Article 

Le match, les difficultés, Neymar, Mbappé, Cavani, la conf' de Tuchel après PSG/Nantes (2-0)

Publié le jeudi 5 décembre 2019 à 1:30 par Philippe Goguet
C'est un Thomas Tuchel très loin d'être satisfait qui s'est présenté face à la presse après la victoire contre Nantes (2-0). Bien conscient des difficultés actuelles de son équipe et à la recherche de solutions, il est revenu sur la passe moyenne de ses troupes, évoquant au passage les cas de Neymar, Mbappé et Cavani.

Comment il explique les difficultés rencontrées par son équipe à part le système tactique de Nantes :

« C'était un 4-4-2 très serré et c'était difficile de trouver des espaces mais on a analysé et on avait préparé l'équipe pour ça. Je pense qu'on a beaucoup de solutions contre ce système mais si on perd des ballons comme on en a perdus en première mi-temps, ce n'est pas possible de trouver des espaces pour créer et trouver un rythme, pour faire courir Nantes, pour faire beaucoup d'attaques. On a manqué de vitesse et de précision, donc de confiance dans notre jeu. On a perdu trop, trop, trop de ballons. Pendant quinze minutes, en seconde période, on a fait un bon match. Mais après le premier but, c'était la même chose, on a encore perdu trop de ballons. C'était compliqué pour nous dans la prise de décisions. Il y a plusieurs raisons, on manque de rythme, on manque de confiance. Je ne sais pas exactement pourquoi mais il y a plusieurs raisons, plusieurs situations. On doit analyser, rester calme et trouver l'esprit. »

L'utilisation du VAR avant la pause sur le but refusé à Neymar :

« Je n'ai pas vu. Pour moi qui étais sur le terrain, il y avait but (de Neymar). Après, il y a eu l'intervention. Comme j'ai dit à Madrid, une intervention du VAR n'est possible que si l'erreur est évidente. Mais c'est mieux que je ne parle pas d'arbitre aujourd'hui. »

Ce qu'il a pensé de la première titularisation commune de Mbappé et Neymar :

« Ça veut dire beaucoup si, en décembre, les deux joueurs clés de votre équipe, ceux dont on attend qu'ils fassent la différence, ne jouent ensemble que pour la première fois. En décembre. Imaginez si Messi et Suarez, à Barcelone, ne jouent ensemble pour la première fois qu'en décembre, ou si c'est Lewandowski et Gnabry au Bayern. Ça veut dire qu'on a fait super bien sans ces deux-là, qu'on a eu des résultats extraordinaires. C'est la première chose. La deuxième, c'est que c'est clair qu'ils manquent de rythme, de capacité, d'automatismes. Pour cette raison, je n'attends pas trop d'eux. On n'a pas la possibilité de faire beaucoup d'entraînements vu qu'on joue tous les trois jours donc on utiliser un peu les matches pour regagner confiance et capacités. Je suis juste heureux qu'ils aient marqué les deux buts décisifs, cela aide beaucoup mais on a beaucoup de potentiel encore. »

Cavani entré pour trois minutes, n'est-ce pas humiliant ?

« C'est mieux qu'il ne joue pas ? J'ai parlé avec lui. Il sait et je sais que la situation est super difficile pour lui. Pour moi, c'est aussi un peu triste. Ce n'est pas seulement dur, c'est triste aussi. On a joué beaucoup de matches dans un 4-3-3 avec un numéro 9. Il était blessé en début de saison et ce n'est pas sa faute mais Mauro (Icardi) a vraiment bien joué pendant ce temps et a marqué beaucoup de buts. Si on continue avec ce schéma, on a trois joueurs extraordinaires pour un seul poste, c'est beaucoup avec Kylian, Mauro et lui. Je suis triste car je n'ai pas de solution en ce moment (pour Cavani). J'ai beaucoup réfléchi car il n'a pas mérité ça. Il fait des entraînements extraordinaires, il est super professionnel, il est dans un bon état d'esprit dans le vestiaire et donne de l'énergie à l'équipe. Pour le moment, je n’ai presque rien à lui donner. Je réfléchis beaucoup à ça et c'était cinq minutes aujourd'hui, avec presque un but de sa part. Ce sont des décisions que je dois prendre. On peut réfléchir beaucoup mais les trois joueurs que nous avons (pour jouer en pointe) ne sont pas habitués à être sur le banc, à ne pas jouer tous les trois jours. C'est très difficile pour lui, je le sais, il connaît mon avis, il l'accepte mais il est déçu, c'est clair. »

Comment son équipe peut retrouver l'intensité qui lui fait défaut ?

« Ce n'est pas en vue des matches de Ligue des Champions, c'est pour samedi... Après pour mercredi puis ensuite samedi, etc. On manque d'intensité dans notre jeu, vous avez raison. Pas seulement sans le ballon mais aussi avec. On en perd trop et, pour ça, on perd beaucoup de confiance. De par mon expérience, je sais que si on pense manquer de capacités, peut-être que ce n'est que dans notre tête. Parce qu'on a peur de perdre des ballons, on perd des ballons. J'ai l'impression qu'on pense trop à ne pas le perdre. Mais on doit penser à gagner, à construire plus d'attaques, à se créer des occasions, à marquer un autre but. C'est un sentiment, un état d'esprit, peut-être qu'il nous manque encore un peu ça. Je ne suis pas sûr. Je vais regarder le match demain matin pour trouver des solutions. Mais c'est clair qu'on doit s'améliorer, regagner de l'intensité, avec et sans le ballon. On doit chercher des solutions. »

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 08 décembre

samedi 07 décembre

vendredi 06 décembre

jeudi 05 décembre

mercredi 04 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux