Article 

Bernat : «J'avais besoin de rythme, je finissais vraiment très fatigué»

Publié le mardi 23 octobre 2018 à 20:43 par Philippe Goguet
Avant PSG/Napoli, l’arrière gauche espagnol du PSG Juan Bernat était en conférence de presse et il a confirmé l'importance du match à venir. Il a aussi évoqué l'adversaire et ses premiers mois à Paris, expliquant notamment ses débuts difficiles.

Si Thomas Tuchel a été très bavard à la veille de PSG/Napoli, on ne peut pas en dire autant du joueur qui l'a suivi en conférence de presse, à savoir Juan Bernat. L'Espagnol n'est resté que 4 minutes, montre en main, face à la presse et il a dit ce qu'il avait à dire, se contentant d'aller à l'essentiel. Il a d'abord évoqué le match du lendemain : «On est très motivés, on a hâte que le match arrive, il est très important, on le sait et il peut être très décisif. Ce n'est pas une finale, mais ça y ressemble, c'est vrai. Une défaite peut pratiquement t'éliminer donc il faut être très concentré. On connaît l'importance de ce match, de ce double match même.»

C'est ensuite le Napoli qu'il a jugé, une équipe qui avait su battre contre Liverpool contrairement à Paris : «Le Napoli est une équipe très en forme qui a de grands joueurs au niveau individuel. C'est une équipe italienne, avec un entraîneur Carlo Ancelotti que je connais bien. C'est une équipe très organisée, avec des très bons joueurs comme Callejon, Insigne ou Hamsik. Il y a aussi de très bons défenseurs. Après notre match de Liverppol, on a beaucoup appris. À partir de ce match-là, on a beaucoup gagné et beaucoup marqué donc je pense que cela a été un tournant pour l'équipe, cela nous a beaucoup aidés. On a encore une marge de progression et on s'entraîne pour cela, être meilleur chaque jour.»

Interrogé sur la possibilité de rejoindre le Napoli l'été dernier, l'Espagnol ne va pas vraiment s'éterniser, bien au contraire : «Oui, il y a un contact c'est vrai, mais j'ai finalement pris la décision de venir ici et il n'y a rien d'autre à dire.» Et pour son ancien coach au Bayern, il va aussi faire court : «Je pense que tout le monde connaît Ancelotti. C'est un grand entraîneur, avec une immense carrière et beaucoup de titres gagnés. C'est un entraîneur qui gère très bien son vestiaire, il l'a montré dans tous les clubs où il est passé. C'est ce que je soulignerai.»

C'est finalement quand on il va être interrogé sur lui-même que le petit latéral va en dire le plus. Alors que L'Équipe lui demande de juger son début de saison, il se confie : «Lorsque je suis arrivé, c'est vrai que j'ai eu un peu de mal. Comme vous le savez, j'ai été gravement blessé l'an passé et j'ai ensuite eu plusieurs petites blessures aux ischio-jambiers. Cela a été très dur, j'avais besoin de rythme, en particulier lors des premiers matches. Je finissais vraiment très fatigué les secondes mi-temps. Et petit à petit, je me sens mieux, j'ai plus confiance et je pense que je suis bien à l'heure actuelle, mais je pense que je peux encore beaucoup progresser.» 

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

mardi 20 novembre

lundi 19 novembre

dimanche 18 novembre

samedi 17 novembre

vendredi 16 novembre

jeudi 15 novembre

mercredi 14 novembre

mardi 13 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux