Article 

PSG/Strasbourg (2-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 24 janvier 2019 à 3:17 par Philippe Goguet
Dans un match dominé puis géré, le PSG s'est imposé 2-0 grâce à Strasbourg avec un but au début puis un en fin de partie. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : Soirée bien calme pour le gardien parisien avec tout juste quelques tentatives alsaciennes sans réel danger puisque manquant de puissance ou sur lui. Signe de son match tranquille, il n'ira qu'une seule fois au sol, sur une frappe déviée qu'il détourne en corner pour assurer. A noter aussi une mésentente avec Thiago Silva à l'heure de jeu sur une sortie loin de son but.

Kehrer : Meunier sur le banc, Alves dans l’entrejeu, l’Allemand occupait encore le poste de latéral droit et, s’il a tenté d’être le pendant de Bernat à droite, ses partenaires l'ont parfois oublié alors qu’il était esseulé sur son côté. Cela sera moins vrai sur la fin de match mais il va alors manquer de précision à de très nombreuses reprises, aucun de ses centres n'amemant réellement une situation dangereuse car trop imprécis. Défensivement, il a a vu quelques fois Grandsir partir dans son dos, ce qui n'est pas illogique vu son placement très haut en phase offensive, mais l'a régulièrement rattrapé grâce à de bonnes courses défensives. Ses attitudes et son match en général font plus toutefois plus penser à un défenseur central qu'à un latéral.

Marquinhos : Appliqué, le compère de Silva en défense centrale n’a pas eu grand chose à faire, mais il l’a bien fait. Avec seulement quelques couvertures à effectuer quand Grandsir s'échappait dans le dos de Kehrer, il n’a pas été mis en difficulté. Dans la relance, il a tenté d'apporter cette première impulsion qu'il a évoquée au micro d'Eurosport après le match, sans que cela ne crève les yeux.

Thiago Silva : Le capitaine parisien a certes commencé sa partie avec deux passes longues parfaites qui ont débouché sur une occasion puis un but mais il a surtout dominé défensivement au cours de la rencontre. Opposé à un Mothiba pourtant réputé dans les airs, il va littéralement le manger dans ce domaine, autant qu'au sol. Très vif dans ses interventions et auteur de bons jaillissements comme d'habitude, il va paradoxalement se signaler par deux mauvaises relances : l'une qui a abouti à une belle occasion strasbourgeoise peu avant la pause, l'autre avec moins de conséquence en seconde mi-temps. C'est inhabituel de sa part et cela ne gâche pas sa performance d'ensemble.

Bernat : Le petit Espagnol s'est signalé dès la première minute avec un centre pour Cavani que l’attaquant ne parvient pas à reprendre et il va d'ailleurs régulièrement manquer de précision dans cet exercice alors que ses idées étaient pourtant les bonnes. Très actif son son côté gauche, il a pu combiner avec Neymar à de nombreuses reprises et s'est aussi souvent proposé à ses partenaires. Défensivement, on l'a régulièrement vu intervenir de la tête sur les dégagements adverses et globalement bien gérer le cas Da Costa, malgré quelques moments où le Strasbourgeois a su l'effacer.

Dani Alves : A la fois très actif dans l’animation et bien placé pour contrer les offensives adverses, le Brésilien qui évoluait de nouveau devant la défense a une fois encore donné satisfaction à un poste qui n’est pas le sien. Il a même tenté d'enfiler le costume de métronome du milieu de terrain et ne s'est jamais caché, tentant toujours de faire vivre le ballon, quitte à parfois aller jusqu'à des passes un peu risquées, certaines étant même intercerptées. Régulateur du jeu, particulièrement avant la pause, il se montre aussi appliqué sans le ballon et a assumé un gros travail défensif aux côtés de Draxler, s'agaçant même parfois du manque de rigueur défensive de ses partenaire de l’attaque et du milieu. Sa présence au cours de la partie ne sera jamais démentie et c'est lui qui est à la base du 2-0 avec une bonne orientation vers Draxler.

Draxler : Discret en première mi-temps, l’Allemand a été plutôt propre dans son rôle de milieu presque défensif mais il n’a pas pesé sur la première partie de la rencontre, se contentant de passes trop neutres. Il ne perdait alors pas la balle mais n'apportait pas non plus grand chose, son jeu vers l'avant étant insuffisant. Il prend confiance après la pause en jouant de plus en plus en première intention, plus encore après la sortie de Neymar, et signe un deuxième acte de belle facture ponctué par une belle passe décisive d'un centre parfait au second poteau. Défensivement, il aura été précieux dans le contre-pressing et son activité défensive générale a été positive.

Di Maria : Comme toujours placé côté droit, l'Argentin a en partie joué son rôle de destabilisateur de la défense strasbourgeoise. En partie seulement car, s'il apparaît de façon bien visible par moments avec une grosse occasion, un poteau, un cavier offert à Neymar et un but en fin de partie, il va aussi avoir du mal à peser sur le match de façon constante. Sa volonté de repiquer dans l'axe face à une défense très regroupée n'aura pas forcément été payante, lui qui a été plus intéressant quand il a réussi à s'enfuir dans le dos des défenseurs. Sa seconde période est globalement très discrète mais il parvient malgré tout à mettre fin à sa période de disette d’une frappe à bout portant qui finit le match.

Neymar : Une heure de jeu seulement mais encore tellement à dire sur son match... Outre des gestes techniques en pagaille, notamment cette dernière action hors-normes où il répond avec insolence aux agressions répétées des Strasbourgeois, il faut aussi noter sa volonté constante de provoquer et de faire la différence face à une défense regroupée. Neymar va, comme souvent, être à la base de beaucoup d'actions par ses dribbles, coups de pattes et autres frappes mais il va malgré tout manquer d'un peu de précision dans le dernier geste la plupart du temps, à l'image du but tout fait qu'il manque peu avant la pause. Diaby l'a remplacé à l'heure de jeu et, si le jeune Parisien a montré beaucoup d’envie comme à son habitude, il a trop souvent manqué de précision et de lucidité.

Cavani : Buteur dès la 4e minute, après avoir été trop court une première fois devant le gardien strasbourgeois quelques secondes après le coup d’envoi, Edinson Cavani confirme d’entrée sa bonne forme actuelle après son triplé du week-end. Il s'offre aussi d'autres bonnes occasions, notamment une tête miraculeusement repoussée par Sels sur corner, mais aussi quelques gestes techniques déroutants à l'image de cette talonnade géniale pour lancer Di Maria vers le but. L'Uruguayen ne s'est pas non plus économisé avec de nombreuses courses sur toute la largeur du terrain et plusieurs retours défensifs. 

Choupo-Moting : Dans un rôle de pivot, l’attaquant camerounais est souvent trouvé en relai par ses partenaires. Décisif sur l’un de ses premiers ballons, il contrôle de la poitrine avant d’ouvrir son pied gauche pour Cavani, qui marque dans la foulée. Par une sorte de roulette, il parvient presque aussi à effacer son défenseur dans la surface sur une belle passe de Di Maria mais ne peut pas armer de frappe. Souvent trouvé par ses partenaires, son grand gabarit a régulièrement gêné la défense adverse et il a pu peser. Son manque de vitesse l'a en revanche régulièrement pénalisé au cours du match, la défense adverse parvenant souvent à le rattraper. Dans ce match qui aura été sa titularisation la plus réussie, il faut aussi noter sa belle volonté pour gratter des seconds ballons.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 20 août

lundi 19 août

dimanche 18 août

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

mercredi 14 août

mardi 13 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux