Article 

Kimpembe, Rabiot, une très haute marche à gravir

Publié le mardi 14 février 2017 à 14:30 par Philippe Goguet
Par le biais des différentes absences, le PSG va positionner deux joueurs de 21 ans, Presnel Kimpembe et Adrien Rabiot, à deux postes clés de son onze de départ pour le match de l'année face au Barça. Et c'est peu dire que la marche est haute pour ces deux enfants du club.

Kimpembe va découvrir la crème de la crème

A 21 ans, Presnel Kimpembe est l'un des défenseurs centraux qui montent en France. Pilier de la sélection Espoirs, il a même découvert le cadre de l'équipe de France en octobre dernier, sans pour autant entrer en jeu. A l'époque, il affichait à peine une vingtaine de matches pros avec le PSG. Ce soir, la situation va plus ou moins se répéter, mais avec une situation encore plus dure à gérer. S'il la côtoye depuis quelques semaines, Kimpembe va réellement découvrir la Ligue des Champions, lui qui pèse 26 matches au niveau professionnel avec le PSG, même pas l'équivalent d'une saison complète. 

Le réel souci n'est pas vraiment de lancer dans le grand bain l'espoir parisien, il a largement mérité tout au long de la saison de goûter à la reine des compétitions, se montrant impeccable pratiquement à chaque match qu'il a eu à disputer. Le réel problème de cette affaire est le nom de l'adversaire et surtout de ses trois attaquants : Messi, Suarez, Neymar. Tant individuellement que collectivement, il s'agit d'un des meilleurs trios d'attaque de l'histoire. Et vu que Presnel est gâté, le meilleur des trois, à savoir l'Argentin, se retrouvera même très régulièrement face à lui puisque le gaucher du Barça évolue majoritairement dans la zone que doit protéger le Parisien.

Pour Kimpembe, dont le plus gros match disputé jusque-là est le Monaco/PSG du 28 août dernier (3-1 et une petite erreur de sa part sur le dernier but), la mission est donc compliquée, si ce n'est impossible. Son entourage a certes expliqué que «le contexte sera différent mais les repères, il les a», le natif de Beaumont-sur-Oise va découvrir le très haut niveau face à ce qui se fait de mieux aujourd'hui sur la planète football. S'entraîner et progresser avec Ibra et Cavani est formateur mais l'examen à passer reste encore un bon cran au-dessus, particulièrement dans un contexte éliminatoire.

Rabiot, nouveau rôle pour nouvelle explosion ?

Pour son partenaire du centre de formation Adrien Rabiot, la marche n'est pas aussi haute mais elle est au moins aussi périlleuse. Lui, le pur relayeur dont le profil de box-to-box s'affirme depuis des années va devoir soudainement changer de registre ce mardi. Appelé à remplacer Thiago Motta devant la défense, Rabiot ne jouera donc pas comme il l'aime. A ce poste, et vu les monstres en face, les percées balle au pied, les petites friandises techniques ou encore les contrôles un peu faciles ne seront plus autorisés.

Certes polyvalent, le joueur doit tout bonnement se réinventer pour cette partie. Le joueur jeune et donc forcément immature doit pratiquement réaliser une prestation parfaite dans le match de l'année, le tout alors qu'il n'est pas dans la forme de sa vie si l'on se fie aux derniers matches. Pour lui, comme pour Kimpembe, il est donc demandé énormément à un des joueurs qui sera pourtant l'un des plus jeunes sur le terrain au coup d'envoi. Verratti et Marquinhos sont certes des partenaires d'élite sur lesquels s'appuyer, il n'en reste pas moins que les deux gamins vont se retrouver seuls face à leur destin plus d'une fois au cours du match.

Rabiot dispose toutefois d'un avantage sur son partenaire. Il a déjà su faire face à ce genre de situations. Dans la jeune carrière du joueur, il y a un avant et un après-Bernabeu. En novembre 2015, Verratti se blesse à la cheville et le chevelu du milieu entre donc à sa place. Gaucher, il retrouve un poste de relayeur droit qu'il n'avait pas su apprivoiser jusque-là. Fluide, inspiré voire même transcendé par le pression, il sort une prestation majeure qui le fait immédiatement changer de statut et l'installe comme un joueur du PSG, un vrai, un de ceux qu'on couche sur la feuille de match sans trembler.

Responsables et modèles

Pour les deux Parisiens de 21 ans, affronter le Barça dans une situation comme la leur est à la fois ce qui peut leur arriver de mieux et de pire. S'ils échouent, leur âge et le contexte seront des excuses tout à fait acceptables. Ils seront certes figés dans la hiérarchie pour un certain temps, c'est-à-dire au moins jusqu'au prochain test du genre, mais cela ne signifiera pas vraiment une fin d'aventure à Paris comme a pu la connaître Zlatan Ibrahimovic après le désastre de City. Bien sûr, ils seront responsables de leurs actes et les jours à venir pourraient être pénibles à vivre, leurs activités sur les réseaux se retournant même très probablement contre eux.

Mais la possibilité de s'affirmer est au moins aussi grande. Face à ce qui est la référence mondiale en terme de formation et d'intégration en équipe première, les deux jeunes formés au PSG vont représenter à la fois eux-mêmes mais aussi tout un pan du club dont ils sont issus. Le projet de QSI a beaucoup été pointé du doigt car aidé par l'argent, nonobstant que l'équipe barcelonaise a coûté au moins aussi cher. Le Paris qatari a aussi donné sa chance aux jeunes Parisiens de façon inattendue mais bien réelle. Et alors qu'Areola s'est affaissé sous le poids des responsabilités, Kimpembe et Rabiot ont l'opportunité de prouver que les enfants du PSG peuvent rivaliser avec ceux du Barça. Une sacrée marche à gravir pour intégrer l'élite européenne.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 28 mai

samedi 27 mai

vendredi 26 mai

jeudi 25 mai

mercredi 24 mai

mardi 23 mai

lundi 22 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux