Article 

Le PSG devenu bon vendeur malgré lui (L’E)

Publié le lundi 2 juillet 2018 à 11:04 par Julien Peschaux
Le PSG a vendu pour 159 millions d’euros d’actifs joueurs lors de l’exercice 2017/2018. Un record pour le club dans une situation induite par les exigences du fair-play Financier de l’UEFA dont les conditions ont étrangement évolué cette été, comme le rappelle L’Equipe du jour.

Paris aurait-il vendu neuf joueurs sans la pression exercée par l’UEFA à travers le fair-play financier ? Peut-être pas, car depuis le début de l’ère qatarie, on n’avait jamais connu tel essorage au PSG. L’Équipe, dans son édition du jour, fait un point sur les ventes lors de l’exercice 2017-2018 et elles atteignent effectivement un sommet : 159 millions d’euros (144 millions net, sans l'amortissement de Berchiche) dans les caisses du club parisien, c’est effectivement du jamais vu.

Matuidi (23 M€), Augustin (16 M€), Aurier (25 M€), Sabaly (4 M€) l’été dernier ainsi que Lucas (28 M€) cet hiver viennent s’ajouter aux départs de cet été, à savoir Pastore (24 M€), Édouard (10 M€) puis Berchiche (23 M€) et Ikoné (5 M€) qui devraient être officialisés dans la journée : si le PSG s’était montré plutôt remarquable dans ses achats jusque-là, il a, sous la houlette du directeur sportif Antero Henrique, montré également une certaine capacité à vendre vite et plutôt bien. Le défi des deux semaines avant le 30 juin, où le PSG devait vendre pour 51 M€, remporté haut la main pour ne pas être sanctionné dès cette saison, le staff parisien va maintenant pouvoir se pencher sur ses achats.

Mais le quotidien sportif s’interroge sur le timing de l’UEFA concernant sa volonté de pousser le PSG à vendre cette saison, la même qui l’a vu acquérir Neymar et Mbappé pour une somme totale 402 M€. Pourquoi décoter ces contrats cette année, alors que l’organe de contrôle de l’UEFA les avait validés depuis 2014 sans souci ? L’ombre de Javier Tebas, le sulfureux président de la Liga espagnole ainsi que celle des clubs « historiques », tels que le Real, le Barça ou le Bayern Munich plane au-dessus de la décision de l’UEFA. Une décision à laquelle le PSG s’est plié, conscient que son avenir européen de développement passe obligatoirement par la Ligue des Champions, sans laquelle il ne pourrait attirer aucune star.

Un spécialiste de l’UEFA et du fair-play financier de L’Équipe juge même que tant « que le PSG s’attaquait à des joueurs de renom, mais pas encore trop chers », la pilule passait côté UEFA. Mais que dès qu’il a voulu « chasser sur le terrain des ténors européens » en s’attaquant à plus fort que lui, à savoir le Barça (en payant la clause de Neymar) ou le Real (en lui chipant Mbappé dans la dernière ligne droite), « ça n’a plus été accepté ». 

Le constat est donc que le PSG a vendu pour 91 millions d’euros depuis janvier, poussé par les instances européennes. Une autre lecture de la situation peut aussi être que le club parisien, après une nouvelle campagne ratée de Ligue des Champions, a dégraissé un effectif qui en avait bien besoin, se séparant au passage de quelques piliers du projet initial en difficulté du côté de la capitale (Pastore, Lucas, Matuidi). C’est maintenant vers l’avenir que se tourne le club parisien et les chantiers d’ajustement de l’effectif, conséquents sur certains postes, vont pouvoir débuter.



News 

vendredi 16 novembre

jeudi 15 novembre

mercredi 14 novembre

mardi 13 novembre

lundi 12 novembre

dimanche 11 novembre

samedi 10 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux