Article 

Quel PSG face à Liverpool ?

Publié le mercredi 28 novembre 2018 à 12:51 par Philippe Goguet
Le PSG reçoit Liverpool ce mercredi (21h) à l'occasion de la cinquième journée de la phase de poules de la Ligue des Champions, une rencontre que Paris doit absolument gagner pour espérer se qualifier.

Des retrouvailles 10 semaines après

Premier grand match de l'ère Tuchel, Liverpool/PSG (3-2) ne s'était pas vraiment passé comme espéré pour ses troupes, l'égalisation parisienne venue pratiquent de nulle part étant rapidement annihilée par le but tardif du joker Firmino. De l'eau a coulé sous les ponts depuis et le discours de l'Allemand a changé, au moins en partie. S'il reconnaît toujours à Liverpool une grosse avance sur le plan collectif, en faisant même la définition du mot équipe, il juge aussi qu'il connaît beaucoup mieux ses propres joueurs que courant septembre.

Depuis l'aller, Tuchel a effectivement appris beaucoup sur son équipe au fur et à mesure de ses expérimentations tactiques : le 4-3-3 aligné à Anfield n'a pratiquement plus existé, le 4-2-3-1 qui avait vu le jour par la suite a ensuite connu ses heures de gloire puis a été mis aux oubliettes après que Lyon et surtout le Napoli aient exposé toutes ses failles défensives. Ces derniers tesmps, c'est la défense à trois qui avait pris le pouvoir avec la mise en place d'un 3-4-3 qui a jusque-là donné satisfaction, ou presque. A Naples, le dispositif a aussi montré ses limites dans les temps faibles, Paris n'arrivant plus à ressortir.

Tuchel dans la continuité de l'aller ?

A l'heure d'affonter une équipe de Liverpool dont le 4-3-3 est la marque de fabrique malgré les derniers esssais de Klopp, Tuchel semble une nouvelle fois prêt à bouleverser ses plans. Face au redoutable trio d'attaque Mané/Firmino/Salah, l'Allemand semble vouloir abandonner l'idée de jouer le un-contre-un permanent qui se dessine avec une défense à trois pour repasser à quatre derrière, une formule qui avait plutôt bien marché à l'aller malgré les trois buts encaissés. Dans cette optique, le grand gagnant se nomme... Juan Bernat, seul arrière gauche de l'effectif en forme actuellement et donc pratiquement assuré de débuter.

En défense centrale, cela signifie aussi faire un choix entre quatre joueurs. Là encore, il faut se rappeler de la bonne tenue de la paire Kimpembe/Silva à Anfield, une partie que Thomas Tuchel n'avait pas appréciée sur certains points mais dont il avait refusé de jeter une bonne partie du contenu. Pour Kehrer et Marquinhos, plutôt performants dernièrement, il faudra en revanche se trouver un autre poste et l'Allemand a été testé comme arrière droit à l'entraînement. Avec le PSG, il n'y a joué que quelques minutes (à Rennes puis à Naples) et c'est avec sa sélection qu'il y a le plus de repères. Mais dans un rôle de piston d'une défense à cinq.

Pour Meunier, le coup pourrait être dur à encaisser mais le match du Belge à Naples n'a pas été apprécié et il avoue lui même être plus à l'aise dans une défense à 3 qu'à 4. C'est aussi renier une partie du plan de l'aller, l'entraîneur parisien ayant indiqué après coup avoir voulu attaquer par les ailes avant tout, un domaine dans lequel le Belge n'a que peu d'équivalents parmi les autres latéraux de l'effectif, Dani Alves étant encore un peu juste pour un match de cette intensité. En jouant avec un latéral offensif d'un côté, Bernat, et un plus défensif de l'autre, Kehrer, le coach s'offre aussi la possibilité de rééquilibrer défensivement sa base.

Au milieu, deux mois et demi après avoir installé Marquinhos devant la défense, Tuchel s'apprête donc à retenter le coup, et ce alors que le Brésilien n'a plus joué à cette position depuis la réception de Lyon il y a un mois et demi (5-0). Le choix peut surprendre car le Brésilien n'avait pas su assumer le pressing des Reds à Anfield. Ce qui change la donne est toutefois le nom des joueurs autour de lui, Verratti étant cette fois-ci disponible pour l'aider à relancer et à tenir face aux étouffants Reds de Klopp. 

Choisir en défense pour ne pas avoir à le faire en attaque ?

L'autre conséquence de ce retour attendu au 4-3-3 et des choix faits en défense concerne directement l'attaque. Thomas Tuchel aime beaucoup aligner son quatuor constitué de Di Maria, Neymar, Mbappé et Cavani. Sachant que Paris doit impérativement gagner et que l'entraîneur a évoqué son envie de jouer «de façon offensive », dur de l'imaginer se priver d'un des quatre au coup d'envoi. Le 3-4-3 le privait en partie de cette force de frappe, à moins d'exiler l'Argentin dans un rôle très collé à la ligne qu'il n'affectionne pas vraiment. 

Le 4-3-3 offre à Di Maria un rôle sur le côté gauche du milieu, celui qu'il avait justement occupé... au match aller. Comme pour Kehrer, un cran plus bas, cela offre aussi une flexibilité tactique non négligeable face à un adversaire qui l'est en revanche beaucoup moins. Autre point qui semble faire pencher l'entraîneur du PSG en faveur de ce système, le fait qu'il considère comme très compliqué de faire jouer Neymar dans un rôle très axial face aux Reds. Interrogé après la défaite à Liverpool sur la raison du positionnement du Brésilien à gauche, Tuchel avait mis en avant le fait que l'espace est inexistant dans l'axe entre le milieu et la défense des Reds. 

Deux mois après une défaite à Liverpool qu'il avait refusée de dramatiser, l'entraîneur allemand s'apprête donc à retenter sa chance avec une composition finalement assez similaire. Le résultat devra pourtant être bien différent et c'est aussi l'un des points clés de la partie : son Paris doit déjà montrer qu'il a grandi.

Une équipe possible du PSG face à Liverpool : Buffon - Kehrer ou Meunier, Thiago Silva, Kimpembe, Bernat - Verratti, Marquinhos, Di Maria - Mbappé, Cavani, Neymar.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 24 août

vendredi 23 août

jeudi 22 août

mercredi 21 août

mardi 20 août

lundi 19 août

dimanche 18 août

samedi 17 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux