Article 

Thiago Silva remplaçant, les Parisiens n'en font pas une montagne

Publié le jeudi 15 février 2018 à 16:18 par Philippe Goguet
Grand thème de l'avant-match, le statut de remplaçant du capitaine Thiago Silva face au Real Madrid a aussi été commenté après la partie et la plupart des membres du PSG en ont fait un non-événement.

Tombée vers 15h ce mercredi à quelques heures du coup d'envoi de Real Madrid/PSG, l'annonce de la relégation sur le banc de touche du capitaine parisien Thiago Silva a été l'une des grosses sensations de l'avant-match. Commentée de toute part, cette annonce qui s'est vite confirmée a même été justifée par Unai Emery au micro de beIN Sports avant la rencontre. L'entraîneur en a fait un choix tactique, tout simplement : «C’est une chose que nous avons travaillée toute la saison avec les trois joueurs, et ils ont joué le même nombre de minutes. C’est pour ça que, pour aujourd’hui, j’ai beaucoup analysé et c’est une décision purement tactique, j’ai confiance en Presnel, comme en Marquinhos ou Thiago Silva.»

Dans la bouche de l'entraîneur, il s'agissait donc d'un non-événement, Emery faisant de celui qui porte le brassard depuis plus de cinq ans un joueur finalement comme un autre. Dur poutant de ne pas y voir les restes de la débâcle de Barcelone, quand Silva avait fait reculer l'équipe au détriment des consignes de son entraîneur. Alors que la défense parisienne a cédé trois fois malgré ce choix, la non-titularisation de Silva n'est pas spécialement apparue comme l'une des clés de la partie, ou tout du moins pas le choix de l'entraîneur le plus remis en question. 

Alors qu'il avait tenté de joindre son coach avant la partie pour en discuter selon les échos venus de Madrid, même le président Nasser Al-Khelaïfi n'a pas voulu polémiquer ou mettre en porte-à-faux son entraîneur après le match. Devant la presse, il a même fait le contraire et soutenu Emery : «Le coach est le patron sur le terrain. C’est lui qui décide. Je supporte toujours le coach. Il fait des choix, on est toujours derrière lui. Oui Thiago c’était un choix fort, mais c’est le coach qui décide. Je ne peux pas dire non.»

Du côté de Marco Verratti, on en dit un peu plus et on se place carrément en soutien du coach parisien, comme souvent de la part de l'Italien : «Il n'y a pas de onze titulaire. On savait que le coach avait des doutes, il a fait des choix. Je pense que sur le terrain, nous avons fait une bonne prestation globale. Si on regarde le résultat, vous allez me dire que je dis des conneries mais c'est comme ça. Le coach a fait de bons choix et l’a démontré sur le terrain.»

Du côté des Brésiliens, on a été un peu plus dans la diplomatie, à l'image de Neymar : «Ça, je ne peux pas, je ne veux pas commenter. Il est l’entraîneur, c’est le commandant et il fait ce qu’il veut avec l’équipe.» Pas de prise de position de la star. Quant à celui qui a récupéré le brassard, Marquinhos, il tient un discours tourné vers l'avenir : «C’est notre capitaine, quelqu’un de très positif. C’était un choix du coach, mais il est resté concentré pour aider l’équipe avec son discours. Tous les joueurs n’aiment pas être sur le banc, c'est normal. Il y a de la frustration, de la tristesse. Mais il va continuer à travailler pour avoir l’opportunité de jouer de grands matches encore.»

Dans le vestiaire, il se murmure pourtant que quelques joueurs, et même un des Brésiliens, ont vertement reproché après la partie à Thiago Silva son attitude individualiste avant celle-ci, le leader déchu n'allant pas s'échauffer avec ses partenaires. A l'heure où quelques échos peu valorisants concernant le capitaine sont récemment sortis dans la presse, ce n'est pas cette soirée madrilène qui va lui redonner la légitimité après laquelle il court. Quant au match retour, rien n'indique aujourd'hui qu'il a plus de chances de le jouer.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 18 juin

dimanche 17 juin

samedi 16 juin

vendredi 15 juin

jeudi 14 juin

mercredi 13 juin

mardi 12 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux