Article 

Aulas : «Le modèle parisien ne pourra pas persister»

Publié le samedi 14 avril 2018 à 12:37 par Philippe Goguet
Dans un long entretien au journal Le Monde, le président de l'OL Jean-Michel Aulas a encore une fois taclé le modèle économique du PSG, basé sur le mécénat du Qatar. Pour lui, Paris ne peut pas survivre dans la durée.

Actuel troisième du championnat avec l'OL et donc bien placé pour retrouver la Ligue des Champions, le président Jean-Michel Aulas s'est une nouvelle fois exprimé concernant l'état économique du football français et même européen dans les colonnes du journal Le Monde. Celui qui préside l'OL depuis plus de 30 ans dresse un constat très noir du futur du PSG, notamment car il est basé sur le mécénat qatari, et estime que Paris ne peut pas s'en sortir dans la durée.

Interrogé sur ce qui empêche l'OL d'aller plus haut, Aulas se lance : «Ces Etats tout-puissants, qu’ils soient qataris, émiratis ou autres, qui compromettent un équilibre fragile. Ils provoquent la dérégulation du marché, l’inflation des salaires et des transferts. A l’UEFA, il y a une vraie prise de conscience, et la mise en place de la nouvelle règle « d’équilibre compétitif » dans le cadre du fair-play financier est une vraie bonne réponse. Elle va mettre en lumière les clubs qui ont des bases de fonctionnement saines et d’autres qui ont mis en place des systèmes qui n’ont rien à voir avec le sport et le foot. C’est bien pour cela qu’à moyen terme, le modèle parisien ou celui de Manchester City ne pourront pas persister.»

Et quand il est lui demandé si le PSG pourrait être inquiété par ce « nouveau » fair-play financier, l'homme fort de l'OL laisse la porte largement ouverte : «On verra. Il peut y avoir des surprises et des sanctions en fin de saison. L’UEFA prend la main. "L’équilibre compétitif" sera appliqué en juillet. Désormais, un club de foot doit dépenser ce qu’il génère et des limites sont fixées. La dérégulation doit être contrôlée. Et ceux qui ne respectent pas les règles, sanctionnés.»

«Le monde professionnel est à un tournant. Car il a construit une sorte de monstre avec le PSG.»

En France, c'est surtout l'énorme poids économique du PSG de Neymar qui semble le déranger comme il l'explique ensuite : «On a un besoin d’un championnat équilibré avec trois-quatre équipes de haut niveau pour qu’il soit vendeur. Le monde professionnel est à un tournant. Car il a construit une sorte de monstre avec le PSG. Derrière, il y a le reste de la troupe qui est en train de s’autodétruire. Le budget moyen des clubs de L1 est de 65 millions quand celui de Paris est de 700 millions, même s’il le conteste. Comment est-ce possible ? Il faut passer par une forme de régulation. Sinon, le système va exploser.»

Malgré ce que veut bien dire Aulas, c'est surtout le PSG qui fait vendre la L1 à l'étranger, ce qu'il conteste : «Un PSG qui termine avec 25 points d’avance, ça ne fait pas la valeur des droits. Pour l’instant, ils sont de 500 millions d’euros par an. En Angleterre, c’est trois milliards ! En outre, les droits sont vendus jusqu’en 2020. A cette date, Neymar sera-t-il encore là ?» Et à l'étranger, on ne serait pas fou de Paris, cf l'exemple asiatique : «La Chine veut surtout acheter des Nice-Lyon, car nous avons des actionnaires minoritaires chinois. Il n’y a pas que le PSG ! Je vous assure qu’un Lyon-Marseille fera beaucoup plus d’audience en Chine qu’un PSG-Guingamp !»

Ce qui semble surtout gêner le président lyonnais est donc d'être pour l'heure forcé de regarder Paris de loin : «Nous ne pouvons pas encore concurrencer le PSG tant que nous ne jouons pas avec les mêmes armes. Je mets également à part Monaco, qui bénéficie d’avantages fiscaux. Par contre, nous pourrons lutter avec le Bordeaux new-look, financé par un fonds américain, et l’OM de [l’Américain Franck] McCourt. Des concurrents loyaux et forts qui jouent avec les mêmes règles que les nôtres.»



News 

Aujourd'hui

dimanche 22 juillet

samedi 21 juillet

vendredi 20 juillet

jeudi 19 juillet

mercredi 18 juillet

mardi 17 juillet

lundi 16 juillet

dimanche 15 juillet

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux