Article 

PSG/Barça, un signal fort pour la formation

Publié le jeudi 16 février 2017 à 17:40 par Philippe Goguet
Paris a ébloui l'Europe mardi soir avec son succès contre Barcelone et la formation du PSG s'est retrouvée mise en avant avec les prestations majuscules de Presnel Kimpembe et Adrien Rabiot. Un détail qui n'a pas échappé aux formateurs parisiens.

PSG/Barcelone a été un match d'étoiles ce mardi, la MSN et les autres stars barcelonaises étant mises à mal par une équipe parisienne où les Verratti, Draxler, Cavani ou encore Di Maria ont brillé. Mais outre ces recrues étrangères achetées pour des montants importants, la formation du PSG s'est aussi signalée avec les prestations de Presnel Kimpembe et Adrien Rabiot, tous deux âgés de 21 ans et purs produits du centre de formation parisien.

Opposé à la légende vivante Lionel Messi, Kimpembe a réussi un match d'anthologie pour ses débuts en Ligue des Champions alors qu'il remplaçait le capitaine Thiago Silva. Encouragé et préparé personnellement par un Unai Emery qui lui a demandé de jouer comme il sait le faire, le gaucher a pratiquement tout réussi pour cette première. Du côté de François Rodrigues, entraîneur de la réserve parisienne qui a eu quelques fois Kimpembe sous ses ordres cette saison, on arrive encore à être étonné par le joueur : «Même nous, il nous épate. J'ai discuté avec lui ce matin (hier matin), et il était serein. Ça lui semblait normal. Qu'il joue contre Suarez ou contre l'attaquant de Saint-Malo, il est le même... »

Un cran plus haut sur le terrain, Kimpembe était protégé par Adrien Rabiot, 21 ans lui aussi et également issu de la génération 1995 du PSG. Les deux n'ont pas eu le même parcours, Rabiot explosant tous les records de précocité quand Kimpembe a eu une maturité plus tardive, mais la prestation du milieu défensif n'en a pas été moins bonne. Et pour François Rodrigues, le grand symbole actuel du centre de formation parisien  a rempli son rôle habituel : «C'est un vrai modèle. Il s'intéresse toujours aux résultats des équipes de jeunes. Il vient voir les copains. C'est un vrai amoureux du club.»

Mais plus que ces deux cas individuels, c'est le message envoyé par l'équipe première à son centre de formation que veut retenir celui qui a mené en juin dernier les générations 1997 et 1998 au titre de champion de France U19 : «C'est une grande fierté et une reconnaissance de la part du staff des pros. Cela envoie un excellent signal pour garder nos meilleurs potentiels, qu'on a parfois du mal à convaincre de signer chez nous.» Aujourd'hui, ce sont les négociations avec Augustin, Zagadou voire Callegari qui coincent ou ont coincé au cours des derniers mois, pour des prolongations ou des signatures de premier contrat.

Avec les matches des deux Parisiens, tout le monde est gagnant au club. Emery a prouvé que sa méritocratie n'était pas illusoire et qu'un jeune du centre pouvait avoir sa chance, même dans le match de l'année. De leur côté, les deux joueurs ont brillé individuellement et donc indirectement valorisé le centre de formation qui les a façonnés. Il ne faut pas oublier non plus qu'en leur temps, les prolongations de contrat de Rabiot et Kimpembe avaient également un peu duré et, au lendemain de ce match historique, les deux joueurs ne doivent pas vraiment regretter d'avoir prolongé leur bail dans leur club formateur. 

Face à un club dont le centre de formation est un symbole fort, le PSG a même fini la partie avec trois joueurs formés au club sur le terrain, Nkunku (19 ans) rejoignant les deux autres sur le terrain après la sortie sur blessure de Verratti. Dans le camp d'en face, ils étaient certes près du double à avoir participé au match (Piqué, Alba, Sergi Roberto, Busquets, Iniesta, Rafinha et Messi), plus un joueur non utilisé de chaque côté (Areola et Denis Suarez). Pour l'instant, Barcelone a encore l'avantage du nombre dans ce domaine (8 contre 4) mais les Parisiens ont pour eux l'avantage de l'avenir : les trois plus jeunes joueurs sur le terrain étaient tous du côté du PSG.

NB : Propos de François Rodrigues recueilli par Le Parisien.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 24 avril

dimanche 23 avril

samedi 22 avril

vendredi 21 avril

jeudi 20 avril

mercredi 19 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux