Article 

Le PSG féminin a lancé sa saison 2019/20 devant la presse

Publié le samedi 24 août 2019 à 9:20 par Homer
Ce vendredi après-midi, dans les salons cossus du majestueux Hôtel Molitor de Paris, le PSG tenait une conférence de presse de rentrée pour la saison 2019/20 qui débute ce dimanche face à Soyaux (14h45, Canal+). Le manager général Bruno Cheyrou, l'entraîneur Olivier Echouafni, la capitaine espagnole Irène Paredes et l'attaquante Kadidiatou Diani étaient présents et ont répondu aux questions de la presse, venue en nombre.

En ce vendredi après-midi, le PSG avait préparé une conférence de presse dans le cadre somptueux de l'Hôtel Molitor, à deux pas du Stade Jean-Bouin. Dans les salons de l'établissement de la chaîne hôtellière Accor, le club parisien a fait salle pleine, puisqu'une bonne trentaine de journalistes étaient présents, dont CulturePSG. Pour rappel, à Bougival, il y a très rarement plus de cinq personnes pour les points presse d'avant-match...

La conférence diffusée en live sur les canaux vidéo du club était présentée par la journaliste de BeINSports Anne-Laure Bonnet. Cette dernière a interrogé Bruno Cheyrou, le manager général. Puis Kadidiatou Diani et Irène Parèdes se sont exprimées quelques instants avant de rejoindre le groupe à l'entraînement au Stade Jean-Bouin. L'entraîneur Olivier Echouafni leur a succédé sur l'estrade auprès d'Anne-Laure Bonnet avant que celle-ci ne laisse la parole aux journalistes présents pour une série de questions/réponses. 

Nous vous avons produit le transcript des propos tenus par le manager général Bruno Cheyrou et l'entraîneur Olivier Echouafni.

Bruno Cheyrou : «On s'inscrit vraiment dans un projet à moyen terme»

La présence du PSG lors de la Coupe du Monde

« C'est vrai que c'était un événement exceptionnel pour la France, pour le football féminin, de pouvoir accueillir cette Coupe du Monde. Au Paris Saint-Germain, nous avons voulu un petit peu profiter de cet élan, il y a quelques rencontres qui ont eu lieu au Parc des Princes et cela a été une vraie belle fête populaire. Je pense qu'il y a certains diffuseurs ici présents dans la salle, qui ont fait des records d'audience avec plusieurs matchs avec plus de 10 millions de téléspectateurs. Cela était assez exceptionnel. Les stades étaient pleins, il y avait une ambiance plutôt familiale, plutôt jeune, et c'était très sympathique. Donc je pense que, à ce niveau là, cette Coupe du Monde a été une réussite.

Et le football féminin en France doit en profiter. Et le PSG avec la section féminine également bien entendu. On avait pas mal de joueuses qui étaient dans différentes sélections, on avait 10 joueuses qui étaient présentes. Et le Parc des Princes, forcément qui est un symbole du Paris Saint-Germain. Le club était très bien représenté pour ce très bel événement.» 

Son jugement sur la saison dernière :

 « C'est vrai que la saison précédente était une saison qui m'a permis de découvrir encore un peu plus le football féminin avec une première saison pleine. Ce n'était pas une saison de transition, mais celle d'une nouvelle ère qui pouvait commencer. Avec un nouveau staff, encore mieux structuré, plus professionnel. Pour la section féminine du Paris Saint-Germain, on a vraiment voulu donner quelque chose, un nouvel élan. L'arrivée d'un nouveau diffuseur, Canal+, qui a pu retransmettre toutes les rencontres.

Nous avons pu, bien entendu, en tirer beaucoup de profits à chaque fois. Tout ce qui entoure un mouvement et un élan, une dynamique, nous l'avons senti. La saison dernière, même si elle n'a pas été exceptionnelle sportivement au niveau des résultats, nous a permis de continuer de progresser. Nous avons pu poser de meilleurs bases, des fondations solides, qui nous permettrons d'être un peu plus compétents dans le temps.»

Beaucoup de nouveautés pour cette nouvelle saison :

« Forcément, toujours, nous essayons de progresser chaque année. Il y a un staff qui s'est encore étoffé avec un vidéo analyste, une data-analyste, avec pas mal de choses en termes humains, qui font qu'en France, nous avons le staff qui je pense, est le plus performant, peut être même au niveau mondial dans le football féminin. Bien entendu, à Bougival, dans notre centre d'entrainement, nous avons essayé d'optimiser au maximum nos conditions d'entraînement pour essayer de permettre aux joueuses d'être dans les meilleurs dispositions, pour qu'elles puissent travailler le mieux possible.

Je pense qu'on a apporté quelques petites retouches qui nous permettent de nous rapprocher de ce qui se fait de mieux dans le monde du football féminin.

Je pense qu'on a apporté quelques petites retouches qui nous permettent de nous rapprocher de ce qui se fait de mieux dans le monde du football féminin. Après bien sûr, la constitution d'un effectif, avec dans un premier temps, je pense qu'il était important de travailler sur la continuité et la stabilité avec l'effectif actuel. Il fallait prolonger nos joueuses les plus impactantes, Irène Paredes, la Brésilienne Formiga et Nadia Nadim qui sont les joueuses qui ont beaucoup d'expérience, qui ont une influence très forte sur le reste du groupe et je pense que c'était notre premier recrutement le plus important.

Par la suite, on a fait venir d'autres joueuses comme Ariana Criscione, notre troisième gardienne qui vient d'Italie, Sara Däbritz qui a brillé à la Coupe du Monde avec l'Allemagne, la petite Léa Khélifi qui vient d'être appelée hier en équipe de France, également Karina Saevik qui avec l'équipe de Norvège a fait une très bonne Coupe du Monde. Toutes ces recrues, individuellement, vont apporter une plus-value à notre effectif et vont nous renforcer individuellemen et collectivement.»

Un projet à moyen/long terme :

« Le but est de surfer sur l'ensemble des éléments que nous avons pu évoquer depuis le début de cette conférence de presse, avec un élan et une dynamique très positive autour du football féminin en France. Même si le business model n'est pas encore véritablement établi, on va faire en sorte et en étant inovant, d'être le plus indépendant possible et le plus rapidement possible. Depuis 2012 et l'arrivée du président Nasser Al-Khélaïfi, il nous a été donné beaucoup de moyens et on veut vraiment continuer sur cette dynamique là, en faisant en sorte que la section féminine du Paris Saint-Germain demeure la plus perenne possible.

Bien entendu, de jouer dans un stade comme Jean-Bouin, avec la possibilité de faire de bonnes affluences, comme l'an dernier face à Chelsea notamment ou presque 14000 personnes étaient présentes pour un match de football féminin. On va essayer d'accroitre chaque année les affuences et faire en sorte que les affluences moyennes soient de plus en plus élevées. Dans le temps, on s'inscrit vraiment avec un projet à moyen terme.

Les résultats vont venir, certes, mais le plus important était de mettre en place de solides fondations

Les résultats vont venir, certes, mais le plus important était de mettre en place de solides fondations, des bases, des structures qui vont nous permettre à moyen terme d'obtenir des résultats. Ils arriveront très très vite, le groupe est prêt, le staff l'est aussi, on va vivre une saison 2019/20 magnifique !»

Olivier Echouafni : «On a des ambitions, l'envie d'aller loin et haut !»

Comment va son équipe : 

« Elles vont bien, elles ont l'air de bien aller en tous cas. On a fait une préparation assez lourde, certaines filles, celles qui ont joué la Coupe du Monde, sont arrivées de façon échelonnée. L'avantage par rapport à la saison précédente, on a un effectif au complet. Cela, pour un entraîneur, avant la fin d'un mercato, c'est idéal pour pouvoir bien travailler toutes les bases. Elles sont plutôt bien physiquement, de même psychologiquement. Je pense qu'elles ont hâte d'y être dès dimanche.»

La première du Trophée des Championnes : 

« On est très très contents d'avoir un trophée de plus à aller chercher. Cela ne va pas être une partie de plaisir mais on a aussi envie d'inscrire notre nom au palmarès dès cette première édition. On est ambitieux cette saison dans toutes les compétitions. Ce trophée nous tiendra à coeur tout autant que les autres.» 

Braga en Ligue des Champions féminines : 

« C'est un rendez-vous important parce qu'on est le Paris Saint-Germain, parce qu'on a des ambitions, l'envie d'aller loin et haut. Ce premier tour face à cette équipe portugaise de Braga, on ne les connait pas forcément, mais on prendra toutes les informations pour bien se renseigner. On prend toutes les équipes avec une grande envie, une grande motivation de les battre. On sait que le parfum de cette compétition est toujours assez particulier, cela se joue en confrontation directe, on fera tout ce qu'il faut au match aller pour avoir une rencontre au retour plus facile.»

Une équipe plus forte que l'an dernier :

Je pense qu'on a une équipe plus solide, un peu plus consistante dans notre jeu pour avoir un peu plus de maîtrise.

« Comme je vous l'ai dit, on a eu la chance d'avoir un effectif dès le début de saison qui est complet grâce au travail de Bruno Cheyrou et de Laure Boulleau au niveau de la cellule de recrutement. Il était question d'avoir un peu de stabilité. Les filles ont un an de plus au niveau du travail et de la méthodologie utilisée. Les filles qui nous ont rejoints vont vraiment nous amener une plus-value de ce qu'il pouvait nous manquer la saison dernière, à savoir un petit peu plus d'expérience, de connaissance du haut niveau. Je pense qu'on a une équipe plus solide, un peu plus consistante dans notre jeu pour avoir un peu plus de maîtrise.» 

Les questions/réponses avec Echouafni : 

L'objectif de la saison fixée à l'équipe :

« Très honnêtement, tout gagner ! A partir du moment où on a quatre compétitions et quatre trophées à aller chercher, l'idée est de faire mieux que l'année passée, tout simplement. En championnat, on est pas passé loin de réaliser chercher quelque chose d'important. Il a fallu une rencontre où il ne fallait pas passer à côté et nous sommes malheureusement passés au travers face à Lyon. Puis en quarts de finale de la Coupe de France, on affrontait Lyon, en Ligue des Champions, Chelsea. Tout s'était joué sur des petits détails. Quand je parle d'expérience, c'est en cela. L'idée est de tout gagner, tous les matchs et de remporter les quatre trophées.»

Quel regard porté sur la concurrence en D1F : 

« Je lisais un article il y a 48h avec Amandine Henry, qui donnait son avis personnel sur le championnat. Elle disait que pour que l'équipe de France puisse aller plus loin dans les compétitions internationales, il fallait que le championnat soit plus homogène. Vous avez cité Montpellier et Bordeaux, j'ajouterais le PFC. Ce sont des clubs qui maintenant deux ans travaillent très bien, recrutent très bien et à la sortie se donnent des moyens et des ambitions d'aller embêter l'OL et le PSG. J'espère de tout coeur qu'il y aura de très belles confrontations pour que le titre puisse se jouer dans les dernières journées.» 

Le choix d'une gardienne n°1 :

« Ce sera plus défini certainement. Vous l'avez cité, Tiane Endler a recu un carton rouge lors de la dernière journée et a été suspendu trois rencontres, ce qui me parait un peu élevé au vu de la faute. Elle ne pourra pas jouer les trois premiers matchs de championnat, mais pourra jouer en Coupe d'Europe et le Trophée des championnes. A partir de ce moment là, il y aura une seconde trève internationale et j'aurai tout le loisir de choisir une gardienne numéro un. Il y aura bien un choix.»

La concurrence dans le groupe : 

« On a à peu près notre effectif, on se laisse encore le temps d'accueillir peut être une nouvelle joueuse mais cela dépendra d'éventuels départs. Il y aura peut être des filles en manque de temps de jeu qui voudront peut être aller voir ailleur. Pour ces filles là, qu'elles puissent trouver du plaisir, quand vous vous entraînez tous les jours et que vous manquez de compétition, encore plus quand vous êtes une jeune joueuse. C'est toujours un petit peu compliqué. Pour le mercato aujourd'hui, on a encore un petit peu de temps. Mais la concurrence existe au PSG depuis deux ans, ce n'est pas facile pour les filles mais elles apprennent aussi ce qu'est la concurrence dans un grand club. A elles de montrer à chaque instant leur qualité, sur le terrain à l'entraînement mais aussi en match, c'est leur évaluation de chaque fin de semaine. Tous les postes ont été doublés pratiquement sur toutes les lignes.» 

Katoto et l'équipe de France :

 Il ne faut pas que Marie-Antoinette Katoto soit un problème mais surtout une solution !

« Je n'ai pas à commenter les choix qui sont faits par la sélectionneuse, on les respecte. Il ne faut pas que Marie-Antoinette Katoto soit un problème mais surtout une solution ! Parce qu'elle a beaucoup de qualités, la porte est encore ouverte, elle doit continuer à travailler, bien sûr tous les jours à l'entraînement, à s'épanouir encore plus au niveau de la compétition en club. Sachez une chose, le club est derrière elle et le coach l'est aussi !»

La nouvelle pelouse synthétique de Jean-Bouin :

« Il y a une petite incertitude par rapport à cela. Dans la Division 1 féminine, certains clubs jouaient déjà sur des terrains synthétiques, on va s'adapter en tous cas. On est prêts à mettre en avant beaucoup de choses. Le synthétique va un peu plus vite, on a un jeu porté vers l'avant, on espère marquer un peu plus de buts que la saison dernière.»

La révélation Diani lors de la Coupe du Monde :

Kadi a fait une Coupe du Monde extraordinaire !

« Kadi a fait une Coupe du Monde extraordinaire, il ne lui a manqué que quelques petits buts pour valoriser tout ce qu'elle a mis en avant. Il est vrai qu'elle a franchi un cap, c'est indéniable. Elle a un vrai statut dans ce groupe au Paris Saint-Germain. Il faut qu'elle continue, qu'elle assume ce statut pas facile, mais je pense qu'elle en a les capacités, elle a du caractère, une grande motivation, une grande envie de pouvoir encore améliorer ses statistiques. Elle est capable d'aller plus loin et plus haut, il faut qu'elle continue d'aller dans ce sens là. »

Les Championnes d'Europe U19 du PSG :

« Cela concerne Sandy Baltimore, Thelma Eninger et Vicki Becho, déjà, félicitations à elles pour ce magnifique titre. Elles étaient pour certaines prévues pour la préparation avec le groupe D1, elles ont eu la chance de partir avec la sélection. Il faut savoir que trois autres jeunes filles U19 qui les ont remplacé durant la préparation, Sana Guermazi, Alice Pinguet et Célina Ould Hocine. Les trois jeunes filles ont fait la préparation, cela n'a pas été évident pour elles, l'objectif était qu'elles puissent se rapprocher de ce groupe profesionnel. La chance est d'avoir une avancée au niveau du championnat avec la possibilité de nommer 18 joueuses sur la feuille de match désormais, ce qui va leur permettre de s'intégrer un peu plus et de voir comment cela se passe en professionnel.»

Des recrues tout de même jeunes : 

On parle de ces jeunes joueuses qui nous ont rejoints mais il faut aussi parler du centre de formation 

« Automatiquement, il nous faudra du temps. Les recrues sont jeunes, elles ont de très belles marges de progression. Mais pour la plupart, ce sont des joueuses internationales. Leur apprentissage est plutôt rapide également. L'idée est d'arriver à maturité à un moment donné. On s'est donné des défis des projets depuis la saison dernière. On parle de ces jeunes joueuses qui nous ont rejoints. Il faut aussi parler du centre de formation U19 du Paris Saint-Germain, elles sont championnes de France en ayant battu l'OL, ce qui n'est pas rien. Tout cela a été mené par l'ensemble de la direction et du staff sur des jeunes filles qui ont pratiquement toutes moins de 17 ans. Cela montre aussi que derrière, il y a un vrai potentiel et que le PSG va s'en servir le plus possible à l'entrainement et en compétition.»

Le profil de la possible recrue :

« On est plutôt à l'écoute du marché, il pourrait y avoir une opportunité de dernière minute. Il pourrait y avoir l'arrivée du joueuse, mais peut-être pas.»

Le Trophée des championnes, mal placé dans la saison : 

« Quand on regarde le calendrier masculin, le Trophée des Champions est la première rencontre de la saison. Je pense qu'il fallait trouver rapidement une date pour que tout le monde puisse l'organiser, les clubs, les médias... La date est située le 21 septembre cette saison, peut être plus tôt l'an prochain. Je pense qu'il y aura du monde à Guingamp pour cette rencontre.»

Quelles raisons d'y croire pour la D1 ?

«Tant qu'on l'aura pas gagné, chaque année sera "cette saison" ! Toutes les séries sont faites pour s'arrêter, on va tout faire pour se battre avec Lyon, avec Bordeaux, Montpellier, le PFC, pour gagner des titres, ce n'est pas facile. On a un peu de frustration par rapport à notre saison dernière où nous avions réussi à les tenir jusqu'à deux journées de la fin. Il n'aura fallu qu'un seul match... C'est ce qui fait progresser les groupes, en se servant de ses échecs pour rebondir. Celui-là, je pense que les filles l'ont encore dans la tête et qu'elles auront envie de réaliser de très bonnes performances.»

Le groupe pour Soyaux :

« Il nous manquera Eve Périsset, Lina Boussaha et Sandy Baltimore, qui reviendront plus tard. Signe Bruun s'est blessée aux ligaments croisés et sera absente de longue date.»

L'arrivée de Vasseur à l'OL :

« Je le connais assez bien, c'est un confrère de promotion. Très content qu'il rejoigne le monde du football féminin, il va pouvoir amener aussi son expérience. Même si à l'OL, il y en a déjà beaucoup. Je pense que c'est toujours valorisant pour les filles de pouvoir avoir des entraîneurs qui ont vécu de telles expériences. Maintenant, je lui souhaite la meilleure saison possible, à partir du moment où il sera derrière nous (rires).»

Après cette demi-heure, l'entraînement était également retransmis en direct durant presque une demi-heure sur les réseaux sociaux et le site officiel du club. On a pu notamment apercevoir l'état de la nouvelle pelouse synthétique du Stade Jean-Bouin, qui sera un changement majeur pour l'équipe du PSG cette saison. Le PSG nous précise qu'il n'est pas du tout prévu (pour le moment) de rejouer au Stade Georges-Lefêvre du Camp des Loges à Saint-Germain-en-Laye cette saison.



News 

Aujourd'hui

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

mardi 10 septembre

lundi 09 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux