Article 

PSG/Augsbourg (2-1), les performances individuelles

Publié le jeudi 22 juillet 2021 à 0:14 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 2-1 contre Augsbourg dans un match amical joué avec moins de changements que d'habitude, mais au rendu collectif encore très moyen malgré la victoire. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Navas : Le gardien parisien, pas capitaine pour autant, a bien vécu un début de match un peu compliqué lorsqu'il était fortement sollicité dans le jeu au pied mais cela n'a pas duré. Navas a été égal à lui-même par la suite avec plusieurs belles parades et un but encaissé où il n'y peut rien, crucifié de trop près. Letellier l'a remplacé pour la fin de match et a su dévier juste ce qu'il fallait une frappe très dangereuse sur le poteau.

Bitumazala : Le latéral droit de fortune a fait ce qu'il a pu, lui qui est un milieu de terrain de formation. S'il a parfois eu bien du mal à gérer les marquages et les distances avec son défenseur central droit, il a en revanche su apporter une certaine présence offensive comme en témoignent ses centres réguliers, dont un repris par Icardi, ou encore cette bonne percée en début de match. Plus de précision lui ferait passer un cap.

Kehrer : Encore un match bien compliqué à lire pour l'Allemand, terriblement irrégulier d'une action à l'autre ce qui est déjà un problème par nature pour un défenseur central. Sa première période a été dans l'ensemble correcte, sa paire avec Bitshiabu fonctionnant une nouvelle fois plutôt convenablement. C'est en seconde période, associé à Diallo, que les choses vont encore se gâter. Les deux hommes ne se comprennent pas, Kehrer en fait trop et multiplie alors les erreurs, jusque dans des zones où il n'a pas à être. Il est parfois aussi responsable de ses propres manques, à l'image du duel aérien perdu sur l'égalisation. Reste que le nombre d'interventions qu'il a dû effectuer, tout particulièrement en seconde période, est anormalement élevé et ne rend service ni au joueur, ni à son équipe. Avec le ballon, il a en revanche fait simple et sans erreurs.

Bitshiabu : Le tout jeune défenseur central était encore une fois titulaire et il a signé un match différent du précédent. Cette fois-ci, ses erreurs n'ont pas spécialement été défensives mais plutôt avec le ballon, par manque de concentration. Il s'est parfois compliqué la vie sur des contrôles de balle mais il a su faire parler sa qualité de passe pour s'en sortir. Défensivement, il a signé une belle partie, notamment sur quelques contres adverses.

Sorti à la mi-temps pour Alloh qui a eu bien du mal à entrer dans la partie sur le flanc gauche de la défense et a multiplié les erreurs. Ce fut mieux par la suite, avec quelques montées et un bon centre tendu pour finir la partie.

Diallo : Aligné sur le côté gauche en première période, il a eu des débuts très difficiles, notamment avec le ballon. Ça s'est amélioré un peu au fur et à mesure du match, notamment via quelques tentatives intéressantes avec Gharbi, et sa volonté de tenir le ballon a fait du bien au collectif. Replacé dans l'axe en seconde période, il a été invisible et sa paire avec Kehrer n'a absolument pas fonctionné, comme d'habitude, Diallo s'effaçant bien trop devant l'Allemand qui, lui, en a trop fait.

Gueye : Milieu le plus défensif des trois et capitaine pour la troisième fois consécutive, le Sénégalais enchaîne les matches très linéaires mais peu enthousiasmants dans le fond : une certaine activité défensive mais rien de fou par rapport à ce qu'il est capable de faire, une utilisation du ballon dans l'ensemble très prudente et faisant peu avancer le cuir mais aussi quelques transversales qui font du bien. Vu la concurrence qui s'annonce, il devra faire plus.

Dina Ebimbe : Le jeune milieu parisien a vécu deux parties en une, selon les mi-temps. Sa première période a été timide, avec un joueur qui ne parvenait pas à se placer par rapport à Gueye et Simons, tantôt trop bas au point de se retrouver défenseur central droit pour relancer, tantôt trop haut sur le terrain et introuvable à la construction. A l'exception d'un gros rush côté gauche, il a ainsi peu pesé collectivement. La mise au point à la pause, avec lui sur la même ligne que Gueye et Simons devant eux, lui a fait le plus grand bien et il a livré un second acte de haute volée, particulièrement durant les 20 premières minutes. Impactant à la récupération, cassant des lignes balle au pied ou par ses passes, il a alors régné sur l'entrejeu de belle manière. Cela s'est concrétisé par son énorme participation au premier but parisien où il est passeur décisif.

Ahamada l'a remplacé pour la fin de match et il s'est fondu dans le collectif avant tout.

Simons : Le milieu néerlandais était de nouveau titulaire dans l'entrejeu parisien et, comme Dina Ebimbe, il a souffert d'un manque de clarté dans son positionnement durant une bonne partie du match qui l'a empêché de vraiment peser. Il a d'ailleurs beaucoup moins touché le ballon que lors des précédentes rencontres et n'a eu qu'un impact assez modéré sur le jeu collectif parisien. Il a pourtant beaucoup couru et s'est donné sans compter sur le terrain, notamment dans la partie défensive où son activité au pressing est notable. 

Fressange l'a remplacé pour la fin de match mais n'a pas eu le temps de se mettre en évidence.

Draxler : Positionné à droite en début de match puis à gauche après 25 minutes, l'Allemand n'a que peu pesé sur la partie mais a su se faire remarquer : un but d'une frappe bien croisée, une autre tentative qui passe au ras du poteau, une excellente remise à l'entrée de la surface en première période ou encore le décalage vers Gharbi sur la frappe puissante du jeune milieu. Problème, Draxler semble n'avoir que très peu de jambes et il n'apparaît qu'à peine au fil du match, faisant alors parler sa formidable technique sur ses rares prises de balle. Mais son manque général d'activité reste très handicapant.

Gharbi : Le jeune milieu offensif était positionné côté gauche pour commencer la partie et il a vite tenté de provoquer balle au pied mais a souffert de son déficit de gabarit. De ce côté du terrain comme sur celui opposé après son inversion avec Draxler, il a aussi eu quelques difficultés à se comprendre avec ses partenaires, d'où des pertes de balle, et a parfois un peu trop joué la carte du soliste avec deux frappes en angle fermée. Le bilan peut sembler très peu positif mais Gharbi a aussi étalé par moments sa qualité de prise de balle ou sa justesse technique. Mais il a aussi vu tout le chemin qui le sépare d'une équipe de première division.

Fadiga l'a remplacé en fin de partie et il a d'abord signé une très mauvaise entrée, coincé sur le côté droit où il a perdu de nombreux ballons. Repositionné dans l'axe sur la fin, il a été un peu mieux et a notamment provoqué le but de la victoire d'un centre en retrait converti en but par un coup de chance non-négligeable.

Icardi : L'attaquant argentin n'a pas marqué cette fois-ci et il a pourtant tenté, avec notamment un superbe essai de lob très lointain après avoir bien feinté son adversaire direct. Après avoir essayé en début de partie d'être un peu plus disponible que d'habitude, il est vite retombé dans ses travers et ne s'est signalé que sur une tête manquant de puissance. 

Kalimuendo l'a remplacé dès la pause et il a immédiatement apporté plus de mouvement, décrochant dans l'axe ou sur le côté pour combiner. Pas très souvent servi en général, c'est finalement sur un bon appel en profondeur qu'il va réussir à combiner avec Dina Ebimbe sur le premier but parisien, réussissant une remise parfaite au passage. En fin de partie, on l'a vu tenter de faire la décision et c'est lui qui provoque le corner du second but en rôdant au premier poteau sur un centre dangereux.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 20 septembre

dimanche 19 septembre

samedi 18 septembre

vendredi 17 septembre

jeudi 16 septembre

mercredi 15 septembre

mardi 14 septembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux