Article 

«Pire option», « meilleur choix», les propos de Wanda Icardi en intégralité

Publié le vendredi 6 septembre 2019 à 14:51 par Philippe Goguet
A peine arrivée au PSG, Wanda Icardi, femme et agent de, s'offre sa première polémique suite à des propos tenus à deux endroits, à savoir l'émission animée par sa soeur à la télévision argentine Morfi, puis, surtout, dans un entretien au Corriere della Sera où elle explique le choix de son mari et ce qu'il implique pour elle. Voici ses propos, dans les deux médias, en intégralité.

Personnage central de la carrière de Mauro Icardi dont elle est la femme et agent, Wanda Icardi est aussi un personnage public en Italie et ailleurs. Elle s'exprime souvent, via divers biais, et le public parisien vient de découvrir le phénomène alors que son mari vient tout juste d'arriver à Paris. Outre l'émission Tiki-Taka à laquelle elle participe sur la chaîne italienne Mediaset, Mme Icardi a fait deux apparitions médiatiques au cours des dernières heures, déclenchant une première polémique.

Épisode 1, Wanda Icardi à la télévision argentine

«Le plus grand sacrifice, c'est moi qui le fais parce que je vais devoir venir et partir tout le temps. On va vivre à Paris et à Milan. »

Ce jeudi, c'est dans l'émission de sa soeur Zaira que Wanda Icardi a fait sa première sortie. Ce show mélangeant cuisine et actualité voit régulièrement Wanda intervenir et c'était le cas ce jour, cette dernière appelant en direct. Après une petite blague pour introduire la chose, Mme Icardi s'est confiée par rapport au déménagement à Paris : « C'est un bordel. Mais je travaille ici (à Milan). J'ai un contrat avec Mediaset qui est une très grande chaîne de télévision ici en Italie. Je vais faire des aller-retours. Le plus grand sacrifice, c'est moi qui le fais parce que je vais devoir venir et partir tout le temps. On va vivre à Paris et à Milan. On aura une maison et les enfants étudieront dans les deux endroits. »

Interrogée sur cette école qui serait à moitié dans les deux pays, la mère de famille explique que l'école en question a une succursale à Paris et qu'ils vont faire moitié-moitié concernant les horaires. Et c'est bien elle qui va devoir gérer ça : « Mauro a pris un bagage à main et il est parti. Parce que de toute façon, là-bas, les sponsors vont lui envoyer des vêtements. Il m'a laissé seule avec les enfants, l'école, la maison, les chiens. »

Le présentateur la félicite alors pour son travail en tant qu'agent. Alors qu'Icardi était sur le point de devenir un joueur libre (via une loi et un procès au long cours), l'Inter lui a fait signer un contrat où il est augmenté de deux millions, grâce à Wanda : « Les Italiens pouvaient avoir des doutes et pensaient que j'allais ruiner sa carrière. Les Argentins qui me connaissent savent que, si j'ai attendu jusqu'au dernier jour du mercato, c'est parce que Wanda avait quelque chose de beaucoup mieux. »

« Mon fils Valentino m'a dit la même chose : "Maman tu discutais avec le PSG et tu ne nous as rien dit."»

La femme d'affaires dont la vie s'étale sur les réseaux sociaux était en revanche restée très discrète concernant le PSG et même sa soeur lui fait remarquer. Elle lui demande quand elle a débuté les négociations avec Paris vu que même elle était pas au courant. Wanda répond : « Mon fils Valentino m'a dit la même chose : "Maman tu discutais avec le PSG et tu ne nous as rien dit." Je n'ai rien dit en premier lieu parce que j'ai une soeur qui travaille dans le monde du spectacle et je ne peux donc rien dire. »

C'est ensuite la rumeur sur Boca Juniors qui est lancée et Wanda répond, en rigolant : « Je crois que Mauro et Licha (Lisandro Lopez) préparaient quelque chose en secret. Ils voulaient me boycotter mon Paris Saint-Germain. Licha tentait de le convaincre. Je crois que Licha lui envoyait des photos de viande argentine, de grillades. Les deux sont très portés sur la pêche, les grillades. Ils sont très tranquilles. Mais voilà, le PSG était une super opportunité pour Mauro et je ne pouvais pas leur dire non. Pour l'image, pour tout... »

Elle redevient ensuite plus sérieuse concernant un éventuel retour au pays : « Je serais la première heureuse. Pour moi ça aurait été une super opportunité de vivre la grossesse de ma soeur à ses côtés, de pouvoir compter sur toute ma famille, de revenir dans mon pays. Mais la vérité c'est que ça n'a jamais été sérieux (les contacts avec Boca). Mauro n'est pas ma propriété. En plus, il faut toujours se mettre d'accord avec le club. Le joueur, son intérêt et celui de sa famile comptent beaucoup. Mais après il y a les accords entre clubs et sur ce sujet, tu ne peux pas faire beaucoup. C'est l'intérêt commercial ou non du club. »

Au moment de l'arrivée d'Icardi au PSG, Maxi Lopez qui est à la fois l'ex-mari de Wanda et le père de ses trois premiers enfants qu'Icardi élève désormais comme les siens, a posté une photo de lui avec Neymar sur Instagram. Pour Wanda, ce n'est pas un souci : « Je suppose que c'est une coïncidence parce qu'il n'y a pas de rapport. Tous les joueurs se connaissent entre eux. Mauro connaissait déjà tous les joueurs avec qui il va jouer parce qu'ils se sont croisés en championnat, en Ligue des Champions, en coupe ou encore pendant des amicaux. Je préfère penser que c'est une coïncidence. »

«Cette option est celle qui me demande le plus de sacrifices parce que je dois faire des aller-retours. Mais évidemment j'ai pensé à lui à 100%»

Son intervention se termine avec une question sur le fait qu'elle pourrait représenter d'autres joueurs : « Mauro est plus qu'exigeant, il est intense. C'est déjà beaucoup pour l'instant. D'autres joueurs et femmes de joueurs m'ont demandé. Ceux qui me connaissent savent que je ne recherche pas un intérêt commercial. Je ne cherche pas le meilleur pour moi à 100%, évidemment aussi par rapport à l'amour que je porte à Mauro. Je choisis toujours le meilleur pour lui. Pour moi, celle-ci (le PSG), parmi toutes les options qu'on avait, c'est celle qui me demande le plus de sacrifices parce que je dois faire des aller-retours. Mais évidemment j'ai pensé à lui à 100%. Il y avait évidemment les meilleures équipes d'Italie qui le voulaient également et pour moi ça aurait été le plus facile de les choisir. Mais le choix du PSG était le meilleur pour sa carrière. »

Épisode 2, Wanda Icardi dans le Corriere della Sera

Après cette première version très orientée sur l'évolution de la vie privée du couple Icardi, Wanda va apparaître dans les colonnes du Corriere della Sera, le grand quotidien régional de Lombardie. C'est de cet entretien que sont tirés les propos les plus polémiques ayant alimenté le débat depuis ce matin, notamment car il est très question de la relation particulièrement forte qu'entretient Icardi avec l'Inter. Voici son entretien en intégralité.

« Ce n'est pas un divorce. Mauro et l'Inter sont comme des fiancés qui font une pause pour réfléchir. »

« Ils disent que je fais du mal à mon mari, au père de mes enfants. Est-ce que les gens pensent quand ils parlent ? Comment pourrais-je ne pas vouloir le bien de Mauro ? Son bonheur est le mien » attaque-t-elle d'entrée avant de préciser sur ce prêt au PSG : « Ce n'est pas un divorce. Mauro et l'Inter sont comme des fiancés qui font une pause pour réfléchir. » L'entretien commence réellement ensuite, avec la première question du quotidien.

Wanda, êtes-vous en train de dire que Mauro sera de retour à la fin de l'année ? 

« Au PSG, vous ne pouvez pas dire non ; il a tout à gagner» 

« Au PSG, vous ne pouvez pas dire non ; il a tout à gagner, c'est un club plein de stars et Mauro est honoré d'en faire partie. A la fin de la saison, nous choisirons ce qu'il y a de mieux. Je travaille pour lui mais les choix sont les siens. »

Il a rejeté plusieurs propositions. Comment l'avez-vous finalement convaincu d'accepter le PSG ?

« Je suis sa femme, pas son avocat, je le connais. Je savais qu'il dirait oui. Le choix du PSG est arrivé après une année de polémiques et de tensions. Il l'a aussi fait pour donner de la tranquillité à ses enfants et à sa famille. S'il était resté, cela aurait toujours été un problème. »

Comment vos relations avec l'Inter se sont-elles détériorées ?

« Par beaucoup d'incompréhensions, mais son désir de jouer à l'Inter et l'amour des fans restent. Dans une relation longue, il y a des crises. A la fin, nous nous quittons avec une relation recousue, sans aucune trahison. »

Qu'est-ce qu'il s'est réellement passé ?

« L'Inter avait besoin de vendre Icardi. »

« L'Inter avait besoin de vendre Icardi. En tant que capitaine, Mauro n'aurait jamais quitté le club. C'était une stratégie de le vendre. »

Pour quelle raison son brassard lui a-t-il été retiré ?

« Pour le vendre, c'est ce qu'on lui a dit. En janvier dernier, il a refusé d'être transféré dans une autre équipe. Il a répondu : "Je suis le capitaine et je ne vais pas quitter cette équipe." La relation était cassée, ils avaient "une autre idée". »

Est-ce que l'autre club était la Juventus qui proposait un échange avec Higuain et 50M€ ?

Je ne dirai pas le nom de l'équipe. L'autre joueur est venu à Milan, mais pas à l'Inter. Si Mauro l'avait dit clairement, cela aurait été différent. Le brassard n'aurait-il pas pu lui être enlevé à la fin de la saison ? »

Quand il a été écarté, Icardi a refusé d'aller à Vienne (pour jouer contre le Rapid en coupe d'Europe en février dernier). Pourquoi ? 

« Cela ne s'est pas passé de cette façon. Il jouait déjà avec une douleur au genou. Quand ils lui ont retiré le brassard, il a dit : "Pour jouer, il ne faut pas seulement le corps mais l'âme par-dessus tout. Et à ce moment-là, c'était rompu."  L'Inter savait que Mauro était déjà allé trois fois à Barcelone pour se soigner. »

À partir de ce jour, il a été absent pendant deux mois. Avez-vous appelé Massimo Moratti (président historique de l'Inter Milan) pour avoir de l'aide ?

« Tout le monde tapait sur Mauro, Moratti a fait une déclaration pour le défendre. C'est un grand homme. Ses mots ont été l'oxygène alors que je suffoquais. »

Icardi est passé de 29 buts sa première année avec Spalletti à être sur le marché des transferts : pourquoi ?

« Je ne connais pas les comptes du club ni comment fonctionne le fair-play financier. Peut-être que sur le marché, seul Icardi pouvait être vendu. »

Selon beaucoup de personnes, vos déclarations à Tiki Taka (l'émission de télévision à laquelle elle participe) ont eu un rôle décisif dans tout ce feuilleton : vous rediriez tout ?

« L'Inter savait tout. Ils ne m'ont pas donné l'autorisation, je n'avais pas de contrat avec eux. Je redirais tout, je n'ai jamais parlé avec méchanceté ou pour blesser. Je dis toujours la vérité, celui qui n'a pas de courage dit des mensonges. Je vais continuer Tiki Taka, Mediaset est ma famille. »

Pourquoi les relations avec les Croates (Perisic et Brozovic) ont été mauvaises ?

« Tout a été amplifié. Leurs relations ont toujours été cordiales, l'un d'eux est mon voisin. »

Conte a accepté les choix du club ?

« Je crois que oui. Je lui ai parlé, ils lui ont garanti qu'ils renforceraient l'équipe dans tous les cas. »

Comment les choses ont changé depuis l'arrivée de Marotta ? Avez-vous trouvé votre place ?

« Le football est un business. Marotta fait des choix et il doit regarder les comptes. A la fin, vous verrez qui a bien travaillé. Sur le champion qu'est Icardi, je n'ai jamais eu aucun doute : j'ai eu 15 offres. Marotta le savait aussi. Si nous sommes arrivés le dernier jour, ce n'est pas parce que nous étions fâchés : nous savons la valeur d'Icardi. »

Était-ce vraiment nécessaire de poursuivre l'Inter ?

« Ce n'était pas pour une question d'argent, seuls les imbéciles croient à ça. Si c'était une question d'argent, nous serions partis il y a 3 ou 4 ans quand l'Inter ne jouait pas la Champions League, il est resté par amour pour le club. Il voulait revenir dans le groupe et s'entraîner avec Conte. Qui sait où il aurait pu aller avec lui. »

Vous dites que Mauro a dit non à la Juventus.

« Il était le capitaine de l'Inter, il n'y serait jamais allé. »

Paratici (directeur sportif de la Juventus) a lui-même beaucoup parlé d'un échange Icardi/Dybala.

« Avec Fabio, j'ai une relation cordiale. Il est intéressé, notre relation va continuer. »

Pensez-vous qu'à l'avenir Mauro puisse aller à la Juve ou il ne veut plus jouer en Italie désormais ?

«La priorité sera toujours l'Inter. »

« Il aime jouer en Italie, il connaît bien le championnat, il a marqué 135 buts. Je pense qu'il reviendra. Je ne sais pas où et comment. La priorité sera toujours l'Inter. »

Wanda, est-ce que c'est une belle ou une mauvaise histoire ?

« Je suis celle qui l'a résolue. C'était difficile de sortir de cette situation en trouvant une équipe de ce niveau. Le choix de Paris le rend lui et sa famille fier. En tant qu'agent, j'ai tenté d'obtenir le meilleur, sans trahir la majorité des fans qui l'aime ni l'Inter. »



News 

Aujourd'hui

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux