Article 

Echouafni avant PSG/Issy : « Marquer des buts fait désormais partie de notre ADN »

Publié le jeudi 25 février 2021 à 13:50 par Bruno Hermant
L'entraîneur du Paris Saint-Germain féminin Olivier Echouafni s'est présenté face à la presse avant la rencontre de la 15e journée de D1 Arkéma face au GPSO Issy 92. Pour ce derby francilien au sortir de la trêve internationale, le technicien parisien s'est montré rassurant concernant ses troupes, prudent face à un adversaire mal classé mais qui vient de changer d'entraîneur, mais aussi confiant dans la volonté de produire du jeu et de poursuivre une philosophie offensive.

L'état des troupes parties en sélection : 

« J'ai récupéré 95 % de l'effectif, il ne reste plus que Sara Däbritz qui n'est pas rentrée, elle a joué hier soir avec l'Allemagne. Elle ne rentrera que ce soir et ne sera de retour à l'entraînement que demain. L'état de forme concernant les internationales, comme vous pouvez vous en douter, il y a certaines qui ont enchaîné deux matches en trois jours avec 90 minutes. On est très vigilants au niveau de la récupération pour ces filles-là. On verra pour le match de samedi. Pour le reste du groupe, tout va bien. Concernant les tests PCR, on les a passés ce matin, on aura les résultats ce soir pour savoir si tout est bon. »

Des infos concernant un possible forfait d'Issy suite au licenciement de leur entraîneur : 

« Je ne vais pas rentrer dans ces considérations là, chacun ses problèmes. La première chose que j'ai envie de dire par rapport à cette situation, c'est que ce n'est jamais facile de toute façon quand il y a des changements. Yacine Guesma qui était l'entraîneur de cette équipe a été remercié, j'ai envie de saluer tout le travail qu'il a pu effectuer auprès de ce groupe, de ce club, ce n'est pas rien. En 5 ans, être capable de monter de division d'honneur régionale en D1, c'est quand même assez exceptionnel, notamment avec des moyens qui ne sont pas forcément énormes. En tous cas je voulais vraiment lui rendre hommage parce que je pense que ce n'est jamais évident quand on s'investit autant que ça et qu'au bout du compte, on ne va pas au bout des choses d'un projet, ce n'est jamais facile. Surtout après 5 ans passés avec ce groupe, c'est quand même pas rien. Concernant le match, s'il a lieu ou pas, à la limite, ce n'est pas mon problème. Nous, on se prépare pour le jouer. Face à une équipe qui est peut être perturbée certes, mais on ne rentre pas dans tout ça. On reste dans notre bulle et on va se préparer pour faire le match qu'il faut. Je n'ai pas d'infos sur un possible forfait, on se prépare pour jouer. »

Une rotation en tête en vue du match de Ligue des Champions la semaine prochaine :

« On doit être vigilants de toute façon parce qu'on a un mois de mars assez dense à tous les niveaux. Il faut tenir compte des temps de jeu de l'ensemble des joueuses qui viennent de rentrer d'une période FIFA. On doit tenir compte aussi des voyages, des déplacements. De toute façon, on a formé un effectif pour pouvoir être compétitifs sur tous les tableaux. On devra très certainement faire tourner certaines filles dès ce week-end pour pouvoir les préserver et avoir un maximum de fraîcheur pour les matches importants qui vont arriver. »

Les joueuses exemptées de sélection, leur état physique et psychologique : 

« Marie Katoto va mieux, on a été vigilants la semaine dernière où elle a été plus en soins que sur le terrain. Là, elle a repris à peu près normalement cette semaine, c'est plutôt rassurant. On sait qu'on arrive dans des périodes au sortir de l'hiver, où on peut avoir des douleurs musculaires, notamment avec le grand froid qu'il y a eu il y a dix jours. Elle va bien, autant physiquement que mentalement. Pour les filles qui sont restées à Bougival, elles ont vraiment bien travaillé, avec un super état d'esprit. On a pu vraiment plus individualiser le travail. On a pu aussi intégrer des U19, plus que celles qu'on avait d'habitude avec nous dans le groupe, on s'est retrouvé avec un groupe de 18 joueuses, dont 10 jeunes. On était très content de les avoir vues, c'est bien, il va y avoir une progression.

Pour ces filles-là (N.D.L.R. : qui ont été retenues par le PSG), en vue d'Issy, elles devraient avoir un peu plus de temps de jeu. Il y avait forcément un peu de déception pour elles, parce qu'il y a le cadre de retrouver leur pays, leurs compatriotes, leurs copines, ca n'a pas été simple. Mais je pense que le club a bien travaillé à ce niveau là, sur le plan psychologique, elles ont aussi compris qu'en cas de départ à l'étranger, elles pouvaient être soumises à un régime très strict au niveau sanitaire à leur retour en France, notamment avec une période de quarantaine. Elles savent aussi les objectifs qu'on a. Et je pense qu'elles ont vraiment été en parfaite adéquation avec nous. »

Une physionomie de rencontre à l'inverse du match aller : 

« Certainement, vu que tout est récent, il y aura des choix complètement différents. Dans le choix des joueuses, du jeu, de la tactique, dans la volonté d'aller chercher ou de rester devant son but. On peut s'attendre à tout. On doit s'occuper de nous, de mettre en place notre jeu. On est après une trêve internationale, ce n'est jamais facile, il n'y a pas eu de compétition durant trois semaines. Celles qui ont joué en sélection en ont eu, pas les autres qui sont restées avec nous. C'est toujours un peu compliqué après ces trêves, à nous de faire ce qu'il faut pour continuer sur notre bonne série. »

Faire table rase du match aller : 

« C'est difficile. On n'est pas dans la même course non plus. On est dans la première partie, pour aller chercher le titre, Issy joue sa survie, son maintien. Ce sont deux approches qui sont différentes. Les enjeux sont importants pour les deux équipes. Ce qu'on a pu faire à l'aller (N.D.L.R. : victoire 14-0), c'est bien. Maintenant, il faut qu'on soit capables aussi d'avoir le même état d'esprit dans le jeu, même si ce ne sera peut-être pas les mêmes circonstances. On a la volonté de toute façon de garder cette volonté d'aller de l'avant, d'aller marquer des buts, parce que ça fait partie désormais de notre ADN. »

Le poste préférentiel de Grace Geyoro : 

« Il y en a plusieurs. Grace est polyvalente. Pour moi, elle est capable de jouer sur tous les postes de l'axe. Que ce soit à son poste du milieu de terrain, mais aussi en défense centrale. Elle sait jouer au poste de libéro à trois derrière, mais aussi derrière l'attaquante, bien plus haut. Il y a plusieurs possibilités avec Grace, parce qu'elle est très polyvalente. (le poste de 2e attaquante comme en EDF ?) Pas sûr que ce soit là où elle soit le plus à l'aise. Je pense que elle est là aussi pour rendre service quand on lui demande, c'est tout à son honneur, ce n'est pas facile. Je pense que c'est une joueuse qui essaye de ne pas trop se poser de questions et quelquefois, qui a besoin de repères pour bien s'exprimer. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

mercredi 21 avril

mardi 20 avril

lundi 19 avril

dimanche 18 avril

samedi 17 avril

vendredi 16 avril

jeudi 15 avril

mercredi 14 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux