Article 

Neymar, le vestiaire, la sentinelle, PSG/Real, son avenir, Emery s'est confié

Publié le jeudi 3 mai 2018 à 12:10 par Matthieu Martinelli
Peu après l'annonce de son départ du PSG, Unai Emery a accordé une très longue interview à Marti Perarnau, auteur entre autres de "Pep Confidential" et de "Pep, la métamorphose", pour Tactical Room. En espagnol, le coach du PSG va se livrer comme jamais durant son passage à Paris. Il explicite notamment de nombreux détails de sa relation avec Neymar et le vestiaire, revient plusieurs moments clés comme les deux affrontements avec le Real, les maux constatés de son équipe, ce qui manque à Paris pour gagner la Champions League ou encore son avenir. Voici ses propos, traduits par nos soins.

The Tactical Room, n°42, édition de mai 2018. Interview par Martí Perarnau, auteur entre autres de Pep Confidential et de Pep, la métamorphose.

Sur le banc du PSG, on vous a vu moins gesticuler, et plus mesuré dans vos gestes et les instructions que vous donniez aux joueurs. C’est le cas ou bien ma perception est erronée ?

Je me suis davantage contrôlé, c’est certain. Ma priorité, c’est de m’adapter à l’équipe. Il y a peu, un journaliste demandait à Garitano pourquoi il ne portait pas de costume durant les matchs, et Asier a répondu qu’il souhaitait s’adapter au club. Leganés est une ville modeste de la périphérie de Madrid, et pour lui, le costume ne lui paraissait pas naturel dans ces circonstances. A Paris il m’est arrivé quelque chose de similaire. En arrivant à Paris, je devais m’adapter au PSG et me conformer à certaines formalités qui font que je reste le même, mais avec certaines nuances dans mes relations avec les joueurs, la direction, le stade, les supporters. J’ai un peu réduit mon expressivité sur le banc pour m’adapter au PSG.

Durant la semaine, vous faites votre travail d’entraîneur, mais durant le match, vous êtes dépendant de ce que font les joueurs. Comment gère-t-on cette sensation d’être toujours à la merci soit d’un coup de génie, soit d’une erreur, qui peut ruiner votre travail ?

Je gère cette sensation grâce à l’expérience, le fait d’avoir vécu de nombreuses situations comme celles-ci. Je me souviens de quarts de finale d’Europa League avec Séville. Nous avions battu l’Athletic 1-2 à San Mames et tout jouait en notre faveur, mais Bilbao réussit à nous remonter au Sánchez Pizjuán en nous poussant aux prolongations. Et à un moment, Susaeta se retrouve en face-à-face avec notre gardien et je sentais que cette action déterminerait sans doute l’issue de l’éliminatoire. S’ils marquaient, tout était terminé. Et en voyant l’action, je me répétais à moi-même : « Normalité, normalité, normalité ». Parce que Susaeta pouvait aussi bien rater cette occasion que la convertir. J’ai appris à vivre ces moments avec normalité. Les moments qui vont dans ton sens et ceux dans le sens de l’adversaire. Susaeta n’a pas marqué. Ce n’est pas facile de le faire dans certaines circonstances ! Et la même chose se produit quand c’est au tour de mes joueurs d’avoir un coup de génie ou de rater un but facile. Normalité. Ce sont des choses qui arrivent. Après, quand tu es dans une équipe comme le PSG, qui gagne souvent, tu es habitué à gagner et au fait que chaque action de but soit un peu moins décisive que dans d’autres équipes où ce type d’actions se répète moins souvent.

«Quand tu as Neymar, parfois tu n’as pas besoin de beaucoup plus : la stratégie, c’est lui.»

Au PSG, il est plus naturel que se produise ce genre d’actions et c’est pour ça que je les vis avec davantage de calme. Et pour revenir à la 1ère question, c’est aussi pour cela que je gesticule moins. Parce que nous gagnons plus souvent. Au PSG, quand un de mes joueurs réussit un coup de génie et marque, je ressens une certaine normalité. C’est « normal » que ce joueur réussisse un coup de génie. J’en ai parfois parlé avec Neymar. J’ai toujours eu pour habitude de beaucoup préparer les coups de pied arrêtés, et cela m’a souvent réussi. Mais quand tu as Neymar, parfois tu n’as pas besoin de beaucoup plus : la stratégie, c’est lui. Marcelo Bielsa l’explique très bien quand il distingue les joueurs de talent, qui réalisent certaines actions de façon naturelle, et les autres joueurs, plus nombreux, qui n’ont pas ce don et à qui, dans le cas de Bielsa, il s’agit de leur faire répéter les actions pour qu’ils puissent les réussir sur le terrain.

En tant qu’entraîneur, j’ai toujours eu tendance à indiquer la marche à suivre à mes joueurs, un peu comme quelqu’un qui bougerait un joystick, mais quand on arrive au PSG, on se rend compte que bien souvent ce sont les joueurs eux-mêmes qui choisissent la solution la plus efficace. Un jour, je l’ai dit à Neymar : « Ney, il y a des situations de jeu que j’ai toujours travaillées avant les matchs et dans ton cas, tu les imagines de toi-même ».

En quoi est-ce mieux d’entraîner une grande équipe qu’une équipe plus modeste ? Je ne parle pas des possibilités accrues de gagner des titres, mais plutôt des différences méthodologiques que cela suppose.

Partons d’un principe que je considère comme basique : entraîner est très, très, très difficile. A partir de là, entraîner des joueurs de très haut niveau est encore plus difficile. Pourquoi ? Parce que réussir à convaincre est la chose la plus fondamentale pour pouvoir entraîner : les joueurs doivent croire en toi. Qu’ils croient en toi parce que tu as un palmarès, parce que tu es très fort, parce que ta présence en impose, parce que tout ce que tu dis finit toujours par se réaliser… Peu importe la raison. Mais ils doivent croire en toi. Et dans les grandes équipes, les joueurs attendent précisément cela : que l’entraîneur ne se trompe jamais. C’est aussi ce qu’ils recherchent dans une équipe plus modeste, mais ils sont également conscients que la marge d’erreur y est plus importante, que tu peux avoir de mauvais résultats plus souvent. Ce n’est pas le cas dans une grande équipe. Tu dois avoir raison jusque pour le plus petit des détails : dans le travail, la planification, dans tes discours, la façon dont tu les prononces, le moment où tu les prononces. Tout est un peu plus difficile. Peut-être que de l’extérieur, on peut penser qu’on peut se permettre de moins travailler, mais c’est le contraire. Tu dois avoir la parole juste au moment adéquat et que ceci aide l’équipe à gagner. Dans des équipes comme le PSG, gagner est la norme et c’est ce qui donne de la pertinence à tes actes et tes paroles. Dans des équipes plus modestes, les résultats sont plus variables. Ici, non. Ici, tu gagnes presque toujours et c’est ce qui t’oblige à viser juste au moment précis. A chaque fois.

Un effectif avec des joueurs comme Neymar, Cavani et Mbappé, est bien servi en termes d’égos.

La première des choses, c’est d’avoir une relation normale au niveau personnel. Individuellement ou par groupes. Un entraîneur doit avoir auprès d’un joueur une relation similaire à celle d’un père avec son fils. A ce niveau, cela ne plaît à personne d’avoir à réprimander un joueur parce qu’il a fait quelque chose de mal, de la même façon qu’un père n’aime pas crier sur son fils. Mais pourtant, il est parfois nécessaire de le faire, et il faut le faire sans que cela n’entraîne une dégradation de ta relation personnelle avec lui. Avec ton fils, c’est plus simple, parce qu’après une réprimande, il sait que tu resteras son père, toujours avec le même amour. Alors qu’avec un joueur, il peut arriver que la relation se rompe et qu’il décide par la suite de quitter le club. Pour cette raison, savoir ce que tu dis et la façon dont tu le dis est une question plus délicate. Parce que cela peut avoir une répercussion irréversible dans ta relation avec le joueur. Dans une équipe plus modeste, le risque est moins grand parce que tout le groupe sait que c’est toi qui commandes. Dans une équipe plus grande, la responsabilité est parfois détenue par des personnes différentes.

«Mon opinion est qu’au PSG le leader s’appelle Neymar. Ou plus exactement, le leader s’appellera Neymar, car il est en train de le devenir»

Un jour, Jorge Valdano m’a fait la réflexion suivante : « Au Barça, le leader c'est Messi ; au Real, c’est Florentino Pérez ; et à l’Atlético de Madrid, c’est Simeone ». Un joueur, un président et un entraîneur. A chaque fois, un profil de leader différent. Je sais quand je suis le principal responsable au sein d’un groupe et quand je ne le suis pas. C’est un processus que chaque entraîneur doit vivre et intérioriser, c’est quelque chose que tu apprends avec le temps et l’expérience. Dans chaque club tu dois savoir quel rôle tu occupes et quel rôle te confie le reste du groupe. Mon opinion est qu’au PSG le leader s’appelle Neymar. Ou plus exactement, le leader s’appellera Neymar, car il est en train de le devenir. Neymar est venu au PSG pour être le leader, pour vivre ce processus nécessaire afin de devenir le numéro 1 mondial. C’est un processus auquel il manque encore un peu de temps afin de se consolider. A Manchester City, le chef c’est Pep. Au PSG, le chef doit être Neymar.

Je pense que j’ai bien contrôlé ce vestiaire. Ma plus grande satisfaction, c’est qu’après avoir perdu contre le Barça l’année dernière et contre le Real cette année, l’équipe n’a pas coulé. Il y a quelques semaines, par exemple, nous avons disputé une 1ère mi-temps horrible à Saint-Etienne, mais après la pause, avec un joueur de moins, nous avons bien réagi et réussi à égaliser. Un membre du staff m’a dit à la fin du match : « Unai, aujourd’hui les joueurs ont démontré qu’ils étaient avec toi. Si ce n’était pas le cas, nous aurions perdu ». Et il avait raison. Si l’équipe avait voulu me tuer, c’était le moment pour le faire, tout était en notre défaveur. Mais l’équipe a su réagir. C’est ma principale satisfaction, même si bien sûr il s’agit de quelque chose de très personnel qui sera peu valorisé à l’extérieur. Bien sûr, je ne contrôle pas tout. Les deux éliminations en 1/8èmes de finale le démontrent. C’est difficile de contrôler tous les facteurs nécessaires à la gestion d’une grande équipe, et je dois encore m’améliorer.

Il y a quelques mois, un joueur du PSG m’a dit : « Mister, cette année tu as changé ». C’est évident. Je ne peux pas être le même avec ou sans Neymar. Nous avons connu un processus d’adaptation mutuelle avec le joueur, un processus qui suit encore son cours. Ce n’est pas quelque chose d’instantané, il faut apprendre à connaître et à se connaître. Entraîner Messi, Cristiano Ronaldo ou Neymar n’est pas facile : ce sont les meilleurs au monde et cela pèse beaucoup. Il faut s’adapter à eux. Regarde, l’une des chances de Guardiola à City, c’est de ne pas avoir une figure majeure à laquelle se plier. Il a de grands joueurs qui, lors du moment de vérité, ne font plus qu’un. Et quand il a fallu prendre des décisions radicales, Pep les a prises, par exemple en se passant de Deco, Ronaldinho ou d’Ibrahimovic quand ce dernier a eu des problèmes avec Messi. Et ce faisant, il s’est évité de sérieux problèmes. 

En parlant de relations avec les joueurs, à aucun moment vous n’avez mentionné le thème de la langue, qui est pourtant une barrière cruciale pour connecter avec un joueur.

«Au PSG j’ai réduit l’intensité de mes discours à 60% »

Par bonheur, le français que j’ai étudié étant petit m’a été utile. C’est indiscutable que je ne le maîtrise pas à 100%. Un jour j’ai entendu Benitez dire qu’il ne réussissait pas à transmettre tout ce qu’il voulait en anglais, et cela m’a surpris parce qu’il le parle parfaitement et qu’il est arrivé dans ce pays il y a 15 ans, mais il lui manquait un petit pourcentage pour connecter à la perfection avec ses joueurs. Ma maîtrise du français a été suffisante pour m’expliquer et me faire comprendre. Il est évident que l’une des raisons du succès d’un entraîneur réside dans la communication et la connexion avec les joueurs. Je parle de connexion émotionnelle. De plus, j’ai tendance à beaucoup parler dans un vestiaire, même s’il est évident qu’au PSG j’ai réduit l’intensité de mes discours à 60%, mais je réussis à transmettre en français grâce à ce que j’ai étudié étant petit à Fontarrabie et ce que j’ai appris pendant ces deux années. Toute ma communication avec l’équipe s’est faite en français, et je crois que nous nous sommes bien compris et que la langue n’a pas été une barrière dans ce processus. 

Le fait de jouer tous les 3 jours ne facilite pas le processus de perfectionnement des équipes.

Nous sommes passés des cycles d’entraînements servant de préparation aux matchs, à des cycles où les matchs se succèdent. D’un autre côté, une semaine pleine de travail me paraît presque trop longue à présent, mais j’essaye d’en profiter parce que cela te permet de progresser à travers les séances. Mais au plus haut niveau, c’est devenu une rareté, on va de match en match. Cela réduit ton travail à l’analyse des matchs et au visionnage des vidéos avec les joueurs. A ce niveau tu ne peux presque pas travailler des situations de matchs à l’entraînement. Tu n’as pas le temps. Mieux vaut préparer une petite vidéo avec l’action précise que tu as en tête, et les joueurs, qui en général sont intelligents, peuvent saisir l’idée en 5 minutes. J’ai toujours privilégié le type de séquences suivantes : travail sur le terrain, puis travail de vidéo, répétition générale et match. Cette séquence se réduit désormais à seulement deux étapes : travail de vidéos et match.

Ce changement méthodologique inclut également les phases arrêtées.

« C’est ce que j’ai dit par la suite à Neymar : "Tout mon travail est réduit à tes coups de génie" »

Oui. Habituellement je travaillais les coups de pied arrêtés une demi-heure le vendredi et une demi-heure le samedi, mais à présent cela se limite à 5-10 minutes durant la causerie d’avant-match à l’hôtel, ce qui réduit considérablement l’éventail des possibilités. Tu te retrouves à disposer d’un nombre plus limité d’actions sur phases arrêtée destinées à surprendre l’adversaire. Même si parfois tu as des surprises. J’ai toujours eu 3 normes sur phase arrêtée : la jouer vite avant que l’adversaire ne s’organise ; la jouer court (à la rémoise) afin de déplacer l’adversaire et créer des espaces ; la jouer direct à partir de combinaisons définies. J’ai toujours travaillé ces 3 principes. Mais il se trouve qu’en début de saison, Neymar venait d’arriver et nous n’avions pas encore eu l’occasion de travailler ces actions avec celui qui allait être notre tireur. Premier match au Parc contre Toulouse, corner, Neymar la joue vite et Kurzawa marque. Nous ne l’avions pas du tout travaillé avec lui. C’est ce que j’ai dit par la suite à Neymar : « Tout mon travail est réduit à tes coups de génie ». 

Question sur le modèle de jeu (la longue digression initiale a été supprimée pour ne garder que la fin de la réponse)

Etre compétitif, c’est s’adapter à la réalité de l’adversaire. Parfois, tu gagnes parce que tu utilises mieux le ballon et parfois tu dois t’adapter et renoncer à l’avoir. C’est pourquoi je suis autant admiratif de Guardiola et de Simeone. Parce qu’ils sont très compétitifs, dans des styles opposés. Bien sûr, je suis arrivé au PSG et je le savais : c’est une équipe de possession, qui aime avoir le ballon, qui cherche à toujours marquer. Je suis arrivé avec une idée de continuité. Laisse-moi te dire ceci : le PSG a bien joué et a gagné. Il se peut que les gens ne le valorisent pas assez et estiment que c’est très facile. Qu’est-ce qui nous est arrivé ? Il nous a manqué un peu de compétitivité dans les moments importants. Pourquoi ? Parce que cette équipe n’a pas dans son championnat des matchs qui t’habituent à souffrir. Etre compétitif, c’est savoir souffrir. Souffrir comme le font les équipes de Simeone pour gagner. Souffrir comme souffre Pep pour gagner en Angleterre.

«Mon équipe a deux principes de base : nous voulons être une équipe de possession et de pressing»

Mon équipe a deux principes de base : nous voulons être une équipe de possession et de pressing. C’est la base. Avoir le ballon et le récupérer le plus vite possible. Je nuance : je parle de jeu de possession et non de position parce qu’il existe des moments où tu peux gagner à travers le jeu de position, il y en a d’autres où tu as besoins de beaucoup de permutations pour surprendre l’adversaire. Après bien sûr, comme le dit Guardiola, s’il faut gagner avec un dégagement long du gardien vers l’attaquant et que celui-ci marque un but avec le cul, très bien. On travaille cela aussi, évidemment.

Parlons de la position de sentinelle, qui est le miroir d’une équipe. Est-ce que ce poste a été un point faible du PSG cette saison ? Je dis cela parce qu’ont alterné à ce poste Motta, Lo Celso, Rabiot, Verratti, Lass…

«Je ne pense pas que le problème du PSG ait été le n°6. »

Cela dépend… Je me souviens que lorsque j’analysais le Real, je pensais que Xabi Alonso souffrait lorsqu’il fallait courir vers son but et donc qu’il fallait attaquer ce point faible. Quand j’analyse le Barça et je vois Busquets, je pense aussi que Sergio souffre dans son dos. Si je vois Thiago Motta, c’est également le cas… Tous les grands n°6 positionnels souffrent lorsqu’il s’agit de courir vers leur but. Mais tu es une équipe qui a le ballon 70% du temps et cela est plus important que de savoir si tu souffres quand tu cours vers ton but. Savoir ce que tu fais vers le but adverse est plus important ! C’est toi qui domines les matchs. C’est pour cela que le rendement de ton n°6 dans les phases où tu n’as pas le ballon est moins important, parce que ce sont des phases qui durent moins de temps. Si je mets en n°6 un joueur destructeur, cela m’enlève beaucoup plus en phase de construction que cela ne m’apporte en phase défensive. Bien sûr, il faut faire en sorte que Thiago Motta soit meilleur dans les phases sans ballon, ok. Mais si tu analyses Xabi Alonso et Sergio Busquets, tu fais exactement le même constat. Bien sûr qu’ils souffrent sur ces phases-là, mais ils apportent tellement avec le ballon. Je ne crois pas que ce poste ait été un point faible du PSG. Motta est un n°6 magnifique. Son problème cette année, cela aura été les blessures. Motta apporte beaucoup à l’équipe, sa contribution avec ballon est énorme. Il a du mal à courir vers son but ? Oui, mais deux champions d’Europe comme Xabi et Busquets ont les mêmes caractéristiques que Motta. Je ne pense pas que le problème du PSG ait été le problème du n°6. 

Parlons de Rabiot. C’est un 8, mais qui est plus à l’aise pour jouer 6 que 10. Même s’il reste davantage un 8 qu’un 6. Quand tu veux jouer avec un 6, un 8 et un 10 fixes, Rabiot se retrouve avec une difficulté : il a besoin de courir, courir, courir, et non de jouer de façon statique dans une position fixe, et encore moins quand il s’agit de se retrouver dos au jeu. Rabiot n’aime pas vraiment jouer n°6, il préfère jouer 8, mais moi je préfère qu’il joue 6. C’est pour cela qu’après l’élimination face au Real, je lui ai dit qu’il jouerait 6. Parce qu’à ce poste, il peut se retrouver face au jeu, avec un rayon d’action large, permuter avec Verratti. C’est dans ces conditions qu’il est le plus compétitif. Avec certains joueurs, tu ne peux pas imposer une idée stricte, tu dois t’adapter à leurs caractéristiques afin de gagner en compétitivité individuelle et collective. Lass ? Il est arrivé fin janvier, après avoir joué 6 mois à un niveau très bas et il avait besoin de temps pour retrouver le haut niveau.

«Il manque au PSG ce match, ce moment fondateur»

Pep me disait l’année dernière quelque chose de fondamental : pour gagner la Ligue des Champions, le Barça a dû vivre deux moments cruciaux de son histoire : le but de Bakero face à Kaiserslautern (NDLR : en 1991, but qui évite l'élimination en C1, le Barça gagne la coupe quelques mois plus tard) et le but d’Iniesta contre Chelsea. Il manque ce but au PSG ! Cela aurait pu être l’année dernière quand nous avons perdu 6-1 face au Barça, peut-être que c’était le moment de rompre ce plafond et passer le cap. Ou bien cette année face au Real, quand tu en as l’opportunité. Il manque au PSG ce match, ce moment fondateur. Avoir son « but de Bakero ». Même en étant inférieur, même s’il ne le mérite pas. Mais « pum » ! Tu marques ce but et ton destin change. 

Pour devenir de grandes équipes, tous doivent passer par des moments comme ceux-là. La seule équipe qui n’en a pas besoin, parce qu’elle en a connu suffisamment par le passé, c’est le Real. Cette année, nous avons connu ce moment où tout pouvait basculer. C’était au Bernabeu. Le Real souffrait. On voyait qu’il souffrait. On en avait parlé avant le match, « pour perdre, le Real doit souffrir ». Notre objectif, c’était de faire en sorte qu’ils souffrent et qu’ils ne puissent pas sortir vivant de ce moment. Leur porter le coup fatal au moment où ils étaient le plus en difficulté. Nous en avons eu l’occasion en seconde mi-temps, à 1-1. A ce moment, j’étais très tranquille, parce que la victoire nous semblait à portée de main. Et pourtant, on en avait parlé avant, attention aux débuts et aux fins de mi-temps avec le Real, c’est toujours le moment qu’ils saisissent pour se refaire. Et sur ce match, il s’est donc passé tout ce que l’on ne voulait pas. Fin de la 1ère mi-temps, on concède un penalty et ils égalisent. Deuxième mi-temps, on ne concrétise pas notre temps fort. Fin du match, ils prennent l’avantage et doublent la mise. Nous n’avons pas su en finir quand nous le pouvions et nous n’avons pas su souffrir quand nous le devions. S’ils te mettent le but du 2-1, il faut pouvoir souffrir jusqu’au bout, s’accrocher, les doigts agrippés à la table, souffrir, souffrir encore, résister et faire en sorte que surtout le score en reste là.

«Dès la 15ème minute, j’ai dit à Carcedo, mon adjoint, que ça ne le ferait pas.»

Bien sûr, le match retour, c’est une autre histoire parce que le Real est arrivé au Parc dans des conditions très favorables. Nous avions besoin que le match devienne fou, mais nous n’y sommes pas arrivés. Peut-être parce que j’ai aligné des joueurs de contrôle, à la place de joueurs pour accélérer le rythme. Là je n’ai pas eu le contrôle de l’équipe. J’ai mis des joueurs pour contrôler les moments de tension, mais le match demandait autre chose. Dès la 15ème minute, j’ai dit à Carcedo, mon adjoint, que ça ne le ferait pas. Pour ce match face au Real, on avait besoin de la folie du match face au Barça de l’an dernier : il fallait tout casser. Et que dans cette folie, que le Real prenne peur. Nous avons réussi à l’obtenir par moment au Bernabeu, mais pas au retour.

Dans ces deux grandes éliminatoires face au Barça et au Real, il manque 5, 6, 8 minutes au PSG…

C’est cela. Les dernières minutes. Le PSG a besoin de casser ce plafond, de rompre cette barrière, cette frontière psychologique, mais il n’est pas préparé à cela. Pourquoi Verratti a été expulsé ? A cause de la frustration émotionnelle qu’il ressentait. Parce que c’est difficile de résister à ce type de frustrations. Il faut s’habituer à vivre avec, à jouer avec et à la dépasser. Probablement que cela ne se serait pas produit avec un joueur du Real ou du Barça. C’est quand on aura dépassé ce stade qu’on aura fait le saut de qualité. Avoir ce but de Bakero ou ce but d’Iniesta. Pourquoi je fais rentrer Pastore à 0-1 au retour ? Parce que Pastore est un joueur désinhibé, qui va te tenter un petit pont sans se soucier des risques s’il perd la balle. C’est un joueur de moments, qui pouvait aider à changer la dynamique dans laquelle nous étions. 

«En recrutant Neymar et Mbappé, nous nous sommes mis une pression immense parce que désormais, nous sommes identifiés comme l’équipe de l’argent.»

Le PSG a besoin de vivre ce processus. En recrutant Neymar et Mbappé, nous nous sommes mis une pression immense parce que désormais, nous sommes identifiés comme l’équipe de l’argent. D’accord, mais le Real a fait la même chose sur une décennie, en achetant Cristiano, Bale, Marcelo, Kroos, Modric… Des joueurs faits et confirmés. Et ils ont Zidane, qui est le meilleur entraîneur que puisse avoir le Real. Peut-être que pour d’autres équipes, Zidane ne serait pas l’entraîneur idoine, mais pour le Real c’est le meilleur et il le montre. Peut-il s’améliorer ? Sans doute que oui, mais il sait gérer ce groupe et garde les joueurs heureux. 
Les joueurs l’ont expliqué : Zidane est le meilleur entraîneur pour eux parce qu’il les comprend, ils sont tous heureux avec lui et ils savent que dans les moments-clés ils ne peuvent pas le décevoir. Est-ce qu’ils peuvent être meilleurs ? Oui, parce qu’ils ne sont pas toujours constants. Mais Zidane sait ce dont a besoin ce groupe de joueurs et fait tout le nécessaire pour qu’ils soient à l’aise. Etre à l’aise fait que parfois tu te relâches, et tu en payes le prix en championnat, par exemple. Mais cela te donne l’intensité qu’il faut en Ligue des Champions. Nous avons eu l’opportunité de rompre leur dynamique et de défaire leur construction, mais nous n’y sommes pas parvenus. 

Entraîner le Real, le Barça ou un autre grand club est très compliqué, c’est un art de l’équilibre. L’équilibre entre faire en sorte que les joueurs soient heureux et dans le même temps, exiger d’eux le maximum. C’est pour cela que le travail que fait un Zidane est si difficile. Et c’est pour cela que le travail de Guardiola et de Simeone est si admirable. Pour moi, ce sont les deux meilleurs dans le domaine. Ce qu’a fait Pep en Allemagne, en s’adaptant à ses joueurs, fut immense, admirable. Est-ce que je peux atteindre ce niveau ? Je n’y suis pas encore. Il me manque encore des choses. Je pense que je peux essayer de l’atteindre, mais il me manque encore beaucoup.

«Je dois faire en sorte que Neymar soit heureux. C’est la première des choses»

La première chose que j’ai faite cette saison fut de définir quelle était la priorité. Et elle était la suivante : je dois faire en sorte que Neymar soit heureux. C’est la première des choses. L’avoir heureux. Peu importe comment. J’ai eu de nombreuses discussions avec Neymar à ce sujet. Certaines n’ont pas donné de résultat, mais d’autres furent très fructueuses. Lors de l’une d’entre elles, nous avons parlé pendant 45 minutes, à cœur ouvert. Ce fut un moment magnifique. Il m’a écouté et j’ai pu le convaincre de certaines choses. Mais c’est un processus, celui qui doit l’amener à être le meilleur.

Il y a un an, lors d’une discussion avec Xabi Alonso, nous avions évoqué cette fameuse vidéo du repas entre Draxler, Matuidi, Meunier et Verratti avant le retour au Camp Nou. Dans cette vidéo, on pouvait ressentir toute la peur qu’éprouvaient les joueurs. C’est cette carence émotionnelle que doit vaincre le PSG ? On pense aussi aux déclarations de Thiago Silva, disant qu’il n’y a que les prières pour permettre d’arrêter Messi.

Dans les matchs importants, l’équipe doit encore faire ce pas supplémentaire. Comme je l’ai dit, il lui manque ce but de Bakero, ce but d’Iniesta. Avoir un effectif de grands joueurs, expérimentés, et rompre cette barrière. Quand est-ce que cela arrivera ? Je pense que c’est un projet solide, tant sur le plan économique que sur la qualité des joueurs, et qui s’appuie sur une grande région de sport. De quoi a-t-on besoin ? De patience et d’expérience. Mon objectif était d’accélérer ce processus. Je voulais voir si j’étais capable, après 3 victoires en Europa League, d’accélérer ce processus et de faire ce pas supplémentaire. Nous n’y sommes pas parvenus. Il nous manque encore des choses. Il faut savoir être grand dans les grands matchs.

« J’ai essayé de lutter contre ce confort en risquant beaucoup, en multipliant les discussions, en agitant le vestiaire »

En tant que joueur, j’ai ressenti la peur sur le terrain, la peur de jouer. Et parfois, en L1, on peut pêcher en ayant le sentiment d’être dans un trop grand confort. Ce qui est mauvais pour chaque joueur, parce que cela te fait stagner. J’ai essayé de lutter contre ce confort en risquant beaucoup, en multipliant les discussions, en agitant le vestiaire. Mais cette agitation, comme je n’ai jamais gagné la Ligue des Champions, m’a parfois été préjudiciable. J’essaye de faire en sorte qu’il se passe le plus de choses possibles dans les matchs, que l’équipe ne soit pas placide et indolente dans l’attente d’un coup de génie de Neymar, Cavani ou Mbappé. Je n’aime pas cette idée qu’il doit se passer le moins de choses possibles dans un match, qu’il n’y ait aucun risque et que ce soit simplement les grands joueurs qui te le résolvent. Cela va à l’opposé de mon idée de jeu. Je ne veux pas gagner de cette façon. Bien sûr que cela sert également pour gagner, mais ce n’est pas ce que je cherche. C’est pour cela que j’admire Guardiola, parce qu’il tente des choses, il crée des choses. C’est ce que j’aime : essayer de générer de l’action. 

Il y a deux façons de voir le football : de façon agressive ou passive. Tu vas récupérer le ballon ou tu attends. J’ai toujours considéré que les systèmes en 4-4-2, qui sont de nouveau à la mode en Espagne, sont les meilleurs pour éviter que l’adversaire ne casse tes lignes. Parce qu’il doit en passer trois. Les équipes de Marcelino sont bonnes parce qu’elles le font très bien, c’est très difficile de dépasser chacune de leurs trois lignes. Ses équipes cherchent à récupérer pour contre-attaquer, avec l’appui des deux pointes et des deux milieux extérieurs. Positionnement défensif et contre-attaques. 

Avec Guardiola et la sélection espagnole, un nouveau style s’est développé, celui de la possession à outrance, mais ce style est aujourd’hui en recul en Espagne, parce que lorsque la qualité des joueurs diminue, il est plus facilement contrable, et le 4-4-2 est fait pour cela. Par goût, je préfère le Barça d’avant, celui de Guardiola, mais l’actuel est très bon aussi, avec le concept de Luis Enrique qu’a repris et amplifié Valverde avec son 4-4-2. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Neymar quitte le Barça, parce que le jeu est tourné entièrement vers Messi et que Neymar se retrouvait à devoir travailler dans son couloir.

Ce que j’aime, c’est aller chercher l’adversaire. C’est une idée plus agressive qui dans le même temps t’expose davantage. Le style Bielsa, le style Guardiola. Quand je perds le ballon, je veux le récupérer le plus vite possible. Partout où se trouve le ballon, mon équipe doit être positionnée pour presser et le récupérer. Si le jeu est arrêté, chacun à sa position. Si le ballon est en mouvement, on va presser, bien sûr dans le cadre d’une structure tactique. Ce sont mes deux lectures sur le plan défensif. Le ballon est en jeu, pression. Le ballon est arrêté, position. Pour moi, le 4-1-4-1 est le système qui facilite le plus ce type de pressing. Le 4-4-2 est davantage fait pour un positionnement en zone, moins agressif mais peut-être plus difficile à déborder. C’est le cas des équipes de Marcelino, de Quique Sanchez Flores, de Saint-Etienne l’autre jour…

Je n’écarte pas le 4-4-2. Ce n’est pas l’idée que je privilégie, mais s’il me permet d’être plus compétitif, j’y ai recours sans hésiter. On l’a parfois utilisé à Séville. Je plaçais Banega dans cette position de meneur et de 2ème attaquant sans ballon. Avec deux joueurs forts physiquement dans son dos, cela me donnait la cohésion nécessaire pour presser. Dans mon cas, l’idée n’est pas de le récupérer pour partir à toute vitesse en contre, mais pour me ré-armer à partir de la possession du ballon. Ce que faisait le Barça de Guardiola à merveille. Nous essayions de leur enlever le ballon, mais ces salauds te le récupéraient à chaque fois. Et Pep le fait à nouveau à City : pression vers l’avant et récupération pour recommencer une nouvelle possession.

«Quand le confort disparaît et que l’heure de vérité arrive, les joueurs ne sont pas assez préparés pour souffrir »

Le PSG a eu une idée de jeu qu’on n’estime pas toujours à sa juste valeur. L’autre jour, contre Metz nous avons marqué un but fantastique. Nous étions dans nos 16m, pressés par l’adversaire, Verratti joue avec le gardien et nous réussissons à sortir de ce pressing, en combinant, en progressant par la passe, pam, pam, pam et but. Quand c’est le City de Guardiola qui le fait, cela fait le tour du monde. Au PSG on ne donne pas la même valeur à ce type d’actions, peut-être parce que nous sommes en France et que les répercussions ne sont pas les mêmes. Et je crois que cela influe également sur les joueurs, qui en viennent à moins croire en eux, ce qui n’aide pas à rivaliser. Ils savent que ce sont de bons joueurs parce qu’ils se sentent à l’aise, mais quand le confort disparaît et que l’heure de vérité arrive, ils ne sont pas assez préparés pour souffrir. Le PSG doit rompre cette dynamique-là.

Et maintenant, quels sont vos plans pour le futur, au-delà de la finale de la Coupe de France qui arrive.

Bon, cela fait 3 jours que nous avons pris la décision avec le club de ne pas continuer et je commence à recevoir des coups de fil. J’aime la compétition et au-delà de ça, je me sens responsable envers mon staff : cela me paraît difficile de m’arrêter une saison que ce soit pour récupérer des forces ou attendre un banc prestigieux. Je ne peux pas l’écarter mais cela me semble difficile de prendre une année sabbatique. M’arrêter un an ? Bluff, j’ai du mal à m’y voir. Ce que j’aime, c’est entraîner. Luis Aragones n’arrêtait jamais. Il allait et venait, mais ne s’arrêtait jamais. Certains entraîneurs considèrent au contraire avoir acquis un certain statut et ne souhaitent pas en changer, même si cela signifie ne pas entraîner pendant un ou deux ans. J’aurais beaucoup de mal à agir de la sorte, je veux entraîner. On me dit que j’ai un statut important, que je ferais mieux de faire une pause et d’attendre un banc qui corresponde à mon statut supposé. Je le comprends, c’est un raisonnement logique, mais dans mon for intérieur, je ressens le besoin d’avoir un banc.

Quand vous dites que vous n’écartez rien, vous n’écartez pas non plus des propositions qui vous feraient descendre d’un échelon par rapport au PSG ou bien, en quittant ce club, vous souhaitez continuer au très haut niveau ?

Je veux écouter toutes les propositions, et je les évaluerai selon trois critères. Le 1er, c’est le sportif : dans la mesure du possible, je souhaite continuer à disputer la Ligue des Champions ou l’Europa League, tout en ayant la possibilité de faire quelque chose en championnat. En clair, avoir un projet sportif compétitif. Le 2ème, c’est la qualité de vie, et le 3ème, c’est le facteur économique. Avec deux critères remplis sur trois, je peux accepter un projet. Avec les trois, c’est évidemment plus facile, et avec un seul des trois, plus difficile. 

Que manque-t-il à Emery en tant qu’entraîneur ?

«Même si les gens ne le valorisent peut-être pas, je pense avoir fait du bon travail au PSG, même s’il est évident que le Barça nous a tués.»

J’ai 46 ans, je dois continuer ma progression et mon chemin. Je suis également en plein processus de formation et de maturation. Je suis très porté sur l’auto-critique. Je dois encore poursuivre mon chemin. Faire en sorte de mieux gérer les mauvais moments, les défaites. Je gesticule moins au PSG, c’est vrai, mais demain je veux à nouveau gesticuler, être davantage moi-même, transmettre davantage. Quand je vois Pep et Cholo, ils gesticulent et cela me plaît. A l’époque, Jorge Valdano et Del Bosque m’ont critiqué pour cela. Ils m’en ont parlé. J’ai été plus mesuré au PSG parce que j’ai compris que c’était davantage convenable. Et bien sûr, parce qu’au PSG, gagner est la norme, ce qui fait que tu te relâches davantage. Je dois continuer à approfondir mes idées de jeu. J’aime étudier la tactique. Rechercher des voies pour que l’équipe joue mieux. Que l’on parvienne à jouer avec moins de freins, moins de peur. Je pense qu’au PSG certains joueurs ont progressé avec moi, je pense à Kimpembe et Rabiot. Même si les gens ne le valorisent peut-être pas, je pense avoir fait du bon travail au PSG, même s’il est évident que le Barça nous a tués. 

Notre trajectoire à tous est un processus, fait de moments positifs, les titres accumulés en championnat et en coupes et le jeu de l’équipe, et d’autres, négatifs, comme les revers européens contre le Barça et le Real. Je me sens comme un entraîneur encore en construction. Parce que je vis également ce processus de maturation, d’erreurs, de corrections. Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut être prêt à utiliser tous les moyens pour que rien ne freine son projet. Personne n’est parfait, et il n’est pas toujours nécessaire d’avancer en se tournant vers l’avant. On doit aussi avancer en se retournant, en apprenant et en corrigeant. Parfois, il faut savoir faire comme Guardiola quand il s’est débarrassé de Deco, Ronaldinho et d’Ibrahimovic. Oui mais après, Zlatan et son agent sont en conflit avec Pep ? D’accord, mais il s’en est débarrassé et dans le même temps il s’est débarrassé des freins pour construire sa grande œuvre. Pep est un entraîneur qui construit des œuvres. Ce qui me manque à moi ? Que mes œuvres soient davantage des œuvres. Et soient davantage mes œuvres. »

NB : Propos recueillis par Marti Perarnau pour Tactical Room. Nous publions cette version presque complète de façon exceptionnelle car non-disponible en français. Le magazine est disponible au format électronique sur le site de l'auteur, un achat que nous vous conseillons pour avoir notamment accès à la version complète de l'entretien.



News 

mercredi 19 septembre

mardi 18 septembre

lundi 17 septembre

dimanche 16 septembre

samedi 15 septembre

vendredi 14 septembre

jeudi 13 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux