Article 

Rummenigge et Aulas commentent encore le transfert de Neymar

Publié le mercredi 9 août 2017 à 18:28 par Rédaction
Jean-Michel Aulas, très critique sur le transfert de Neymar ces derniers jours, a pourtant affirmé à France Football ne pas être "anti-PSG". De son côté, Karl-Heinz Rummenigge a tenu à différencier la philosophie supposée du Bayern Munich à celle du club parisien.

« Je ne suis pas anti-PSG ». C’est ainsi que Jean Michel Aulas a tenu à clarifier son opinion sur la venue de Neymar dans la capitale. Le 24 juillet dernier, le président lyonnais avait d’abord montré son scepticisme quant à ce transfert, qui n’était, à l’époque, qu’une rumeur. « L'économie du foot, ce n'est pas d'acheter des joueurs à 220 M€, nous on a une stratégie » avait-il alors déclaré.

C’est aujourd’hui un tout autre discours que tient Jean-Michel Aulas dans les colonnes de France Football. « Le transfert de Neymar ? C'est fantastique. J'applaudis à deux mains si Nasser Al-Khelaïfi a les moyens et la possibilité de réaliser un tel transfert. » a déclaré le dirigeant rhodanien. D’abord réticent, il annonce aujourd’hui comprendre les enjeux positifs qu’entraine la venue de l’attaquant brésilien : « Tous les clubs vont en bénéficier indirectement. Notre stade sera plein pour la venue du PSG. Cela peut permettre à la Ligue 1 d'attirer de nouveaux partenaires et, surtout, de négocier une augmentation des droits TV». 

De son coté, Karl-Heinz Rummenigge, membre de la direction du Bayern Munich, a un avis plus mitigé sur le sujet. Dans l’hebdomadaire allemand Sport Bild, le dirigeant bavarois s’insurge : « Le transfert de Neymar a coûté plus cher que le total dépensé pour notre stade (l’Allianz Arena a couté 340 millions d’euros mais la compagnie d’assurance Allianz a financé une partie du projet, ndlr). Nous, le Bayern, devons avoir une philosophie différente : nous ne voulons pas de ça, nous ne pouvons pas faire ça » . Il emboite le pas à son associé Uli Hoeness, président du club munichois, qui avait déclaré que dépenser « autant d’argent » pour un joueur était « plus un aveu de faiblesse qu’un tour de force ». Le Bayern, en compagnie du Barca et de la Juve, aurait d’ailleurs pris part à la création d’un front européen anti-PSG à la suite du dossier Neymar (propos traduits de l’allemand par Foot Mercato).

Par Théo Damiens



News 

mercredi 16 août

mardi 15 août

lundi 14 août

dimanche 13 août

samedi 12 août

vendredi 11 août

jeudi 10 août

mercredi 09 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux