Article 

Le match, l'arbitre, Cavani, le turnover, le calendrier, la conf' de Tuchel après Bordeaux/PSG (2-2)

Publié le lundi 3 décembre 2018 à 1:49 par Philippe Goguet
Après le match nul 2-2 à Bordeaux, l'entraîneur du PSG Thomas Tuchel s'est arrêté en conférence de presse pour refaire la partie. Il n'a pas taclé le match de ses joueurs, bien au contraire, mais a en revanche regretté le match de l'arbitre. Il explique aussi le passage sur le banc de Cavani et se projette déjà sur le prochain match.

Un match qu'il avait imaginé de la sorte ?

«Oui, c'était un match normal (après Liverpool) pour nous comme pour Bordeaux et je pense que c'est un match compliqué ici en ce moment car l'équipe est très talentueuse, elle travaille dur sans le ballon. C'est un grand défi pour leur équipe de jouer contre nous et je pouvais penser en amont que cela allait être difficile. C'était très difficile mais nous avons bien joué, nous avons contrôlé le match après 10 ou 15 minutes. Nous avons eu beaucoup de possession, beaucoup de structure et beaucoup d'occasions. Plus le match avançait et plus on avait d'occasions et on a marqué un but mérité. Après, il y a eu beaucoup d'occasions dans les 10 dernières minutes de la première mi-temps pour finir le match avec un second but. Beaucoup d'occasions, un penalty sur lequel l'arbitre a malheureusement décidé de ne pas regarder la vidéo.

En deuxième mi-temps, on a perdu notre intensité et on n'a pas joué sérieusement durant les 10 à 12 premières minutes et c'était donc logique que Bordeaux égalise. Après, on a montré une bonne réaction, on a bien joué et on a encore eu beaucoup d'occasions de marquer le deuxième puis de finir le match avec un 3e but, avec encore un penalty incroyable contre Choupo-Moting. Incroyable cette situation ! Honnêtement, l'arbitre regarde pendant 5 minutes le premier but pour savoir s'il est valable et il ne regarde pas cette situation... Je ne comprends pas. Ensuite, il y a toujours la possibilité et, avec un duel de la tête, c'est toujours possible que quelque chose comme ça arrive. Normalement, c'est super difficile de marquer contre nous et aujourd'hui, on prend deux buts mais je pense qu'on a oublié de faire la décision avant. Je suis d'accord avec la performance, idem avec notre état d'esprit et notre qualité. Mais on a oublié de finir le match avant et l'arbitre n'était pas prêt à regarder deux situations clés.»

Déçu après ce match ?

«Pas déçu de notre performance mais déçu parce que c'est à mon avis pas totalement nécessaire du tout de repartir avec un match nul d'ici (NDLR : on a un doute sur l'utilisation du terme nécessaire mais c'est bien le mot qu'il emploie) et on a l'impression que c'est très dommage. Donc un peu déçu mais pas de notre performance, plus de la situation qui fait que nous avons oublié d'être récompensé pour notre performance. Un peu déçu de la performance de l'arbitre.»

Pourquoi Cavani était sur le banc :

«Edi a joué avant la trêve contre Monaco, il a joué les 90 minutes puis il a joué deux matches complets avec l'Uruguay durant la trêve internationale et il a encore joué pour nous contre Toulouse puis Liverpool. Cela faisait 5 matches de 90 minutes (NDLR : en réalité, il est sorti avant la fin contre les Reds). Avec le terrain aujourd'hui et tout ça... On a besoin qu'Edi joue contre Strasbourg et afin de ménager les minutes des joueurs, c'était nécessaire qu'il reste au repos et qu'on ne prenne pas de risques.»

Plus de changements en vue à Strasbourg qu'à Bordeaux ?

«Plus (que les quatre du jour), je ne sais pas mais il y aura des changements contre Strasbourg, c'est nécessaire. Avec ça, on pourra demander à toute l'équipe de l'intensité, une bonne mentalité, et tu dois être en forme pour ça, être prêt dans la tête. Et c'est donc nécessaire de changer. Le problème n'est pas de jouer dimanche puis mercredi mais le voyage. On arrive aujourd'hui très tard à Paris et on a encore un match à Strasborug donc encore un voyage avec seulement un jour et demi entre les deux matches. C'est difficile et c'est nécessaire d'avoir des joueurs frais et des joueurs qui sont capables de jouer avec intensité et qualité.»

Content d'avoir un match relevé contre Montpellier avant Belgrade ?

«Pour moi, je ne pense pas aussi loin, on va à Strasbourg et c'est notre prochain match. Chaque match est difficile à jouer et personne ne me croyait quand je le disais alors qu'on gagnait pour 14e fois mais c'est comme ça et tu peux demander. Nous, après Nîmes et Guingamp, c'était toujours difficile et c'est clair pour moi que ce sont deux matches difficiles maintenant. A Strasbourg, c'est toujours difficile pour Paris d'y aller, j'ai entendu. Et Montpellier à la maison, ils sont deuxièmes, ce sera compliqué. Après, contre Belgrade... On va y aller pas à pas, on ne peut pas penser deux ou trois matches en avant, on doit utiliser chaque jour pour être prêt à Strasbourg maintenant, c'est le plus important.»

Ce qui le surprend le plus en Ligue 1 :

«Chaque équipe a des joueurs, des attaquants, qui vont incroyablement vite et sont physiquement d'un top niveau. C'est toujours difficile de défendre et d'être prêt. C'est une ligue très forte physiquement et c'est notre défi de contrôler les contre-attaques quand on a le ballon. C'est toujours difficile et compliqué.»

Pour rappel, nous avons traité les passages sur Neymar et Rabiot à part.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 12 décembre

mardi 11 décembre

lundi 10 décembre

dimanche 09 décembre

samedi 08 décembre

vendredi 07 décembre

jeudi 06 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux