Article 

De Paris au Celtic Park, 50h avec le CUP en photos et vidéos

Publié le mercredi 20 septembre 2017 à 21:50 par Jonas Satin
A l'occasion de la première journée de la phase de groupes de la Ligue des champions, le PSG se déplaçait à Glasgow dans le mythique Celtic Park. Le Collectif Ultras Paris a fait le déplacement en car et nous étions avec leur groupe pendant ces deux jours intenses.

Lundi 11 septembre 2017, 20h00. A la veille de ce premier match de Ligue des champions de la saison, le Collectif Ultras Paris (CUP) s’apprête à partir du Parc des Princes pour se rendre à Glasgow, de l’autre côté de la Manche. Ce car rempli de 85 membres est le seul du Collectif qui fait le déplacement en Ecosse, les quelques 400 autres ultras s’y rendant en petits comités ou par leurs propres moyens. Le CUP a accepté de nous accueillir dans son groupe durant deux jours et ce déplacement au mythique Celtic Park, 22 ans après le dernier déplacement du PSG là-bas.

Après quatre heures de car, nous arrivons à Calais et, tel Serge Aurier l'été dernier, nous passons la douane anglaise. Il est désormais 1h20 du matin, nous rentrons dans le Shuttle pour une quarantaine de minutes. A cet instant, nous nous offrons un plaisir rare, à savoir un petit foot sous la Manche. Le stade n'est pas vraiment Celtic Park mais le niveau technique pas si éloigné de celui de nos futurs adversaires.

Après être rentrés sur le territoire britannique, nous continuons notre remontée vers le nord du Royaume-Uni et nous faisons un arrêt à l’ouest de Londres. Il est alors 4h30 du matin et, durant cette pause, nous tombons nez à nez avec… un car de supporters de Manchester City. Pas d'embrouilles en vue avec les autres pestiférés du fair-play financier, de leur côté en route pour Rotterdam où ils affronteront Feyenoord le lendemain. Petite surprise en voyant l'âge avancé de ces voyageurs qui ont probablement mieux connu les longues heures sombres de City que la période faste actuelle.

Désormais lancé sur ces fameuses routes où l'on roule à gauche, le car nous monte vers l'Ecosse, sa pluie et son whisky, le moment pour certains de profiter d’une petite période de calme pour tenter de récupérer deux ou trois heures de sommeil. Aux alentours de 10h, nous marquons une petite pause matinale d’une demi-heure, à 150 kilomètres de Glasgow. Miracle au nord de l'Angleterre, il fait un beau soleil et c'est l’occasion pour le CUP de prendre la traditionnelle photo de groupe on tour.

Nous arrivons finalement à Glasgow à 13h (heure française), soit pratiquement 17h après notre départ de Paris, et nous partons directement récupérer nos billets du soir avec les autres supporters parisiens. C'est aussi la première rencontre avec l'hôte du soir, le fameux Celtic Park. Pas de doute, le stade est à la hauteur de sa réputation, entre architecture unique et poids de l'histoire. Le vert est très présent et l'ensemble est superbe.

Une fois les billets récupérés, nous nous éloignons légèrement de l'enceinte et le CUP en profite également pour faire une deuxième photo de groupe, avec le Celtic Park en fond.

Nous nous dirigeons ensuite vers un McDonald’s et un KFC (oui, ce n'est pas très original) où nous tuons un peu le temps avant de retourner au car, garé à un kilomètre du stade. On découvre alors ce qu'est vraiment la ville de Glasgow, une ville de foot divisée en deux parties bien distinctes : les supporters du Celtic nous klaxonnent pour nous dire qu’ils vont battre le PSG quand ceux des Rangers nous klaxonnent pour nous dire de battre le Celtic.

Le match étant dans moins de cinq heures et le centre-ville assez éloigné du parking où nous sommes garés, il est trop tard pour s’y regrouper et partir en cortège de là-bas. Le CUP décide donc de rester deux heures à l’emplacement du car et de partir, en petit comité, vers 18h45 au stade. Certains s’occupent en faisant un foot, mais la pluie finit par les rattraper. L'Ecosse reste l'Ecosse.

C'est finalement deux heures donc avant le début du match que le cortège se met en place, entre le parking où nous étions et le Celtic Park. Tout se passe bien, l'encadrement des policiers locaux étant présent sans être étouffant. Dans la file pour entrer dans le stade, nous patientons une bonne dizaine de minutes, le temps que la sécurité se décide à ouvrir les portes. Sous la lourde pluie écossaise et en raison du monde qui attend pour entrer, les fouilles sont très rapides.

Le parcage parisien se remplit rapidement et l’ambiance monte tout doucement.

Le speaker annonce la composition du Celtic.

Avant l’entrée des joueurs, le Celtic Park tout entier chante d’une seule et même voix le mythique You’ll never walk alone. Tout le parcage parisien se tait et tend ses écharpes le temps de deux minutes, en signe de respect pour ce chant.

Les joueurs entrent sur la pelouse et entendent ensuite résonner l’hymne de la Ligue des champions, dans un stade avec un volume sonore très impressionnant.

Le CUP, malgré l’absence de mégaphone pour diriger ses troupes, entre aussi bien dans son match :

Et l’ouverture du score parisienne arrive rapidement :

Après ce premier but, le parcage continue de donner de la voix, galvanisé par ce début de match idéal :

Assez rapidement, Kylian Mbappé inscrit ensuite son premier but avec le PSG en Ligue des champions et le parcage explose encore de bonheur :

Tout le parcage parisien se retourne et fait une grecque pour célébrer le deuxième but du match.

Cinq minutes avant la mi-temps, Edinson Cavani triple la mise pour Paris, nouvelle scène de joie :

Alors que le PSG rejoint les vestiaires avec trois buts d’avance, le parcage parisien entonne un Ô ville lumière, chant sur un air bien connu des locaux :

Après la pause et à 0-3, les supporters du Celtic continuent eux aussi de chanter :

Les supporters rouges et bleus poussent leur équipe et acclament Rabiot pour son très bon match alors que le milieu sort à l'heure de jeu :

A la 67e minute de jeu, l’ensemble du Celtic Park se lève et allume son flash, en hommage aux «Lions de Lisbonne», le surnom donné aux joueurs du Celtic qui ont remporté la Coupe des clubs champions en 1967 dans la capitale portugaise : 

De son côté, le parcage parisien ne lâche pas et continue de chanter…

Dans le camp d'en face, les premiers supporters du Celtic commencent à quitter le stade dès la 80ème minute : 

Paris quadruple la mise et Mbappé laisse alors sa place à Lo Celso.

Cavani inscrit le cinquième et dernier but du match, l'occasion d'une dernière explosion de joie en parcage :

A 5-0, les supporters parisiens redoublent d’effort et continuent de donner de la voix.

Le coup de sifflet final passé, le parcage parisien respecte son adversaire, applaudit le Celtic Park et chante même des « Celtic, Celtic » :

Les supporters celtes et parisiens passent un moment à se saluer, s’applaudir et procèdent même à des échanges d'écharpes :

Les supporters parisiens sont ensuite gardés à l’intérieur du stade, le temps que tous les locaux puissent quitter le stade. Une trentaine de minutes après la fin du match, le parcage parisien se vide et nous remontons dans le car, qui nous attend devant le Celtic Park. Le car est logiquement un peu moins animé qu’à l’aller et c'est l'occasion pour beaucoup de récupérer quelques heures de sommeil. A 9h le lendemain matin, nous arrivons à une aire de repos avant la douane mais on nous prévient rapidement qu’aucun Shuttle n’est disponible pour l’instant et que nous devrons le prendre à 14h.

S’en suit alors une (première) longue attente, durant laquelle nous croiserons deux cars de supporters de Dortmund qui se dirigeaient vers Londres pour affronter Tottenham… Côté Parisien, on s'occupe notamment en jouant au foot :

Arrivé 12h30, nous passons la douane et nous rendons dans la zone d’embarquement. Mais après quelques dizaines de minutes d’attente, deuxième mauvaise nouvelle : suite à un accident, le Shuttle aura trois heures de retard. Nous le prenons donc peu avant 17h et en sortons vers 17h45. Nous roulons vers le point de départ de ce déplacement et, comme un dernier souvenir de l'Ecosse, plus nous nous approchons de Paris, plus la pluie tombe. Nous arrivons enfin au Parc des Princes, devant la tribune Auteuil, à 21h30 et l'aller-retour Paris-Glasgow aura duré quasiment 50 heures. Mais vivre l’ambiance unique du Celtic Park durant un tel match valait bien ça.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 09 décembre

samedi 08 décembre

vendredi 07 décembre

jeudi 06 décembre

mercredi 05 décembre

mardi 04 décembre

lundi 03 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux