Article 

Positionnement, prolongation, forme, Neymar, Gueye, etc, la conf' de Verratti

Publié le samedi 24 août 2019 à 20:09 par Philippe Goguet
Avant Thomas Tuchel, c'est Marco Verratti qui s'était présenté face à la presse ce samedi. S'il a beaucoup été question de lui, de son positionnement, de son avenir, de sa forme ou encore de ses responsabilités, l'Italien a aussi parlé de son équipe, de Neymar, de Marquinhos ou encore de la recrue Idrissa Gueye.

Un Verratti plus responsabilisé cette saison ? 

« J'ai eu des responsabilités depuis que je suis arrivé ici, j'en ai toujours eues. J'étais jeune mais j'ai tout de suite commencé à jouer et quand tu joues pour une équipe qui a de très grosses ambitions, c'est normal d'en avoir. Après, quand tu grandis, tu en as des différentes et tu penses à autre chose. Je sens que je suis important pour cette équipe et je veux vraiment l'aider à faire un pas en avant. En huit ans, on a déjà gagné pas mal de choses et un pas en avant, c'est faire un pas de plus en Champions League. On le souhaite mais les autres équipes aussi. Tout le monde doit aider pour le faire.»

Des indices sur le futur de Neymar, un joueur proche de lui ?

« Il n’y en a pas beaucoup comme Ney à Paris et dans le monde. C’est pourquoi je souhaite qu’il reste. »

« Je suis très proche de Ney, mais ce sont des choses particulières. Je n’aime pas aller voir Ney, lui mettre la pression, lui dire des choses ou parler souvent de ça. S’il y a quelque chose, c’est lui qui viendra à moi, ce n'est pas moi qui irai l'interroger. Bien sûr que j’espère qu’il va rester ici. Ils sont trois ou quatre joueurs au monde à avoir les qualités de Ney. Il n’a pas eu de chance ces deux dernières années, je pense qu’il nous a beaucoup manqué dans les moments décisifs de la saison. Comme Messi et Ronaldo dans les matches décisifs, ils font la différence. Ce sont des joueurs qui changent le match. Il n’y en a pas beaucoup comme Ney à Paris et dans le monde. C’est pourquoi je souhaite qu’il reste. Après, ce sont des choses entre lui et le club. Dans dix jours, tout le monde saura s’il reste ou non. Parfois, pour rigoler, je dis que j’aimerais que demain soit le 2 septembre, que ce soit terminé et qu’on reste ensemble. Moi je l’espère, mais ça les concerne eux. Je pense que tout le monde va prendre les bonnes décisions.  »

Un PSG avec un air de fin de saison dernière à Rennes : 

« C'est quelque chose que je ne comprends pas. Nous sommes les premiers à ne pas être contents de ne pas gagner. Quand on perd 1-0 en Trophée des Champions et qu’on renverse le match, tout le monde a dit que ce n’était plus le PSG de la fin de saison. Mais quand on rencontre une bonne équipe, qui fait un gros match et qu'on perd, c'est un peu un désastre... Dans le football, il faut avoir de l’équilibre. Il ne faut pas s'enflammer quand on gagne un match et ne pas tuer tout le monde quand on perd. Ça fait 7 ans que je suis ici et à chaque fois, c’est compliqué à Rennes, on a toujours un peu souffert. C’est le début de la saison, personne n’est pas à 100% même si ce n’est pas une excuse car c’était pareil pour Rennes. On a manqué de certains points mais c'était un match équilibré même si on n'a pas eu beaucoup d'occasions. Rennes n'a pas frappé au but avant le premier but. Ce sont des matches où on comprend qu'on doit être à un bon niveau physiquement car cela va vite être difficile contre n'importe quelle équipe. Cela démontre aussi la qualité de la L1, que ça ne va pas être facile et qu'il faut toujours tout donner pour arriver à la victoire car personne ne te fera de cadeaux.»

Un rôle plus offensif en vue sur le terrain ?

« Ce sont des choix que va faire le coach quand on sera tous disponibles. Idrissa vient d'arriver et il avait fait trois entraînements avec nous avant Rennes. Le coach a fait des choix un peu obligés, on n'était pas beaucoup. Ce sont des choix qu'il va faire. En Italie, je joue un peu plus devant, ici parfois comme un n°6, ce sont deux positions que j'aime. Je ferai le maximum pour faire ce que le coach me demande. Je n'ai pas de préférence, j'aime un peu tout faire. »

Milieu gauche plutôt que droit cette saison, une demande de sa part ou du coach ?

« Dans ma carrière, je n'ai jamais dit au coach où je voulais jouer »

« Dans ma carrière, je n'ai jamais dit au coach où je voulais jouer, c'est toujours son choix. Où il me met, je joue et j'essaye de toujours faire le maximum. Le coach a commencé un peu à Rennes (NDLR : en fait Nîmes) où j'étais sur le côté gauche et c'est le même rôle que j'ai en sélection. C'était un peu pareil avec Thiago Motta quand il était le n°6. Des fois c'était moi le 6 l'an passé ou à deux et c'est une position, relayeur gauche, où je n'ai pas beaucoup joué mais je l'aime beaucoup. [...] Cela dépend aussi de l'autre relayeur : cela peut être quelqu'un qui joue un peu devant et à la fin, on fait sortir le ballon avec deux joueurs et un devant. On change beaucoup et j'aime bien. »

L’apport très faible des latéraux depuis le début de la saison, pourquoi ? 

« Quand on joue contre des équipes qui jouent très bas, c'est parfois difficile de trouver de la profondeur pour les latéraux car tu te retrouves à envoyer le ballon en dehors du terrain. Quand tu joues à six derrière, c'est dur de trouver des espaces donc c'est important de marquer le premier but pour ouvrir des choses. Contre Nîmes, on a marqué sur penalty et c’était mieux après car ils ont été obligés de sortir un peu, de ne pas trop défendre. Mais c’est sûr que c’est difficile de jouer contre des équipes en 6-3-1. Ce n'est pas un problème de couloirs, on peut aussi jouer avec les latéraux plus bas et laisser plus d'espace aux attaquants. Surtout quand Kylian joue à gauche, c'est mieux vu qu'il est incroyable dans les un-contre-un. »

L'avancement de sa prolongation de contrat au PSG :

« S'ils souhaitent que je reste, ce n'est pas un problème de trouver un accord »

« Je ne sais pas, ce sont des choses qui dépendent plus du club. Il me reste encore deux, trois ans de contrat (NDLR : deux ans jusqu'en 2021). Ce n'est pas vraiment important, il y a plus important pour le club en ce moment, c'est le mercato qui termine en septembre. Après, comme on l'a toujours fait, s'ils souhaitent que je reste ici, s'ils sont contents de moi, ce n'est pas un problème de trouver un accord parce que je suis vraiment très bien dans cette équipe, je fais partie de ce projet. Je veux aider l'équipe à faire un pas vers l'avant, pour tous ceux qui travaillent ici, pour tous ceux dans le projet et pour la confiance qui nous est donnée. On est venu ici en partant un peu de zéro pour aller à la conquête de l'Europe. C'est difficile, tout le monde attend ça. Nous les premiers, et on est parfois les premiers à être déçus quand ça ne se passe pas comme on le souhaite. »

Un programme spécial suivi durant l'intersaison pour avoir la forme ?

« Après la deuxième opération, j'étais vraiment mieux après cinq jours »

« Les problèmes que j’avais eu la saison dernière, c’était la conséquence de la pubalgie. Un jour, j’étais bien, l’autre non mais quand tu joues tous les trois jours, tu n’as pas vraiment le temps de t'arrêter ou de te faire soigner correctement. Avec une blessure comme ça, c'est difficile. Quand tu te casses le genou, tu sais que tu vas rester arrêté sans jouer. Là, dès que j'étais bien, je voulais m'entraîner et jouer les matches donc je n'avais jamais le temps de me soigner à fond. C'est quand je ne pouvais vraiment plus que j'ai décidé de me faire opérer. J'ai raté l'Euro 2016 donc j'ai eu deux fois ce problème mais après la deuxième opération, j'étais vraiment mieux après cinq jours, je me sentais une autre personne. L'an passé, j'ai eu des blessures non musculaires, on m'est tombé sur la cheville, des blessures qui peuvent arriver. Je me sens vraiment bien physiquement actuellement et c'est important dans le football d'aujourd'hui. »

Marquinhos le milieu de terrain : 

« Il nous a beaucoup aidé l'an dernier, on n'avait pas beaucoup de milieux, il s'est sacrifié pour l'équipe et il y a été très bien. Je pense que c'est une très grande révélation pour tous car ce n'est pas facile à ce niveau de changer de poste comme ça. Marqui est encore jeune mais il a un grand caractère et un grand potentiel. On a trouvé un très bon milieu. »

Bientôt plus décisif sur le terrain ?

« C'est important dans le football d'aujourd'hui d'être décisif mais cela dépend aussi du rôle que l'on a dans l'équipe. On a déjà beaucoup de joueurs décisifs, des attaquants ou des joueurs qui jouent un peu plus devant. Mon rôle est beaucoup plus de commencer l'action, de faire sortir le ballon et de le faire arriver le plus vite possible aux attaquants. Après, cela me ferait du bien aussi de faire plus de passes décisives. »

L'arrivée d'Idrissa Gueye :

« On avait besoin d'un joueur de cette typologie »

« On avait besoin d'un joueur de cette typologie. C'est un joueur un peu box-to-box. Je me rappelle de lui quand il jouait à Lille et il ne laissait jamais rien, c'est un type de joueurs qui nous manquait peut-être et on est contents de lui. Il a commencé il y a une petite semaine mais il est déjà très performant et je pense qu'il peut aider tout de suite. »

A noter que Thomas Tuchel a aussi été interrogé sur son joueur en conférence de presse ce jour et il lui a été demandé s'il je veut que Verratti fasse autre chose sur le terrain cette saison. La réponse a été pleine de malice : « Je peux dire que je veux qu'il marque plus mais je pense que ça ne viendra pas (rires). Il essaye chaque jour pendant l'entraînement et il n'y a pas beaucoup de buts (rires). On doit se concentrer sur les passes et la récupération mais je suis très content de lui car c'est un gars totalement fiable, avec un grand coeur, qui pense toujours à l'équipe et aux autres. C'est très bien qu'il soit avec nous. C'est super important. »

 

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

mardi 10 septembre

lundi 09 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux