Article 

Tuchel : «Sans milieux, on ne peut pas gagner en février, mars ou avril»

Publié le mardi 8 janvier 2019 à 15:18 par Philippe Goguet
Thomas Tuchel souhaite des recrues au milieu de terrain et il l'a encore très clairement fait comprendre lors de sa conférence de presse du jour.

Le recrutement du PSG n'a en apparence pas avancé d'un pouce au cours des huit premiers jours du mercato hivernal et Thomas Tuchel s'est donc une nouvelle fois plaint des manques de son effectif devant la presse ce mardi. C'est au détour d'une question sur l'infernal programme à venir qu'il s'est gentiment lâché, expliquant qu'il ne pouvait pas inventer des joueurs : «Tu dois mériter de jouer et, en tant qu'entraîneur, je ne peux utiliser seulement les joueurs qui l'ont mérité à l'entraînement.» 

Dans certains secteurs, l'effectif parisien est très juste et l'entraîneur allemand va bien pointer du doigt ce souci qui dure depuis de nombreux mois : «On a besoin de joueurs en plus pour notre cadre et pour élever notre niveau. C'est normal car, sans joueurs au milieu, on ne peut pas gagner de choses en février, en mars et en avril, ce n'est pas possible.» Depuis plusieurs mois, il réclame un puis même deux milieux de terrain étant donné qu'il en a perdu en cours de saison.

Quelques minutes plus tôt, il avait en effet fait le point sur Lassana Diarra, confirmant qu'il ne pouvait plus compter sur lui : «Oui, c'est ça, tu connais la situation... Cet été on a cherché un numéro 6 et on n'a pas trouvé. Maintenant, c'est l'hiver et la situation avec Lass n'est pas encore négociée ou réglée à 100% entre Lass et le club mais il n'est pas avec nous à l'entraînement. Il nous manque aussi Adrien en ce moment donc encore deux joueurs milieux défensifs.» Pour la première fois, il avait alors expliqué son état d'esprit du moment : « Pour cette raison, tu peux penser que je suis un peu nerveux...»

Joueur(s) lié(s) 


News 

mardi 19 mars

lundi 18 mars

dimanche 17 mars

samedi 16 mars

vendredi 15 mars

jeudi 14 mars

mercredi 13 mars

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux