Article 

PSG/Monaco (4-0), les performances individuelles

Publié le samedi 4 août 2018 à 18:31 par Philippe Goguet
Le PSG a largement dominé l'AS Monaco à l'occasion du Trophée des Champions. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Buffon : Pour sa première sortie officielle dans les buts parisiens et avec le n°1 dans le dos, le portier italien a passé une première mi-temps pour le moins tranquille, Monaco ne le sollicitant pas du tout puisque les tentatives adverses étaient hors-cadre. Sa seconde période est plus animée et il se montre impeccable sur des tentatives puissantes mais bien souvent sur lui, donc faciles à gérer pour un gardien de sa trempe. Au pied, il a assuré.

Dagba : Titulaire attendu après des matches amicaux solides, le jeune latéral droit a très largement réussi sa première en match officiel. Logiquement un peu timide en début de match où il s'est concentré sur ses tâches défensives et est resté simple avec le ballon, il va peu à peu prendre ses aises et monter en gamme. Si Monaco l'a bien challengé défensivement, les attaquants aimant dézoner pour aller le défier, il s'en est bien sorti la plupart du temps et a surtout affiché des qualités offensives peu vues jusque-là. Tranchant et plein d'initiative, il a fait mal sur son aile droite balle au pied. Certains lui reprocheront d'avoir parfois tiré plutôt que centré en bonne position dans la surface mais c'est le jeune joueur qui avait su se mettre en position d'être décisif auparavant...

Rimane : Aligné en défense centrale avec Thiago Silva, le grand frère de l'équipe réserve a livré un match aux deux visages. Défensivement, il a été le joueur parisien le plus en difficulté. Son placement a plusieurs fois laissé à désirer, il s'est régulièrement retrouvé hors de position et a souffert dans les duels, notamment face à la vitesse adverse. A l'opposé, il aura régulièrement apporté dans la relance, poussant ses actions balle au pied ou tentant des passes vers l'avant loin d'être évidentes. Ses prises de risques ont souvent payé et c'est par exemple lui qui décale parfaitement N'Soki côté gauche sur le 3-0. Bref, rien de spécialement nouveau pour ceux qui le connaissent depuis longtemps : Rimane est bien plus à l'aise comme milieu défensif qu'en défense centrale de par ses qualités.

Thiago Silva : Directement de retour dans le onze de départ, le capitaine a également retrouvé un côté du terrain, l'axe gauche, où il n'avait pas joué depuis sa fin de saison avec Paris. Pas de soucis pour lui, toujours aussi impeccable et précieux. Auteur de plusieurs sauvetages et interventions salvatrices, il a régulièrement rattrapé les erreurs de ses partenaires pas habitués à évoluer à ce niveau-là. A son déchet, il faut seulement noter un duel perdu face à Jovetic sur un long ballon qu'il lit mal. Dans la relance, il a été simple et efficace. Remplacé par Bernède pour le dernier quart d'heure, l'entrant a encore joué devant la défense et il a été plein de vie à une période du match où les acteurs attendaient surtout la fin.

N'Soki : Aligné à un poste d'arrière gauche où ses prestations de référence sont rares même chez les jeunes, le gaucher de 19 ans a réussi une grosse performance et ses deux passes décisives ne montrent qu'un partie de sa performance. Défensivement, il a été solide dans les duels même si Grandsir a su s'échapper à deux reprises dans son dos, un des axes sur lesquels il doit travailler. Pour le reste, N''Soki a dominé dans les airs comme au sol, avec un impact physique digne d'un Kimpembe. Offensivement, il a apporté du volume, de la justesse et de la précision, combinant bien, montant à bon escient et délivrant deux passes parfaites pour ses partenaires qui n'avaient plus qu'à conclure. Un gros match de sa part, à un poste auquel il n'était pas forcément attendu.

Diarra : Après avoir passé pratiquement toute la préparation comme défenseur central, c'est en sentinelle que Tuchel avait décidé de placer Lassana Diarra ce samedi et ce retour un cran plus haut a parfois semblé un peu difficile à digérer pour l'expérimenté milieu. Sans influence réelle et ayant du mal à exister ou peser dans pratiquement tous les secteurs du jeu, il va en revanche se reprendre un peu après la pause et signe un bon quart d'heure avant de laisser sa place à Marquinhos. Entré en jeu comme milieu de terrain, son poste de formation, il a assuré dans la distribution puis finit ensuite en défense centrale avec une belle présence et le brassard de capitaine autour du bras, ce qui n'est jamais anodin.

Verratti : Ses trois mois d’indisponibilité en fin de saison dernière et le changement de staff n’y ont rien changé, le PSG est toujours son équipe. Architecte des rouge et bleu, l’italien s’est montré sous son meilleur jour face à l’ASM, omniprésent de la première relance jusqu’au dernier décalage. Trois actions en particulier ont fait mal aux joueurs de la principauté : ses échanges avec Rabiot déstructurant le bloc monégasque, ses appels dans le dos des milieux pour attaquer l’espace laissé entre les lignes et enfin ses ouvertures dans la profondeur pour les latéraux lancés. Et comme souvent avec Il Gufetto, le show était aussi au rendez-vous, entre ses protections de balle sous la pression de plusieurs adversaires et sa percée en plein cœur de la défense asémiste (qu’il conclura évidemment par une passe pour Nkunku plutôt que par une frappe, malgré la position favorable). C’est donc du Verratti pur jus auquel nous avons eu droit pour sa reprise. Neymar l'a remplacé pour le dernier quart d'heure et la star, entrée en pointe, a fait sobre malgré les vivas des locaux.

Rabiot : Sous le feu des projecteurs après un été mouvementé, entre son refus du statut de suppléant avec l’Equipe de France et une prolongation qui traîne à se concrétiser, le joueur formé au club est à créditer d’un bon match dans l’ensemble. C’est à la demi-heure de jeu que la rencontre bascule, et Rabiot en est directement responsable. Par un double retour défensif salvateur devant sa surface tout d’abord, puis, dans la foulée, par une percée qui amènera le coup-franc de Di Maria et le premier but parisien. Après la pause, son entente avec Verratti et son activité sur le terrain auront contribué à une maîtrise accrue et à une fin de match complètement à la main du club de la capitale.  

Nkunku : Une nouvelle fois titulaire au sein de la ligne d’attaque, l’international espoirs a confirmé les bonnes dispositions entrevues lors des matchs amicaux de pré-saison. Moins en vue que Di Maria, avec qui il a permuté lors de la première pause fraîcheur après avoir démarré le match légèrement côté gauche, le titi parisien s’est principalement signalé sur ce qui constitue ses points forts habituels, à savoir les percées balle au pied, une bonne interprétation de l’espace que l’adversaire laisse entre les lignes, et surtout, un excellent instinct dans la surface adverse, comme sur son but du jour où il vient couper derrière Weah un centre venu du côté opposé. S’il est encore tôt pour tirer des enseignements, il s’agit peut-être du joueur qui a marqué le plus de points durant la pré-saison.

Di Maria : On n’a vu que lui. Visiblement décidé à marquer des points aux yeux du nouveau staff, c’est un Fideo hyperactif que l’on a pu observer face à l’ASM, comme souvent lorsque lui est laissée cette liberté de déplacements sur le terrain. Dans un rôle recentré par rapport à la saison dernière, plus conforme à son évolution physique et proche de ce qu’il faisait sous Laurent Blanc et lors de la première saison d’Unai Emery, l’international argentin s’est une nouvelle fois révélé indéchiffrable pour ses adversaires du soir, rappelant notamment sa prestation lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2017. Plus que ses deux buts du soir (dont un maître coup-franc) qui le placent comme meilleur buteur parisien de l’année civile, une stat traduit l’influence du rosarino sur le jeu offensif de son équipe : Di Maria est impliqué sur 11 des 14 tirs parisiens (9 tirs et 2 passes) et a, à lui seul, davantage tenté sa chance que l’ensemble de l’équipe monégasque. Des débuts en trombe donc pour celui qui devrait cette saison continuer de porter les couleurs du club qu’il a rejoint à l’été 2015. 

Weah : Après des matchs amicaux prometteurs, la transition avec le début de saison officiel n’aura pas été simple pour le jeune parisien. Difficilement trouvable en première mi-temps, avec des appels parfois à contre temps, et rarement inspiré sur ses touches de balle, à l’image de ce contre mal négocié après la pause, l’international américain s’est toutefois montré intéressant par intermittences par de bonnes remises dos au jeu, comme troisième homme des échanges entre Verratti et Rabiot (ou Marquinhos). Son but à bout portant, d’une finition appliquée du pied gauche, a le mérite de plier le match pour son équipe. Beaucoup de progrès sont donc encore à effectuer, qui plus est à un poste qui ne lui est pas familier, mais nul doute qu’on reverra Weah au cours de la saison. 

NB : Co-écrit avec Matthieu Martinelli.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 18 août

vendredi 17 août

jeudi 16 août

mercredi 15 août

mardi 14 août

lundi 13 août

dimanche 12 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux