Article 

Vu les performances constatées, comment les recrues du PSG peuvent combler les manques

Publié le mercredi 7 août 2019 à 21:13 par Foot en Stats
A un peu moins d'un mois de la fin du mercato, le PSG a enregistré l'arrivée de quatre recrues majeures nommées Sarabia, Herrera, Diallo et Gueye. En partant des stats collectives du PSG et de celles individuelles des recrues sur la saison passée, voici une petite étude sur comment les joueurs arrivés pourraient répondre aux besoins.

Le style de jeu de Tuchel passé au crible

La première saison de Tuchel a permis au PSG de continuer son évolution offensive qui avait commencé à l’arrivée de Neymar et Mbappé. Emery avait su utiliser cet effectif boosté pour créer plus de danger offensivement et c’est de façon toute naturelle que Tuchel a fait progresser son groupe dans cette logique.

Sur la saison, le PSG de Tuchel a proposé un Expected Goal (le pourcentage de chance d'un tir d'être marqué) moyen de 2,27 par match ce qui représente son meilleur score des 3 dernières années (le maximum ayant été de 2,10 xG par match en 2015/16 avant cela). Il y a donc manifestement une volonté de jouer en avançant en Ligue 1 quel que soit le score. Mais c’est avec des styles de jeu différents que les 2 hommes ont cherché à faire évoluer leur groupe :

Si Emery était conservateur d’un point de vue défensif au cours de sa première année, l’arrivée de Neymar a créé une volonté de récupérer le ballon plus haut pour le mettre dans les meilleures conditions possibles. Par conséquent Emery a fait évoluer son pressing pour le rendre plus agressif et plus haut sur le terrain.

Cette approche semble être plus ancrée dans l’ADN de Tuchel comme on peut le voir sur les prestations de Dortmund sous ses ordres. Ce n’est donc pas une surprise de voir que le profil du PSG 18/19 est tout à fait identique à celui du BVB 15/16 avec un pressing haut et un jeu de passe moyennement direct.

Des performances qui se sont écroulées sur la durée

Il a été maintes fois mis en avant en fin de saison dernière que les hommes de Tuchel avaient levé le pied, laissant au passage les deux coupes nationales s’en aller vers la province. Les chiffres sous-jacents confortent cet état de fait et permettent surtout de comprendre clairement à quel point le PSG a déjoué. Penchons-nous tout d’abord sur les points récoltés en les comparants aux points attendus (Expected Points ou xPoints) après match.

Au soir de la 29ème journée, le PSG avait récolté la bagatelle de 80 points (2,76 points par match !) alors que son total de points attendus était de 70,61. En conservant ce rythme, le PSG aurait pu atteindre la barre des 104 points pour 92 points attendus. Mais les Parisiens sont passés au travers de leur fin de saison et les mauvais résultats n’étaient pas dû à la malchance connue notamment face à Mancherster United quelques mois plus tôt. Cette fois-ci, au contraire, les résultats médiocres étaient bel et bien dû à une baisse de performance sur le terrain comme le montre l’évolution des Expected Goals créés et concédés ci-dessous :

A partir de la 30ème journée, les tendances se rapprochent dangereusement pour afficher le profil d’une équipe qui mérite des matches nuls plus qu’autre chose. La production offensive passe de 2,6 xG lors de la 30ème journée à 1,49 xG au plus bas lors de la 34ème. De l’autre côté du terrain, le PSG est aussi en souffrance comme le montre les xG concédés qui passent de 0,67 à 1,4 sur la même période. Les têtes étaient à l’envers et cela s’est ressenti sur le terrain et c’est cette fin de saison que les membres du club et les supporters ont trainé avec eux tout au long de l’été et notamment à l’approche du mercato.

Quel mercato pour combler ces déficits ?

C’est tout d’abord un besoin de plus de stabilité défensive sur le temps qui est nécessaire. Marquinhos ayant été baladé de la base arrière au milieu, Kehrer de droite au centre et Kimpembe ayant visiblement perdu le sens des réalités dans une saison post sacre en Coupe du Monde, le renfort d'Abdou Diallo aura eu moins le mérite de créer plus de concurrence et de compléter un effectif léger en nombre. Mais le natif de Tours a plus d’arguments à faire valoir que de simplement faire le nombre. 

Bien qu’il ait un profil de joueur ‘attentiste’ défensivement (peu de tacles et d’interceptions mais aussi peu de fautes), Diallo va permettre de proposer un atout dans le jeu de possession par sa capacité à passer la première ligne (capacité chère à Tuchel dans un dispositif à 3 défenseurs) et à être une valeur sûre dans la conservation du ballon. 

Le manque de profondeur au milieu a aussi longtemps mis en avant par le technicien allemand lui-même. Le recrutement de Paredes a commencé à répondre à ce besoin l’hiver dernier mais c’est clairement cet été que les Parisiens ont tiré les marrons du feu. L’arrivée récente d’Idrissa Gueye répond à une autre envie de Tuchel, lui qui a fait le nécessaire pour alimenter le lien avec l’international sénégalais après son transfert avorté en janvier. 

Avec 6,5 ballons gagnés par 90 minutes de jeu, (cela le place dans le 97ème percentile en PL en 2018/19) Gueye est, pour le coup, une machine à gagner des ballons mais il a aussi d’autres qualités à faire valoir. Preuve qu’on peut aussi s’appuyer sur lui en phase de possession, ses chiffres en termes de participation au jeu sont aussi intéressants avec 0,33 de xG Buildup (correspondant à l’engagement dans les phases de jeu amenant à un tir) et seulement 0,9 ballon rendu par 90 minutes de jeu.

Même s’il est légèrement moins défensif, le profil d’Ander Herrera est assez similaire avec de meilleurs chiffres offensifs et au niveau du taux de réussite des passes. 

Si Herrera se fait dribbler plus souvent, il rend moins le ballon et est capable d’être plus présent dans le jeu, notamment sur la dernière passe.

Enfin, le 4ème renfort significatif de cette intersaison en la personne de Pablo Sarabia apporte un profil encore plus offensif.

Sarabia n’est pas un dribbleur comme peuvent l’être Neymar et Mbappé mais profite de sa vision pour privilégier le jeu de passe. Il devrait, à ce titre, compléter le duo cité et pouvoir trouver plus souvent Cavani que ce ne fût le cas ces derniers mois.

Avec un xG de 0,37 et un xG assisté de 0,37 lui aussi, Sarabia est autant impliqué dans les tirs qu’au niveau des dernières passes ce qui fait de lui un joueur complet de ce point de vue. Son xG/shoot de 0,164 montre aussi un joueur intéressant dans sa prise de décision à ce niveau comme le montre sa carte de tirs. En effet, avec un taux de 43% depuis la zone de danger, Sarabia montre sa capacité à tirer essentiellement dans de bonnes conditions.

Ainsi le mercato semble avoir été axé sur l’amélioration de la capacité du PSG à se projeter efficacement vers l’avant tout en renforçant numériquement le milieu et la ligne arrière des rouge et bleu. La question de la solidité défensive de fin de saison pourrait tout à fait trouver sa réponse dans ce que vont apporter les recrues (Leonardo compris) du point de vue de l’engagement et de l’état d’esprit. A la lecture de l’interview accordée par Herrera dernièrement, les supporters ont reçu des éléments rassurants. 

NB : D'autres articles liés aux stats sont disponibles sur le blog de l'auteur.



News 

Aujourd'hui

dimanche 17 novembre

samedi 16 novembre

vendredi 15 novembre

jeudi 14 novembre

mercredi 13 novembre

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux