Article 

Berchiche tacle le niveau de la L1 et évoque les doutes sur son avenir

Publié le dimanche 15 avril 2018 à 10:25 par Philippe Goguet
Dans un entretien au Journal du Dimanche, Yuri Berchiche s'est confié alors qu'il boucle sa première saison à Paris. Il estime le niveau de la L1 insuffisant et évoque ses doutes sur son avenir, ne sachant pas vraiment si le club compte sur lui.

Débarqué comme doublure de Layvin Kurzawa l'été dernier, Yuri Berchiche a finalement pratiquement autant joué que le Français cette saison comme arrière latéral gauche. Depuis quelques semaines, c'est même lui qui dispute les gros matches et celui qui «depuis deux ans, reçoi(t) des préconvocations » de la sélection espagnole s'est confié dans le Journal du Dimanche. Pas présenté à la presse à son arrivée, «une faveur» à ses yeux, celui qui «assume de ne pas être international, à l’inverse de (s)es coéquipiers», va en dire un peu plus sur sa première saison en France.

Alors que le PSG a encore échoué en Ligue des Champions, Berchiche a notamment estimé que le PSG n'est pas assez challengé en France : « Les adversaires du PSG ne sont pas assez forts. En Espagne, la densité permet à Barcelone, à l’Atlético, au Real Madrid d’être mieux préparés à l’heure des grands rendez-vous européens. Souffrir le week-end, c’est utile.» Et le Basque de revenir sur l'échec en C1 : «Les dix dernières minutes de l’aller contre le Real ont été cruciales mais, dans l’ensemble, on a fait jeu égal. Par moments, on a même dominé. Il ne manque pas grand-chose. La clé, c’est la patience. Les joueurs ont besoin de bien se connaître. Il faut conserver le noyau de l’effectif pendant de nombreuses années et ajouter les bonnes recrues.»

Cela pourrait toutefois être sans lui, comme il l'explique par la suite : «Déjà, est-ce que le club comptera encore sur moi ? Je ne sais rien de l’avenir. Ce qui est sûr, c’est que l’exigence est grande et que Paris est capable de signer des chèques élevés pour attirer des joueurs de premier plan. Toute ma carrière, j’ai lutté pour gagner ma place. Comme en réserve à Tottenham, où j’ai joué entre 16 et 18 ans. Le week-end, Gareth Bale descendait de l’équipe première… À Paris, Layvin a joué au début, mais depuis trois mois je dispute les matches importants. On se tire la bourre, l’équipe en profite. Je peux donner encore plus, mais je suis content d’avoir progressé dans cet environnement nouveau.»

Un environnement parisien où il est sous contrat jusqu'en juin 2021, l'un des contrats les plus longs de l'effectif.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 22 juillet

samedi 21 juillet

vendredi 20 juillet

jeudi 19 juillet

mercredi 18 juillet

mardi 17 juillet

lundi 16 juillet

dimanche 15 juillet

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux