Article 

Tuchel : «Parfois, on doit accepter qu'il y a des accidents»

Publié le lundi 11 mars 2019 à 15:38 par Jean Chemarin
Ce lundi en conférence de presse, Thomas Tuchel est longuement revenu sur la déconvenue face à Manchester United et a tenté de livrer son analyse à froid du match. L'entraîneur allemand plaide la thèse de l'accident et n'est pas du tout d'accord avec son défenseur Presnel Kimpembe qui a parlé de suffisance et de relâchement de son équipe avant le match.

Même à froid, Thomas Tuchel ne comprend toujours pas comment son PSG a pu se faire éliminer par Manchester United. C'est ce qu'il a répété ce lundi en conférence de presse, en plus d'évoquer son avenir et de faire le point sur son groupe avant Dijon/PSG. Pour l'Allemand, cette défaite face aux Red Devils est un accident, un mot qu'il a prononcé à plusieurs reprises aujourd'hui : «Analyser le match de mercredi est très difficile, car c'était à mon avis un accident. Je sais que beaucoup de gens disent et peuvent dire qu'il y a beaucoup d'accidents au même moment, sur plusieurs années, mais c'était la première fois avec moi. C'était un accident car il n'y a pas d'explications, on a contrôlé le match», a commencé Tuchel, prenant pour exemple certaines stats : «On a contrôlé le match, on a eu des occasions, il n'y a pas de phases de pression contre nous, pas de corner pour MU. Si tu regardes les stats et les expected goals, ce n’est pas possible de perdre le match 3-1. Mais c’est pourtant ce qu’il s’est passé.»

«On a joué avec beaucoup de qualité, on a contrôlé le match»

Pour lui, la thèse de la nervosité ou de la fébrilité mentale ne tient pas et il estime qu'il s'agit plus d'une accumulation de petites erreurs de son équipe, ainsi que de l'arbitre du match : «Ce n'est pas nécessaire dans un match retour avec beaucoup de tension et de pression de faire son meilleur match. Il était seulement nécessaire de contrôler. On a fait deux erreurs individuelles incroyables et, à la fin, c'était une grosse erreur de l'arbitre d'utiliser la VAR à ce moment-là. Vous avez parlé de mental, mais on a joué sous tension. J’ai pu le ressentir pendant le match, mais c’est normal. Ce n’est pas un match où tu es confortable. C’est normal que tu aies un peu de tension. On a fait une erreur à 1-0, mais notre réaction a été très bonne. On a joué avec beaucoup de qualité, on a contrôlé le match, on a égalisé et on a eu beaucoup d'occasions de marquer le 2e but. Et après on a encaissé notre deuxième but, et là il y avait plus de tension.»

«MU a touché zéro ballon dans notre surface en deuxième mi-temps et ils marquent un but»

Toujours très marqué par cette défaite, Tuchel sait que son PSG a raté une belle occasion de prouver qu'il avait retenu les leçons du passé : «On savait que c'était un moment crucial, un moment clé pour grandir. Mais vous pouvez être sûrs que nous avions tous envie de montrer que les choses étaient différentes cette saison. Nous n'avons pas été capables de faire ce pas. Maintenant, c’est vraiment très important que l'on ne fasse pas d’analyses trop hâtives car c’est aussi possible que ce soit un accident. Oui, il y a beaucoup de personnes qui vont dire que c’est encore un accident, mais moi je dis non. Car pendant ce match, Manchester a touché zéro ballon dans notre surface en deuxième mi-temps et ils marquent un but. Ce n’est pas possible. Ce n’est pas une histoire de pression ou de nervosité. Cela ne s’est pas passé comme ça. Parfois, on doit accepter qu'il y a des accidents et je pense que là c’était un accident.»

«Si Presnel s’est senti plus relâché, c’est à lui de changer»

Un accident industriel serait-on tenté de dire. Mais encore une fois, Tuchel ne veut pas croire à la thèse de la défaillance mentale ou du relâchement coupable. Interrogé ainsi sur les confessions intimes des Presnel Kimpembe, qui a évoqué de la suffisance de la part de son équipe, l'Allemand a exprimé son désaccord tout en glissant une petite pique à son défenseur : «Je n'ai pas vu la vidéo, je n'ai pas entendu son analyse. Moi j'ai senti mon équipe plus tendue qu'avant le premier match. Le dernier entraînement était très sérieux, peut-être un peu trop tendu, un peu trop sérieux. Ce n’était pas la même atmosphère qu’à Belgrade ou à Manchester, mais comme je l'ai dit, j'ai ressenti la chose complètement différemment de Presnel. Nous avons été concentrés entre les deux matches face à MU, nous avons continué de gagner, nous avons montré que nous avions faim contre Caen. Pourtant, cela aurait été très facile de jouer le nul à Caen, de rester dans notre zone de confort. Mais on n’a pas fait ça, on a montré qu’on avait faim de gagner. Si Presnel parle pour lui, s’il s’est senti plus confortable (comprendre relâché), c’est à lui de changer (sourire). Il a parlé de l'équipe ? Un jour après, ce n'est pas le moment (de faire cette vidéo), tout le monde est dans l'émotion et ce n'est pas le moment pour expliquer des choses qui ne sont pas explicables.»

«C’était vraiment le moment de grandir»

Enfin, Thomas Tuchel a aussi été interrogé sur son propre travail et sur son approche du match. Avec le recul désormais, ferait-il les choses différement ? «Oui et non. J'ai beaucoup réfléchi à cette chose. J’étais confiant car il y a des gars comme Alves ou Buffon dans le vestiaire qui sont habitués à montrer leur niveau de performance dans cette situation. J'ai beaucoup réfléchi en amont. Mais parfois, la seule solution pour surmonter l'obstacle est de le surmonter, pas de parler. La solution est de le faire ! Comment ? Seulement le faire ! C'est super triste et très dur car je sais que c’était vraiment le moment de grandir et de laisser les doutes derrière pour beaucoup de joueurs, de supporters et pour le club. On a montré entre les deux matches que la qualité était bonne, la qualité durant l'entraînement était bonne. C'était un moment clé et parfois, on a besoin d'un peu de chance pour surmonter un obstacle et grandir.»

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux