Article 

Les dysfonctionnements du centre de formation du PSG pointés du doigt

Publié le jeudi 22 mars 2018 à 12:25 par Philippe Goguet
Dans un portrait dur mais terriblement juste, le quotidien L'Equipe liste les nombreux problèmes de dysfonctionnement du centre de formation du PSG : direction absente mais chefs en nombre, hésitations sur les méthodes, staff dans le flou et joueurs qui se posent toujours autant de questions. Néanmoins, il existe une réelle volonté de la part du club de faire bouger les lignes, et notamment de Luis Fernandez, revenu l'été dernier au PSG en tant que directeur sportif du centre de formation.

Le PSG a décidé l'été dernier de réorganiser sa direction au niveau de l'équipe première, un changement lié à l'arrivée d'Antero Henrique, mais il était aussi question dans les prérogatives du nouveau dirigeant de s'occuper sérieusement du centre de formation après les soucis rencontrés, notamment les départs de jeunes joueurs avant la signature de leur premier contrat professionnel. Pratiquement un an après, rien n'a changé ou presque et le quotidien L'Equipe publie un article très dur sur le fonctionnement défaillant de l'académie parisienne, mais aussi très juste de notre point de vue d'observateur.

Un chef absent

Premier point ciblé, le manque de clarté de l'organigramme. Si Antero Henrique est censé chapeauter le tout, il n'est pas vraiment présent au quotidien et chacun tente donc d'exister à sa façon à l'échelon du dessous. On retrouve ainsi le directeur technique Carlos Romagosa, le directeur administratif Jean-François Pien et le directeur sportif Luis Fernandez à un premier échelon. Tous travaillent mais l'entente n'est pas forcément idéale entre ses différentes pièces arrivées à des époques différentes et nommées par des personnes qui ne sont plus forcément là aujourd'hui, notamment Olivier Létang.

A titre d'exemple, L'Equipe cite ainsi des dissensions entre Romagosa et Fernandez concernant le système de jeu. Le premier tente d'imposer sa méthode Ekkono au centre de formation, ce pourquoi il a été recruté au départ, et ne veut pas en déroger, recadrant d'ailleurs en permanence les nombreux éducateurs du centre autour des séances ou même à la mi-temps des matches. Dans son idée, le PSG doit jouer en 4-3-3 dans toutes les catégories, ce que Luis Fernandez n'apprécie pas, expliquant que les jeunes Parisiens ont besoin d'être préparés à plus de situations.

Arrive ensuite le second étage formé par la garde rapprochée d'Antero Henrique, ces proches portugais qu'il connaît de longue date, pour la plupart de l'époque du FC Porto. On retrouve ainsi son cousin à la tête de la cellule de recrutement João Luis Afonso mais aussi le discret Jaime Teixeira, surnommé «l'homme à la tablette». Censé être le patron administratif du Camp des Loges, il est aussi présent auprès des jeunes. Vu pour certains matches, il s'est ainsi retrouvé impliqué dans des négociations de contrats. Mais l'un comme l'autre ne prennent que peu de décisions, renvoyant à un Antero Henrique très souvent absent...

Coaches et joueurs dans le flou

Au milieu de ces soucis de hiérarchie, et plus ou moins directement liés à ces dysfonctionnements venus d'en haut, on retrouve aussi les coaches et les joueurs. Les premiers ne savent pas de quoi leur avenir sera fait et ils sont nombreux à être en fin de contrat en fin de saison. Le plus grand flou règne concernant l'avenir de ces technciens, comme tous les ans, et un retour d'anciens joueurs est annoncé. Outre Thiago Motta, les noms de Jimmy Algérino ou Fabrice Abriel sont avancés par le quotidien sportif.

Du côté des joueurs, ce n'est pas forcément mieux et les nombreux dysfonctionnements constatés continuent de polluer l'avenir des jeunes. Claudio Gomes a préféré rejoindre Manchester City tandis que Yacine Adli n'est pas sûr de signer pro à Paris. Au quotidien, eux aussi subissent des désagréments, avec des joueurs convoqués chez les pros mais qui ne s'entraînent finalement pas. Autre point ennuyeux, les résultats sont en baisse cette saison. Si la réserve largement renforcée par des renforts de l'extérieur devrait se maintenir, les U19 signent leur plus mauvaise saison depuis des années et seuls les U17 peuvent encore espérer jouer les play-offs.

Au milieu de tout ça, le centre de formation tente malgré tout d'avancer même si tout le monde ne suit pas le même rythme. Alors que la tendance était à la surprise, voire pire, quand il a débarqué l'été dernier, Luis s'est beaucoup investi dans son travail : présence au quotidien, contacts avec les parents, le dirigeant est là et occupe la place, à défaut de pouvoir réellement diriger. Et à l'image de cette arrivée qui a fait du bien au centre de formation, tout n'est pas noir du côté du Camp des Loges et l'évolution du centre de formation va continuer cet été. Cela passera par des départs, forcément, et une possible réorganisation. Comme chez les pros finalement...



News 

Aujourd'hui

mercredi 18 avril

mardi 17 avril

lundi 16 avril

dimanche 15 avril

samedi 14 avril

vendredi 13 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux