Article 

L'attaque du PSG vue par les stats : des artilleurs en nombre, Neymar fin dribbleur

Publié le vendredi 17 novembre 2017 à 19:04 par Thibaut Brossard
Le dernier volet de notre bilan des joueurs par les statistiques au tiers du championnat concerne l'attaque. Après la première partie sur les buts et les passes, voici l'étude sur les tirs et les dribbles. Là encore, Neymar apparaît bien.

Tirs : les artilleurs associés

Si le PSG frappe autant aux buts que l’an passé (15.5 tirs par match), la balance penche plus que l’an passé vers les attaquants qui totalisent les 2/3 des frappes contre 56 % en 2016-2017.
On comptabilise en effet quatre attaquants (Cavani 3.7, Neymar, Mbappé et Di Maria 3.1) qui tirent au moins 3 fois par rencontre alors qu’il n’y avait que Cavani au sein de toute l’équipe avec un tel ratio l’an passé. Cela démontre la force de frappe de l’attaque des Parisiens, mais il faut reconnaître qu’à part les attaquants, peu de joueurs osent tenter leur chance (le 5ème tireur étant Kurzawa avec 1.3 tir par match). 

En Ligue 1, seul Thauvin (3.8 tirs par match) frappe plus souvent aux buts que Cavani mais avec une précision bien moindre (38 % contre 59 % de tirs cadrés) ! Signalons également que Cavani ne figure même pas parmi les 15 joueurs réalisant le plus de tirs par match au niveau européen, ce qui ne l’empêche pas d’être le 2ème meilleur buteur européen. 

Au sein des attaquants, Pastore et Lucas sont les plus adroits (mais avec peu de frappes) et Di Maria celui qui tente le plus sa chance de loin (72 % de ses frappes, soit 18 sur 25). A l’inverse, Cavani (15 %) et Mbappé (16 %) ne sont pas des adeptes des tirs longue distance, même si pour Mbappé, il s’agit d’une hausse par rapport l’année dernière où il n’avait pris, sur l’intégralité de la saison, que 2 tirs en dehors de la surface (contre déjà 4 cette saison).

Dribbles : la folie Neymar

Avec 7.6 dribbles réussis par match, Neymar affole les compteurs dans cette catégorie statistique. Il a réussi à lui seul près du tiers des dribbles de toute l’équipe. Il domine dans ce classement la Ligue 1 mais aussi, là encore, l’ensemble des championnats européens majeurs. Jamais dans sa carrière, il n’en avait réussi autant (ancien record : 5.6 par match). On retrouve en outre trois joueurs de Ligue 1 (dont deux Lyonnais) parmi les cinq meilleurs dribbleurs d’Europe. 

Son taux de réussite dans ses tentatives est bon (69 %, comme Messi) et même meilleur à celui qu’il avait l’an passé au Barça (62 %). 

Deux petits bémols : sa relative irrégularité d’un match à l’autre (14 réussites contre Toulouse mais seulement 2 contre Lyon pour prendre les deux extrêmes), et la zone, souvent éloignée de la surface, où il réussit ses arabesques. En effet, seulement 5 des 61 dribbles (soit 8 %) réussis par Neymar (et 15 des 88 tentés) l’ont été dans la surface de réparation (dont 3 contre Toulouse avec un fameux but à la clé). Il n’a d’ailleurs pas réussi un dribble dans la surface lors des cinq dernières rencontres de championnat qu’il a disputées.  

Parmi les attaquants, Mbappé tente de s’inspirer de son modèle brésilien et provoque beaucoup mais avec une réussite moindre (56 % seulement, comme l’an passé). Les stats de Cavani, pourtant en hausse, restent les plus faibles des six attaquants en terme de dribbles tentés par match. 

Au global, le nombre de dribbles tentés par l’équipe est en forte hausse par rapport à la saison dernière (+ 25 %), et le poids des attaquants qui n’était pas majoritaire l’an passé (49 % des dribbles réussis) devient prépondérant (58 %). On a là un autre impact de l’arrivée de Neymar et Mbappé et un autre symbole de l’évolution du style de jeu de l’équipe. 

En conclusion de cet article consacré aux statistiques des attaquants du PSG, on a donc vu que l’évaluation chiffrée époustouflante de Neymar était la résultante de stats offensives uniques en Europe, notamment en matière de dribbles et de passes clés. Les données chiffrées mettent également bien en évidence le style de jeu de chaque attaquant (la créativité de Neymar, l’adresse devant le but de Cavani, la polyvalence de Mbappé). Ces stats permettent enfin d’objectiver l’impact de l’arrivée estivale des deux « fuoriclasse » en terme de style de jeu de l’équipe et l’évolution du centre de gravité de l’équipe vers l’attaque. 

Tous les articles de bilan statistiques de cette trêve :



News 

Aujourd'hui

jeudi 14 décembre

mercredi 13 décembre

mardi 12 décembre

lundi 11 décembre

dimanche 10 décembre

samedi 09 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux