Article 

VAR, mains, penalty, tirage au sort, etc, les nouvelles règles expliquées

Publié le dimanche 11 août 2019 à 10:37 par Rédaction
La saison de Ligue 1 reprend et elle s’accompagne, comme à l’accoutumée, de nouvelles règles et d’aménagement, toujours sensé fluidifier le jeu et favoriser le spectacle. Ces règles sont en vigueur depuis le 1er juin, et elles ont notamment été appliquées lors de la Coupe du Monde Féminine ou encore durant la Copa America. Après avoir digéré la mise en place de la VAR la saison dernière, et ses quelques couacs inévitables, les différents acteurs vont devoir s’adapter à de nouvelles règles, plus ou moins contraignantes. Un arbitre nous les a expliquées, suivez le guide.

Les mains :

C’est incontestablement le sujet qui aura été le plus sujet à polémiques la saison dernière. La VAR aura contribué à identifier beaucoup plus de mains qu’habituellement et l’appréciation de l’arbitre entrant pleinement en jeu, certaines situations étaient sifflées dans un stade alors qu’elles ne l’étaient pas à l’autre bout de l’hexagone. Pour clarifier la situation, l’IFAB, l’International Football Association Board, qui se réunit chaque année pour étudier les aménagements de règlement, dit ceci :

« Un joueur sera pénalisé lorsque le ballon touche son bras ou sa main si :

  • son bras/sa main est au-dessus du niveau de l'épaule dans la mesure où il « prend un risque » en plaçant son bras/sa main dans une position habituellement qualifiée de « pas naturelle » ;
  • il a augmenté la surface de son corps en écartant son bras/sa main du corps et ainsi injustement fait obstacle au ballon de manière plus importante ;
  • il marque un but directement du bras/de la main (même de manière accidentelle) ;
  • il gagne la possession ou le contrôle du ballon du bras/de la main (même de manière accidentelle) puis marque un but ou provoque une occasion de but. »

« À l'inverse, un joueur ne sera normalement pas pénalisé lorsque le ballon touche son bras ou sa main si :

  • le ballon a rebondi depuis une autre partie de son corps ou de celui d'un coéquipier ou d'un adversaire se trouvant à proximité, le contact avec le ballon étant presque impossible à éviter ;
  • il tombe et son bras/sa main lui sert à amortir le contact avec le sol. »

Il est intéressant de constater que l’IFAB différencie maintenant les mains « offensives » des mains « défensives ». En clair, dès qu’un attaquant touchera le ballon de la main, ou du bras, même accidentellement sera sanctionné. Ce n’était pas le cas précédemment et une main jugée involontaire par un arbitre, un ballon qui rebondit sur le bras après un cafouillage sur corner par exemple, pouvait amener un but. Au moins, avec cette clarification, c’est évident : main d’un attaquant = balle perdue.

Pour la défense, c’est toujours un peu lié à la sensibilité et à l’appréciation des arbitres, mais il y a quand même la notion de bras/main au-dessus de l’épaule (que l'on pourrait appeler jurisprudence Thiago Silva) ou d’augmentation de surface de son corps. En revanche, si le ballon touche la main après avoir touché une autre partie du corps ou que le joueur touche le ballon avec son bras alors qu’il tente d’amortir sa chute, le jeu pourra se poursuivre.

Les remplacements :

On a tous en mémoire les avertissements donnés par Clément Turpin un soir d’OM/PSG à Ibrahimovic et Cavani qui prenaient beaucoup de temps pour quitter le terrain et être remplacés. Le cas d’un coach sortant son joueur positionné à l’autre bout du terrain pour gagner du temps n’est pas rare non plus. Et cela pouvait parfois créer des tensions. L’IFAB a décidé de mettre un terme à cette pratique, qu’elle jugeait anti-sportive, en incluant cette notion :

« Un joueur remplacé devra quitter le terrain par le point des limites du terrain le plus proche de l'endroit où il se trouve, à moins que l'arbitre ne l'autorise à sortir rapidement/immédiatement au niveau de la ligne médiane. »

On en a déjà eu un aperçu au Trophée des Champions, finies donc les sorties interminables, les longues accolades avec un coéquipier avant que celui-ci ne rentre sur le terrain. Désormais, le joueur remplacé devra quitter l’aire de jeu par l’endroit le plus court, d'où la sortie d'Ander Herrera à l'opposé du terrain quand Di Maria attendait pour entrer à l'endroit habituel. Nul doute, cependant, que certains joueurs remplacés se trouveront, astucieusement et opportunément, proche du rond central au moment de leur remplacement.

Les interactions avec la VAR :

Il n’y a rien de plus frustrant, pour un arbitre, de se voir réclamer la VAR à tout bout de champ. De même, les officiels qui entrent discrètement dans la zone de visionnage d’un arbitre en train d’analyser la VAR sont des comportements que l’IFAB n’apprécie pas. Elle ajuste ses règles en ces termes :

« Un joueur, remplaçant, joueur remplacé ou officiel d’équipe qui entre dans la zone de visionnage sera averti. »

« Les infractions suivantes sont passibles d’un avertissement :

  • (…) ;
  • effectuer de manière excessive le signal du recours à l’arbitrage vidéo ; »

Désormais, donc, faire sentir son souffle chaud dans la nuque d’un arbitre qui analyse une situation en vidéo sera passible d’un avertissement. De même que réclamer le recours à l’arbitrage vidéo.

Des cartons pour les bancs :

L’IFAB a totalement revu sa procédure de sanction des bancs de touche et c’est un véritable changement qui se profile pour tous les acteurs d’un match, y compris les arbitres :

« Les arbitres pourront dorénavant infliger un carton jaune ou un carton rouge à un officiel d'équipe en cas de mauvaise conduite. Si la personne fautive ne peut pas être identifiée, c'est l'entraîneur principal qui recevra le carton jaune ou rouge, selon le cas. »

C’est une vraie nouveauté de la part de l’IFAB d’introduire à la fois une échelle des sanctions pour les bancs (carton jaune puis carton rouge) et d’y ajouter plus de visibilité avec les cartons brandis par les arbitres. Cela devrait permettre aux arbitres les plus pointilleux de sanctionner d’abord d’un avertissement les bancs avant d’avoir recours à l’exclusion.

Attention toutefois à bien noter que l’échelle des sanctions s’applique pour l’entité entière « bancs de touche ». C’est-à-dire qu’à la première intervention, c’est avertissement. Au deuxième déplacement de l’arbitre, même si la personne fautive n’est pas la même, ce sera une exclusion. Et enfin, dès qu’un officiel aura été exclu, chaque nouvelle sanction sera une exclusion, aussi. L’IFAB veut ainsi éviter que les officiels, à tour de rôle, contestent les décisions de l’arbitre et ne soient sanctionnés, chacun, que d’un carton jaune !

Les coups de pieds arrêtés :

Les adversaires dans le mur, la gestuelle parfois superflue pour les arbitres, la continuité du jeu, l’IFAB a procédé à un dépoussiérage de ces phases de jeu. Passons en revue les modifications apportées :

« Si l'équipe qui défend forme un mur de trois joueurs ou plus, les joueurs de l'équipe qui attaque doivent se tenir à au moins un mètre de ce mur, un coup franc indirect étant accordé en cas de non-respect de cette distance. »

Le but de cette clarification est d’interdire aux attaquants de venir se coller aux défenseurs dans le mur. C’est pour éviter les moments de conflits que l’on peut voir parfois avec des défenseurs qui repoussent, parfois violemment, les attaquants venus se glisser entre eux. Et on a eu une belle application de ce nouveau règlement sur le coup franc de Di Maria lors du Trophée des Champions avec deux joueurs parisiens positionnés juste devant le mur Rennais (Marquinhos et Kherer) et qui se baissent au dernier moment quand le ballon part.

« Lorsque l’arbitre a décidé d’avertir ou d’exclure un joueur, le jeu ne doit pas reprendre avant que la sanction ait été infligée à moins que l’équipe adverse joue rapidement le coup franc et se procure une occasion de but claire avant que l’arbitre ait pu commencer la procédure de signification de la sanction disciplinaire ; la sanction sera alors infligée au prochain arrêt de jeu. Si la faute annihilait une occasion de but manifeste, le joueur est averti. »

Là encore, le but est de favoriser la continuité du jeu et le spectacle, mais il faudra agir dans le bon tempo. Il suffit que l’arbitre ait décidé d’appeler le joueur fautif pour que l’on considère que la procédure de signification de la sanction disciplinaire a commencé. Mais le coup d’œil, le vice et la qualité de passes exceptionnelle d’un Verratti, par exemple, combinés à la fulgurance de Mbappe peuvent être des armes redoutables pour le PSG.

« Lors d'un coup de pied de but ou d'un coup franc à exécuter dans sa propre surface de réparation, le ballon sera en jeu lorsqu'il aura été touché et aura bougé. Il n'aura donc plus à sortir de la surface de réparation pour pouvoir être joué. »

Pour rappel, auparavant, il fallait que le ballon soit sorti entièrement de la surface de réparation pour qu’il soit considéré en jeu. L’idée ici est de donner plus de vivacité au jeu. Toutefois, et c’est important de le rappeler, les adversaires doivent toujours se trouver à l’extérieur de la surface de réparation lorsque le ballon est joué par le gardien ou le défenseur.

Les balles à terre :

Un peu anarchique, jamais vraiment comprise par les observateurs et parfois même les acteurs, cette règle a fait l’objet d’une clarification de la part de l’IFAB :

« La nouvelle procédure vise à ne plus "disputer" les balles à terre, ce qui signifie que le ballon sera rendu à un seul joueur, tous les autres devant se tenir à au moins quatre mètres. Le jeu se poursuivra alors normalement sans que la balle ne soit rendue à l'adversaire. Si le jeu a été arrêté alors que le ballon ou la dernière touche de balle était dans la surface de réparation, la balle à terre sera effectuée au bénéfice du gardien de but. Dans tous les autres cas, la balle à terre sera effectuée au bénéfice d'un joueur de l'équipe qui était en possession du ballon au moment de l'arrêt du jeu, à l'endroit de la dernière touche de balle. »

La balle à terre ne sera donc plus disputée et ne sera plus, non plus, un « entre-deux ». La dernière équipe en possession du ballon avant l’interruption de l’arbitre récupérera le bénéfice du ballon. A noter qu’une balle à terre sera maintenant accordée lorsque le ballon touche l’arbitre principal (ou tout autre arbitre) puis permet à une équipe d’entamer une attaque prometteuse, entre directement dans le but, ou est récupéré par l’équipe adverse. L’arbitre fait parti du jeu, oui, mais il n’est pas là pour avantager le jeu.

La position du gardien sur penalty :

Cette règle a fait débat lors de la dernière Coupe du Monde Féminine, et notamment l’application, à la lettre, des nouvelles consignes et le recours, dans ce cas, à la VAR.

« Au moment du penalty, le gardien de but peut n’avoir qu’un seul pied sur sa ligne (ou au même niveau si le pied ne touche pas le sol). Si une infraction est commise après que l’arbitre a donné le signal de l’exécution du penalty mais avant que le tir soit effectué, le penalty devra être effectué après que l’arbitre a infligé un éventuel carton jaune ou rouge. »

En théorie, l’arbitre ne sera donc plus obligé de prévenir le gardien d’adopter la bonne position. Dans la pratique, la pédagogie et la communication sont des armes bien plus appréciées des acteurs que le volet disciplinaire. Toutefois, si la position du gardien, signalée par la VAR ou observée par l’arbitre lui-même, n’est pas bonne et que le penalty est raté, il sera à retirer et, c’est la nouveauté, l’arbitre pourra sanctionner le gardien.

Le protocole de tirage au sort :

Il y avait une sorte d’aberration dans le règlement, depuis des années, qui faisaient qu’un capitaine qui gagne le tirage au sort ne pouvait que choisir le côté du terrain sur lequel il souhaitait évoluer en première mi-temps. Il ne pouvait, par exemple, pas choisir d’engager la rencontre. La procédure a donc été modifiée en ces termes :

« L’équipe qui remporte le toss (pile ou face) choisit soit le but en direction duquel elle attaquera durant la première période, soit d’effectuer le coup d’envoi. L’adversaire se voit attribuer le coup d’envoi ou le choix du but en direction duquel il attaquera durant la première période. »



News 

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

mercredi 14 août

mardi 13 août

lundi 12 août

dimanche 11 août

samedi 10 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux