Article 

PSG/Manchester United (1-3), les performances individuelles

Publié le jeudi 7 mars 2019 à 4:45 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 3-1 à domicile dans un match que les Parisiens avaient pourtant tout pour gagner avant de se plomber tous seuls. Retour sur les performances des joueurs, au cas par cas.

Buffon : Préféré à Areola malgré la rumeur de l'après-midi, le portier italien va vivre l'un des matches les plus frustrants de sa carrière en plus de commettre l'une de ses plus grosses erreurs. Pas spécialement vif mais dur à blâmer sur l'ouverture du score, il est en revanche largement coupable sur le but du 2-1 qui fait plonger le PSG en lisant mal la trajectoire de la frappe de Rashford avant de rater son intervention. Il est aussi trop court sur le penalty et a eu du mal dans son jeu au pied à plusieurs reprises. Recrutée pour apporter son expérience dans les matches européens de ce type, la légende italienne aura finalement été un fardeau terrible pour son équipe.

Kehrer : Le Parisien le moins expérimenté n'aura pas mis bien longtemps à se montrer dépassé par l'événement puisqu'il offre l'ouverture du score pratiquement sur un plateau à Lukaku, prêt à bondir. Il enchaîne avec une nouvelle erreur dans la foulée et, alors qu'il semble vaguement aller mieux, il commet une énorme erreur qui ouvre le chemin du but à Rashford, son adversaire direct la plupart du temps. Sa mi-temps est donc complètement ratée mais il se reprend légèrement après la pause, réussissant quelques bonnes choses. Paredes le remplace pour la fin de match, entrant au milieu du terrain. L'Argentin a fait un peu de bien dans la tenue du ballon mais il est averti pour un tacle encore très douteux.

Thiago Silva : Surpris comme ses partenaires sur le premier but mancunien où il voit Lukaku partir dans son dos et tente de le rattraper comme il peut, il est ensuite bien facile sur les longs ballons impossibles à exploiter qu'envoient les Anglais. Dur de lui reprocher également le second but encaissé même si Lukaku anticipe encore une fois bien mieux que lui la situation et conclut donc sans trembler. Pour le reste, il n'est pratiquement jamais sollicité et aura réalisé quelques passes longues intéressantes mais, comme la plupart de ses partenaires, il semble avoir subi l'événement sans ne rien pouvoir y changer. 

Kimpembe : Stoppeur gauche, le jeune Français se met en évidence dans les premiers instants du match en étant solide et plutôt tranchant balle au pied. Alors que Lukaku vient le défier, il le domine d'entrée dans un gros duel et MU va d'ailleurs surtout attaquer sur l'autre aile, ciblant le fébrile Kehrer plutôt que lui. Dans cette partie où il n'a donc pas eu grand-chose à faire au final, le héros du match aller est aussi celui qui précipite son équipe au retour puisque c'est sa main bien décollée du corps qui déclenche le penalty de l'élimination.

Dani Alves : Le Brésilien avait un gros rôle à assumer avec tout le côté droit à animer et il y parvient plutôt bien en début de rencontre, son placement gênant les Mancuniens. Il est aussi à la base de l'égalisation parisienne en servant Mbappé mais cela ne va guère durer. Son attitude très agressive se perd peu à peu tandis que sa justesse dans le jeu s'envole littéralement au fur et à mesure de la mi-temps. Il ne fait pas mieux après la pause mais connaît en revanche un bon moment quand il passe un cran plus haut, devenant plus axial. Il retrouve de la précision dans ses passes et offre notamment une balle de but à Mbappé. Il finit en revanche bien mal, à l'image de sa perte de balle très évitable dans le camp adverse qui lance le contre et aboutit à la frappe létale de Dalot. Cavani l'a remplacé dans les dernières secondes pour tenter d'égaliser. Il a ensuite passé de longues minutes à relever ses coéquipiers abattus.

Bernat : Très offensif d'entrée, le latéral parisien est dans de nombreux bons coups et ses appels comme ses centres font de grosses différences sur le flanc gauche de l'attaque. Après avoir été tout près de faire marquer Mbappé, c'est lui qui conclut de près le centre intelligent du Français et il frôle même le doublé, gâchant légèrement une cartouche en très belle position. Il disparaît toutefois un peu après un bon début et aura été un bon indicateur de la performance générale du PSG. Peu en vue après la pause, il réussit un gros retour à la 67e et a 10 très bonnes minutes avant le temps additionnel avec notamment une nouvelle frappe sur le poteau. Cela ne suffira pas mais il est l'un des rares auxquels il est dur de reprocher quoi que ce soit.

Marquinhos : Le patron d'Old Trafford n'était pas dans un jour aussi brillant sur la pelouse du Parc des Princes et cela s'est vu. Il a certes bien été présent pour couper des contres quand c'était possible, mais ceux-ci étaient bien rares, et il n'a jamais fui dans les duels. Avec le ballon, il a en revanche eu bien du mal à peser ou même à trouver la moindre solution. Celui qui avait pris l'habitude d'apporter au jeu parisien n'a eu strictement aucun impact de par son utilisation trop simpliste du ballon, regardant Verratti et les autres faire plus qu'autre chose. Il finit en défense centrale, sans spécialement se faire remarquer. 

Verratti : D'abord placé très à gauche du milieu de terrain, l'Italien se recentre bien vite pour organiser le jeu parisien malgré le très teigneux McTominay assigné à sa surveillance et accroché à ses basques. Bien que le milieu parisien va avoir un certain impact, il va aussi être loin de son niveau de précision habituel, perdant bien plus de ballons qu'il en a l'habitude tout en se montrant moins génial dans ses passes. S'il va globalement se montrer solide à la récupération et avoir une grosse activité en général, ses vingt dernières minutes sont très pénibles, le petit Hibou apparaissant complètement cuit.

Draxler : Dans un rôle un peu bâtard sur le demi-espace droit, l'Allemand ne va jamais vraiment rentrer dans son match et le traverser de façon tout à fait facultative. S'il est relativement propre dans ses prises de balles et passes, il ne crée aucun décalage et il ne pèse donc pratiquement jamais sur le jeu. Il est par exemple introuvable dans la surface adverse alors que le PSG manque cruellement de présence dans ce secteur. Il tente bien de faire bouger les choses après la pause mais n'y parvient que très modérément avant de se blesser tout seul. Meunier l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et il s'est vite mis en action sur son aile droite, apportant des courses qui ont fait du bien. Pour la précision, il faudra en revanche repasser. 

Di Maria : Aligné côté gauche, le gaucher signe un très bon début de match et fait toujours aussi mal à son ancienne équipe. Des courses qui déstabilisent, des passes bien vues, une tentative lointaine qui passe au ras du ptoeau, il tente alors beaucoup et anime le jeu parisien. Peu à peu, il va se faire de plus en plus discret et se perd même complètement. Même s'il est l'un des rares à tenter, il va perdre en précision et en influence au fur et à mesure que le match avance. Sa fin de partie est globalement très pénible, ses centres et coups de pied arrêtés étant tous ratés. Comme le PSG, il s'est perdu en chemin après une bonne première demi-heure.

Mbappé : Très attendu après ses exploits de l'aller, il ne faut pas bien longtemps pour se mettre en évidence et il fait un très bon début de match, présent dans tous les secteurs de jeu. Centres et remises sont au rendez-vous et il délivre une passe décisive parfaite à Bernat pour égaliser. Problème, le déchet apparaît peu à peu, d'abord par moment puis de façon de plus en plus visible. Et alors qu'il a longtemps semblé être le seul capable de marquer, il se loupe complètement sur la seconde période, gâchant la balle du break à quelques minutes de la fin alors qu'il avait été placé en position idéale. Comme Paris, il n'aura pas tenu le choc sur la durée.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 25 mai

vendredi 24 mai

jeudi 23 mai

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux