Article 

L’Argentine 3e de la Copa, Paredes confirme son très bon tournoi, Di Maria finit bien

Publié le dimanche 7 juillet 2019 à 23:01 par Simon Piotr
Dans un match pour la troisième place aux vagues allures de revanche face à l’ennemi chilien (qui avait défait l’Argentine sur les deux précédentes finales de la compétition), l’Argentine s’est montré dominatrice et a gagné le match 2-1. Paredes s’est une nouvelle fois bien mis en valeur tandis que Di Maria a fait une sortie de banc intéressante en fin de match.

La médaille de bronze pour l’Albiceleste

Après une défaite face à un Brésil plus cohérent et efficace, l’Argentine affrontait le Chili lors du match pour la troisième place de cette Copa America 2019. Et le match fut visiblement pris au sérieux par Scaloni vu qu’il affichait une équipe compétitive, en reconduisant son 4-4-2 losange avec tous les titulaires à l’exception du retour de Lo Celso et de la présence inattendue de Dybala en attaque. Les Argentins prennent les choses en main dès l’entame de match et montrent une supériorité claire face aux Chiliens. La possession est plutôt partagée, mais l’Argentine est bien plus inspirée avec le ballon, avec des séquences de circulation rapide presque inaperçues jusque-là. La stabilisation de l’équipe, l’enchainement des matchs et l’incorporation de deux éléments techniques supplémentaires (Lo Celso et Dybala) a forcément favorisé cette dynamique positive. 

Sur la première demie-heure du match, l’Argentine tire cinq fois au but, ouvre le score par Aguero, confirme avec Dybala (bien servi par Lo Celso), sans concéder la moindre tentative adverse de toute la mi-temps. Le match prend un autre tournant à la 36ème minute et une altercation entre Messi et Medel qui entraîne l’expulsion des deux hommes.  À dix contre dix et devant au score, les joueurs de Scaloni vont surtout gérer leur avance en laissant le ballon à l’adversaire (comme lors des matchs face au Qatar ou le Venezuela où l’ouverture rapide du score a mis l’équipe dans le confort). Le seul moment venu troubler leur sérénité fut un pénalty concédé par Lo Celso et transformé par Vidal à la 59ème minute. L’Argentine passe ce petit temps fort chilien sans plus de soucis et aurait même pu alourdir le score en finissant mieux quelques bonnes transitions. 

Paredes, meilleur argentin du tournoi ? 

Le milieu parisien Leandro Paredes finit son tournoi sur son excellente lancée depuis le premier match face à la Colombie. Élément de base de toutes les formations essayées par son sélectionneur, Paredes est le seul joueur de champ à avoir disputé toutes les minutes du tournoi (six fois quatre-vingt-dix minutes) avec Otamendi. Lors de l’excellent début de match de l’Argentine, il affiche son meilleur visage avec beaucoup de jeu vers l’avant notamment vers Messi. 

On connaît ses qualités avec le ballon, mais c’est aussi défensivement qu’il se met en valeur, plus surprenant vu la culture défensive moyenne du joueur. Face au Chili, il confirme son bon état de forme physique et son niveau d’investissement.  Il finit le match en étant celui qui a le gagné le plus de duels (10 !), réussis le plus de tacles (cinq sur six), et affiche aussi 3 interceptions. À 10 sur le terrain on l’a aussi vu faire des courses qu’il ne faisait pas habituellement quand il pouvait compter sur Acuña pour travailler défensivement à ses côtés. 

Le Parisien signe donc une belle Copa après une demie-saison contrastée au PSG, à voir s’il peut garder ce niveau lors de l’exercice 2019-2020.

Di Maria, une entrée remarquée

Alors que sa compétition prenait une tournure difficile après un déclassement total dans la hiérarchie (de titulaire au premier match jusqu’à ne pas sortir du banc face au Qatar), Fideo sauve un peu sa compétition avec des entrées intéressantes en fin de tournoi. Face au Chili, il a remplacé Dybala à la 67ème minute et était visiblement motivé. Il a même relancé la capacité de l’Argentine à menacer la cage adverse.

À la 76ème minute, il mène à lui seul une contre-attaque de 60 mètres en éliminant trois Chiliens avant de décaler Aguero qui bute sur le gardien. Rebelote quelques minutes plus tard avec une prise de balle axiale avant de décaler Aguero qui voit son tir de gauche fuir le cadre. L’attaquant parisien finit même le match le brassard au bras après la sortie d’Aguero. Pas de retraite internationale en perspective ?

 

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

mercredi 18 septembre

mardi 17 septembre

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux