Article 

PSG/Dijon (8-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 2:48 par Iaro
Le PSG s'est imposé 8-0 face à Dijon à l'issue d'un festival offensif de la part de l'équipe d'Unai Emery. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens.

Areola : face à des Dijonnais vite résignés, le dernier rempart du PSG n'a pas beaucoup eu à s'employer pour garder sa cage inviolée. Il n'a pris aucun risque sur la seule frappe cadrée des locaux, repoussée en corner, et il est bien sorti par deux fois en seconde période, par une fois pour boxer sur corner et en fin de match sur un contre adverse hors de sa surface. Pour le reste, RAS et le temps a parfois dû lui sembler long.

Meunier : le Belge n'a pas vraiment su profiter du festival offensif des siens, et il a eu énormément de mal à exister dans le dernier quart du terrain adverses. Il a eu le mérite de répéter les efforts et de fatiguer les Dijonnais dans la largeur, mais il a été absent des bons coups de siens. Défensivement, il a connu quelques soucis pour apprécier certaines balles aériennes et, a contrario, il a signé plusieurs retours très autoritaires sur des embryons de contres adverses.

Thiago Silva : un match globalement maitrisé pour le capitaine, de retour dans le onze de départ. Solide au poste et vigilant tout du long, il a fait le métier. Si on veut être tatillon, on peut citer parfois un trop peu de facilité sur certaines relances courtes, un jeu long moins bon qu'à l'accoutumée. Rien de grave pour autant et on retiendra surtout son placement toujours d'une très grande qualité pour contrarier les rares offensives adverses.

Kimpembe : lui aussi a parfois succombé à un tantinet de facilité, avec parfois la tentation de s'enflammer, sur des passes ou des conservations de balle. Mais là encore, il faut souligner un match très réussi, dans un registre très dur sur l'homme, au cours duquel ses dépassements de fonction ont contribué à fatiguer l'adversaire. A signaler une très bonne frappe des vingt mètres suite à une montée, repoussée par Reynet.

Berchiche : le jeu parisien a (un peu) penché à gauche contre Dijon, et l'Espagnol a su en profiter en ponctuant ses montées de centres réussis, qui ont amené le danger dans une défense adverse aux abois et coupable d'erreurs parfois grotesques. Ses tentatives ont ainsi mis la défense sous pression sur les cinquième et dernier buts. Pour le reste, il s'est employé à faire des choses simples et sans fioritures.

Lo Celso : son excellent début de match a contribué à mettre le PSG dans le bon sens. Il sert bien Di Maria en première intention sur le premier but, avant de gratter un ballon important pour le but du break, sur lequel il a l'intelligence de laisser le ballon passer entre ses jambes ensuite. Excellent dans l'orientation et à la récupération, il doit maintenant progresser dans la consistance, car il a encore tendance à être moins visible par intermittences, en dépit de son énorme total de ballons disputés (117 en 78 minutes). Rabiot l'a remplacé en sentinelle pour 10 grosses minutes.

Verratti : "Bambino" a été dans le ton de ses derniers matchs, très bon dans l'orientation, courte comme mi-longue et bien en jambes tout du long. Sa connexion avec Lo Celso prend de l'épaisseur de match en match et il a réduit le déchet dans son jeu au quasi-néant. A signaler une perte de balle sur une conservation trop osée dans la surface en première période, sans conséquence. Nkunku a pris sa place pour 30 minutes : il a joué simple et a parfois poussé ses actions jusqu'à la surface adverse, comme sur sa tête bien appuyée dans les toutes dernières minutes, claquée par Reynet.

Draxler : une soirée quelque peu paradoxale pour l'Allemand, appliqué et impliqué dans le jeu mais absent des buts parisiens. Son trio au milieu avec Verratti et Lo Celso a étouffé l'entre-jeu adverse tout du long, jusqu'aux dernières minutes, en dépit de la victoire acquise très tôt. Dans une soirée où ses partenaires offensifs ont parfois époustouflé, on aurait aimé le voir prendre davantage de risques, dont il est capable de par sa technique.

Di Maria : l'Argentin démarre 2018 très fort, et ça se confirme de match en match. Exceptionnel sur le premier but avec une frappe d'extraterrestre dans la lucarne opposée de Reynet, il a doublé la mise dans le but vide peu après. Entre autre gestes exceptionnels en ce match de gala, citons aussi son superbe centre du droit sur la tête de Cavani pour le 3-0. Très entreprenant en première période, il s'est éteint après le repos et a été remplacé par Mbappé, venu participer à la fête en inscrivant le 7ème but après un appel supersonique, terminé côté gauche.

Neymar : passons rapidement sur les 42 premières minutes un brin ratées et agaçantes du Brésilien, qui a perdu beaucoup de ballons alors qu'il était souvent marqué à deux par les visiteurs. Son génial coup-franc a débloqué son match pour le 4-0, et la suite a été une symphonie. Virevoltant avec le cuir, d'un sang-froid monstrueux face aux cages, il a inscrit son premier quadruplé en France, sans passer la case triplé, et il a délivré deux passes décisives (bien que la première, sur le but du 2-0 pour Di Maria ressemblait davantage à un tir) pour parachever son oeuvre. On retiendra, notamment, sa remontée de balle, toute en technique et en physique, sur plus de quarante mètres, sur le 6-0. Quelques idiots ont jugé bon de le siffler quand il a pris la balle sur le pénalty du 8-0, la seule ombre au tableau du soir.

Cavani : l'Uruguayen a égalé le record d'Ibrahimovic d'une bonne tête pour le troisième but parisien, certes face à une opposition vite résignée. Précieux sur corners défensifs pour repousser de la tête, gage de sa générosité habituelle, il faut en revanche signaler ses difficultés dans le jeu, dans la continuité de son match à Nantes, avec pas mal de passes ratées et quelques mauvais choix dans les derniers mètres, qui l'ont privé du leadership en solitaire à la tête des meilleurs buteurs de l'histoire du PSG. Mais ça n'est que partie remise.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 20 octobre

vendredi 19 octobre

jeudi 18 octobre

mercredi 17 octobre

mardi 16 octobre

lundi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux