Article 

Brésil/Sénégal (1-1), les performances individuelles des Parisiens

Publié le jeudi 10 octobre 2019 à 16:49 par Philippe Goguet
Le match amical Brésil/Sénégal du jour opposait Thiago Silva, Marquinhos et Neymar à Idrissa Gueye. Un match nul logique (1-1) au final, chaque équipe ayant eu ses temps forts et temps faibles. Retour sur les performances individuelles des quatre joueurs du PSG au cas par cas.

Thiago Silva bien, Marquinhos beaucoup moins

La défense centrale du Brésil était composée des deux défenseurs parisiens et c'est le plus ancien des deux qui s'en est le mieux sorti. Bien que placé dans l'axe gauche contrairement à son quotidien parisien, Thiago Silva va gérer sans souci les attaques sénégalaises. Il va notamment repousser les quelques centres arrivés jusqu'au premier poteau sans problèmes ainsi que dominer son adversaire direct qu'aura longtemps été le solide Famara Diedhiou. Le capitaine du PSG ne va d'ailleurs pas hésiter à lui imposer ce qui a parfois ressemblé à un marquage individuel, le suivant assez haut sur le terrain. Un duel dont il va largement sortir vainqueur. Avec le ballon, Silva va aussi être intéressant, se montrant impeccable techniquement et intéressant dans ses tentatives de relances longues sur les côtés pour trouver des espaces.

Dans l'axe droit, Marquinhos n'a clairement pas connu la même partie même si tout n'est pas à jeter dedans. Le défenseur central a notamment claqué quelques jolies passes vers l'avant qui ont enclenché des attaques rapides. Pour le reste, son début de partie est très prudent et il semble plus évoluer comme libero que comme stoppeur, Thiago Silva allant de son côté au duel avec Diedhou. À moins que ce ne soit de la prudence de la part de Marquinhos vis-à-vis de l'inarrêtable Sadio Mané...

Après une première alerte, le joueur de Liverpool va faire basculer la rencontre peu avant la pause. Parti de l'aile gauche, il arrive face à Marquinhos et lui fait provoquer un penalty, accompagné d'un carton jaune mérité. Si Marquinhos va aussi réussir de bonnes interventions défensives, ce fut pratiquement toujours ce diable de Mané qui va le mettre en difficulté. Le capitaine Dani Alves ayant décidé qu'il n'avait pas à défendre malgré son poste d'arrière droit d'une défense à quatre, le malheureux Marquinhos s'est régulièrement retrouvé à devoir gérer un ailier virevoltant lancé à pleine vitesse. D'où de logiques difficultés.

Une centième à deux visages pour Neymar

La grande star du jour était bien Neymar puisque le n°10 de la Seleção fêtait sa 100e cape ce jour. Contrairement à la plupart des 99 matches précédents, il n'a pas été décisif et a même passé toute la première mi-temps en étant pratiquement invisible. Ailier gauche très libre quand le Brésil avait le ballon, second attaquant quand il ne l'avait pas, la star ne l'a que très peu vu au cours de la première période. Alors qu'il est en général le dépositaire du jeu brésilien, c'est Coutinho qui tenait ce rôle ce jour et les deux hommes se sont rarement réellement trouvés, ce dont a plus souffert le Parisien que le Bavarois.

Très haut sur le terrain, ce qui était probablement une consigne, Neymar a donc peu pesé vu que la balle n'arrivait que trop peu jusqu'à lui. Rarement tranchant dans ses dribbles, il est même repris dans la surface alors qu'il semblait s'échapper à plusieurs reprises, en milieu de première comme en début de seconde période. Un manque de vitesse et d'explosivité parfois préoccupant pour un joueur qui a pourtant retrouvé la compétition depuis maintenant plus d'un mois.

Bien conscient que ce poste d'ailier gauche ne lui allait pas trop, Tite a replacé Neymar encore plus dans l'axe dès la demi-heure de jeu et, si son influence dans le jeu n'a pas augmenté, il s'est au moins retrouvé dans une zone où il est plus simple pour lui de faire rapidement la différence. Il est ainsi tout proche de marquer le but du 2-1 juste avant la pause mais perd son duel face au gardien. Peu en vue en début de seconde période, c'est après la sortie de Firmino puis celle de Coutinho qu'il va réellement lancer sa partie, soit dans les 20 dernières minutes.

Désormais clairement faux avant-centre comme contre Bordeaux il y a peu, le n°10 va alors montrer son meilleur visage. Le Brésil pousse pour tenter d'arracher la victoire et Neymar se retrouve, enfin, au coeur du jeu. Alors que les organismes sont usés et que son déficit physique longtemps visible se fait moins sentir, il s'exprime mieux, crée des décalages et offre un point d'appui de belle qualité haut sur le terrain. Non seulement sa technique lui permet de garder le ballon dans des zones à forte densité de joueurs mais elle lui permet aussi d'enchaîner avec des passes intéressantes. Il donne notamment un bon ballon à Richarlison qui aurait pu marquer.

Au final, une centième sans but, malgré une grosse occasion et deux coup-francs bien placés qui auraient pu faire mouche, mais pas inintéressante pour autant. Sa prestation confirme autant le niveau très moyen du Brésil actuel, comme perdu collectivement, que la forme encore loin d'être optimale du joueur.

Un Gueye assez loin de sa version parisienne

Dans le camp d'en face, Idrissa Gueye représentait lui aussi le PSG et c'est le seul des quatre Parisiens à ne pas avoir joué les 90 minutes puisqu'il est sorti à la 79e. Au cours de la rencontre, on l'a retrouvé dans divers postes et registres. D'abord milieu relayeur gauche en début de partie quand le Brésil domine, il court derrière le ballon mais n'apparaît qu'assez peu, se montrant d'ailleurs assez loin de son activité défensive qu'il peut avoir en club, le contexte de cet amical dans un stade vide n'aidant probablement pas à se dépasser non plus...

Quand le Sénégal va monter en régime, Gueye devient aussi un personnage plus central du match. Si la position de sentinelle devant la défense n'est toujours pas la sienne, il est en revanche un peu partout au milieu et plus seulement à gauche. Parfois plein axe, des fois à droite, il redevient alors ce joueur multitâches et se retrouve finalement au four et au moulin. Présent à la récupération, il tente aussi de faire vivre et avancer le ballon vers le but brésilien. C'est notamment lui qui lance Mané sur l'action aboutissant au penalty sénégalais.

Sa relation avec l'ailier de Liverpool est d'ailleurs l'un des points forts de la sélection même si les deux hommes n'en abusent pas, ce qui est parfois un défaut vu que le talent créatif manque par moment dans l'utilisation du ballon du côté de leurs partenaires. Gueye sera moins en vue après la pause, le Brésil reprenant le ballon au Sénégal, et il signe un second acte forcément plus discret, son activité défensive n'étant pas exceptionnelle tandis que son apport dans le jeu est moindre.

Symbole d'un joueur qui n'est pas apparu totalement avec le même visage qu'en club, on l'a vu tenter sa chance de loin en première période, frôlant le cadre, et tirer un coup-franc excentré, repoussé, après la pause. A l'image du Sénégal, il aura signé une partie solide, laissant l'impression qu'ils auraient même pu arracher la victoire en se donnant un peu plus.

Joueur(s) lié(s) 


News 

mercredi 23 octobre

mardi 22 octobre

lundi 21 octobre

dimanche 20 octobre

samedi 19 octobre

vendredi 18 octobre

jeudi 17 octobre

mercredi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux