Article 

Verratti : «Tout le monde ne peut pas attaquer en même temps»

Publié le samedi 21 octobre 2017 à 12:20 par Philippe Goguet
Dans un long entretien accordé à L'Equipe, le milieu du PSG Marco Verratti est longuement revenu sur son été agité mais il a aussi évoqué le jeu du PSG et son évolution, Paris montrant de réelles aptitudes en contre cette saison. L'Italien prend notamment l'exemple du récent PSG/Bayern pour illustrer ça.

Marco Verratti a passé un été très animé, les rumeurs l'envoyant au Barça étant nombreuses, mais le milieu italien est finalement toujours à Paris où il est un pion important du onze parisien, le milieu relayeur droit n'ayant pas vraiment de remplaçant au sein de l'effectif. Présent depuis l'été 2012, il est aujourd'hui particulièrement bien placé pour évoquer l'évolution du jeu parisien, le club de la capitale ayant tout de même changé pratiquement toute sa ligne d'attaque cet été avec les arrivées de Neymar et Mbappé. Comme il l'explique, «on a des joueurs compétents qui font des différences. Mbappé, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit déjà à ce niveau. C’est un joueur phénoménal.»

Alors que le PSG a souvent fait du milieu sa force depuis 2012, c'est désormais l'attaque qui semble porter le club parisien. Dans L'Equipe, Verratti s'est donc expliqué sur ce (très) relatif déclin du milieu : «On change de façon de jouer parfois, par exemple contre le Bayern Munich, où on a eu 40% de possession. On a un jeu plus direct, on va vite vers l’avant donc on n’a pas beaucoup de possession sur des matches importants. En L1, quand une équipe se met à onze dans la surface, on a 70% de possession mais peut-être qu’on aura moins d’occasions que contre le Bayern ou Anderlecht.»

«Le Bayern a eu la possession mais nous, on a eu les occasions.»

Le match contre le Bayern avait effectivement surpris, avec un PSG évoluant en contres, et Verratti avoue que ce n'était pas prévu : «Non, au début, on voulait jouer comme d’habitude, on sortait sur le défenseur adverse, on pressait haut. Mais quand tu marques après trois minutes, c’est différent. Tu sais que si tu défends bien tu auras des espaces. Le Bayern a eu la possession mais nous, on a eu les occasions. C’est une bonne chose pour la Ligue des champions de savoir jouer comme ça.»

«Parfois, on doit défendre toute la largeur du terrain à trois, ce n’est pas facile mais on le fait avec plaisir.»

Après avoir rappelé que le Real a gagné la C1 de cette façon, Verratti complète : «C’est un autre style. La première année avec Ancelotti (arrivé en décembre 2011), on jouait un peu comme ça. Avec les attaquants qu’on a, quand on met le ballon devant, il ne revient pas derrière. On a moins de possession et nous, les milieux, on court beaucoup plus. J’aime bien. Si on me dit: “Tu dois courir deux fois plus parce qu’il y a Neymar devant”, je cours le triple. Parfois, on doit défendre toute la largeur du terrain à trois, ce n’est pas facile mais on le fait avec plaisir parce qu’on sait qu’on a trois champions devant.»

Avec trois champions devant, Verratti a encore vu ses stats baisser cette saison (une seule passe décisive cette année) et il justifie ce reproche qui lui est souvent fait : «Cette année, je joue encore plus bas (sourire). Dans mon dos, j’ai Alves, tout le monde ne peut pas attaquer en même temps. Nous, les milieux, on nous voit moins devant mais on est importants pour l’équilibre. Ma priorité, c’est de gagner, pas mes stats.»

NB : Propos recueillis par L'Equipe. La version intégrale est disponible ici.

Joueur(s) lié(s) 


News 

jeudi 23 novembre

mercredi 22 novembre

mardi 21 novembre

lundi 20 novembre

dimanche 19 novembre

samedi 18 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux