre du PSG en ce soir de célébration puisque sa première période est étincelante et sa seconde marquée par un gros déchet et une tendance à vouloir perpétuellement servir Mbappé qui sera finalement néfaste pour tous. Son premier acte aura auparavant été de haute tenue et il est juste dès le 1-0 en décalant Di Maria. Brillant quand il joue en une touche de balle et avec un peu d'espace devant lui, il se glisse alors dans les espaces entre les lignes de façon admirable et en récolte les fruits. Tranchant pratiquement à chaque touche de balle, il aura largement participé à découper la défense adverse. Comme tous ses partenaires, il aura bien ralenti le rythme par la suite mais avait fait le travail en amont.

Di Maria : En 4 minutes et deux coups de patte, l'Argentin buteur puis passeur avait déjà fait basculer le match en faveur des Parisiens. Aligné sur l'aile droite, il se montre fuyant au possible et donc très dur à défendre mais son volume de jeu du soir le place dans un rôle plus en percussion et moins en création que lorsqu'il évolue habituellement sur cette aile. C'est après la pause qu'il revient dans son registre habituel mais il a alors du déchet dans un match désormais joué au relanti. Diaby l'a remplacé pour la fin de match et a tenté de jouer collectif, à l'exception d'une belle percée mal conclue.

Mbappé : Après trois semaines sans jouer et dans un rôle d'ailier gauche qu'il fréquente assez peu à Paris, il va logiquement avoir du mal à rentrer dans son match et, s'il fait vite mal sur ses accélérations, il est alors régulièrement gêné dans la surface par des interventions douteuses. Les sensations reviennent peu à peu, à l'image de son incroyable enchaînement qui finit sur la barre, et il redevient assez rapidement l'attaquant inarrêtable qu'il est pour le commun des mortels. Il initie en décalant Kurzawa puis conclut en renard le but du 3-0 et le tout pour Kylian commence peu après. Ses partenaires le cherchent un peu trop après la pause, tantôt maladroits, tantôt mal inspirés, et il marque certes un très joli but d'un piqué parfaitement exécuté mais l'impression d'un léger gâchis est dure à enlever. A l'image de son match complètement fou contre Lyon en octobre dernier, Mbappé a mis un doublé mais aurait pu marquer encore bien plus avec un peu d'application. Avant la dernière journée, il n'est toutefois plus très loin de Messi pour le Soulier d'Or.

Cavani : Le nouveau papa et chouchou du Parc des Princes a vécu une soirée comme il les aime puisqu'il a marqué. Après trois mois sans but, il est bien présent d'entrée dans la surface pour claquer une tête imparable et son match était déjà pratiquement réussi, même s'il ne faut pas oublier sa participation au premier but. Pour le reste et devant un public acquis à sa cause qui lui a transmis tout son amour, il va se montrer égal à lui-même donc particulièrement généreux défensivement et assez peu utile dans la construction même si l'envie des Parisiens de faire marquer absolument Mbappé après la pause l'a desservi. Il avait eu sa chance en première période avec plusieurs très bons centres qu'il n'avait su convertir en buts. Le public lui a visiblement largement pardonné vu les nombreux chants à sa gloire.

Match lié 


News 

vendredi 20 septembre

jeudi 19 septembre

mercredi 18 septembre

mardi 17 septembre

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux