Article 

Stambouli : «Rabiot peut être le nouveau numéro 6 du PSG»

Publié le lundi 4 décembre 2017 à 12:26 par Philippe Goguet
Ancien milieu du PSG qui n'avait pas su s'imposer, Benjamin Stambouli s'est exprimé dans Le Parisien concernant ce débat récurrent du club. Et pour lui, Rabiot a tout pour être le n°6 du futur à Paris.

Désormais titulaire en défense centrale dans le 3-5-2 (ou 3-4-3) de Schalke 04, Benjamin Stambouli reste toutefois très bien placé pour discuter des milieux du PSG, lui qui a été pendant un an en concurrence avec les actuels tauliers, à savoir Motta, Verratti ou encore Rabiot. Alors que le dernier cité est en train de passer un cap et enchaîne les bons matches devant la défense, l'ancien Parisien considère que Rabiot est largement capable de succéder à Motta.

A l'époque, Stambouli s'était cassé les dents face à la concurrence de l'Italien mais il estime que Rabiot peut y arriver, notamment car le Français de 22 ans ne tente pas de copier son aîné : «Ce n'est pas facile, c'est vrai, quand on connaît la qualité de Thiago Motta. Mais Adrien fait du Adrien, et ne cherche pas à faire du Motta. Il n'hésite pas à se projeter quand il voit l'espace, car il a la puissance pour le faire. Il peut être le nouveau numéro 6 du PSG.»

De son côté, Rabiot se voir toujours comme un relayeur que comme une sentinelle, une différence expliquée par Stambouli : «Le grand public ne voit peut-être pas trop la différence entre un 6 et un 8. Mais ce sont des rôles qui n'ont presque rien à voir. En sentinelle, il y a beaucoup de travail de compensation à effectuer et un rôle essentiel dans la sortie de balle. Après, au PSG, il y a beaucoup de rotation au milieu, il y a souvent un joueur qui libère l'espace pour celui qui arrive. Je ne dirais pas que c'est simple de jouer milieu à Paris, mais c'est quand même plus évident que dans une équipe qui a du mal à sortir la balle.»

Face au Bayern, Rabiot pourrait bien être confronté à Corentin Tolisso, son principal concurrent en équipe de France qui évolue depuis l'été dernier dans le club bavarois. Et le joueur de Schalke compare les deux hommes : «Ils ont beaucoup de qualités, mais celles-ci sont différentes. Tolisso est efficace dans le jeu long, tandis qu'Adrien peut perforer les lignes balle au pied. En plus, Adrien est en train de prendre une autre dimension. Il est de plus en plus présent dans la surface de réparation et, quand il joue sentinelle, il fait très bien le boulot, c'est propre. Ce sont deux joueurs de très haut niveau, mais j'ai une petite préférence pour Adrien.»

Et c'est peut-être pour cette raison que Stambouli ne croit pas en une remontada à la sauce bavaroise : «Il y a un peu de fébrilité défensive du côté du Bayern, alors que je ne perçois pas ce type de faiblesse du côté de Paris. C'est un problème d'association. Boateng a été blessé longtemps et Neuer est toujours absent. Donc, 4-0 pour Munich, ça me semble gros, surtout avec la qualité de l'attaque parisienne.»

NB : L'entretien complet est disponible sur le site du Parisien.

Joueur(s) lié(s) 


News 

dimanche 17 décembre

samedi 16 décembre

vendredi 15 décembre

jeudi 14 décembre

mercredi 13 décembre

mardi 12 décembre

lundi 11 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux