Article 

Monaco/PSG (1-4), les performances individuelles

Publié le jeudi 16 janvier 2020 à 2:38 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-1 à Monaco dans une rencontre que les Parisiens ont su dans l'ensemble très bien géré. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Navas : Déjà très chaud dimanche soir face aux mêmes adversaires, le gardien costaricien va se montrer excellent en début de rencontre alors que Monaco est encore dangereux et dans le match. Il repousse notamment une belle tête de Ben Yedder et une frappe puissante de Gelson Martins dans la première demi-heure. Il ne sera plus réellement sollicité par la suite, à part sur des frappes faciles à capter, mais il se loupe dans sa sortie sur le but monégasque. Pas de quoi remettre réellement en question son match pour autant, ses deux arrêts en première période étant intervenus à un moment vraiment décisif du match.

Dagba : Dix jours après son dernier match, le latéral droit va signer un bon retour sur les terrains et il tient un rôle important dans la bonne première mi-temps des Parisiens. Opposé à Keita Baldé, il va profiter de la possession parisienne pour forcer le Sénégalais à défendre, le défenseur parisien montant à bon escient et se plaçant haut sans pour autant être toujours servi ni sépcialement impliqué dans le jeu. Ses partenaires vont toutefois tenter de l'utiliser de façon régulière mais ses centres, sans être mauvais pour autant, vont rarement arriver à destination et il est quelques fois aussi signalé hors-jeu. Défensivement, il a dans l'ensemble bien tenu face au même Keita Baldé, se montrant solide et tonique. Il aura eu plus de mal face à Ballo-Touré qui arrivait lancé, sans être non plus sous l'eau. Un bon match donc, appliqué des deux côtés du terrain.

Thiago Silva : Trois jours après avoir été en difficulté face à la même équipe, le capitaine parisien a clairement montré un tout autre visage sur la pelosue de Louis II. Alors que Kimpembe va se charger d'étouffer Ben Yedder, Silva va s'occuper de faire des corrections plus ou moins grandes suite aux erreurs de ses partenaires. Impressionnat de justesse sur le peu qu'il a eu à faire, il a notamment réussi quelques sauvetages superbes. Il faut aussi noter une erreur face à Ben Yedder après la pause, aboutissant à une action adverse, mais c'est peu par rapport à tout ce que son match a eu de positif. A noter que c'est lui qui lance Neymar sur le quatrième but, une belle récompense pour son application générale dans la relance.

Kimpembe : Pour son premier match depuis sa blessure à Montpellier début décembre, le puissant gaucher va mettre quelques instants à entrer dans la partie mais il montre vite ses atouts du jour : quelques relances superbes vers Neymar qui cassent des lignes adverses, une pression physique constante sur Ben Yedder qui ne parvient pas à peser et quelques grosses sorties balle au pied. Sa première mi-temps est particulièrement solide dans tous les domaines et sa seconde sera dans le même ton, à deux erreurs près : cette poussette inutile sur Ben Yedder en pleine surface et une faute largement évitable sur le même joueur en toute fin de partie. L'ensemble de sa prestation reste malgré tout très positive et le buteur monégasque est très loin d'avoir eu le même rayonnement qu'il y a trois jours, une forte baisse de performance à laquelle Kimpembe n'est franchement pas étranger.

Kurzawa : Sur une pelouse qu'il connaît bien, l'ancien de l'ASM va livrer un début de partie tout bonnement catastrophique et il est largement impliqué sur les premières occasions adverses, se montrant très défaillant dans les duels et le marquage. Dans un rôle proche de celui de Bernat après la pause dimanche dernier, donc celui d'un latéral très prudent qui dose fortement ses montées, il va peu à peu entrer dans la partie et signer une prestation finalement plutôt bonne. Rarement devant, il est tranchant quand il se projette et obtient par exemple avec malice un penalty sur une belle action individuelle. Défensivement, il va faire le métier et même mieux que ça durant la majeure partie du match mais rechute à deux reprises de façon bien visible, d'abord en étant déposé par Gelson Martins sur une accélération puis en concédant bêtement le coup-franc amenant au but de Monaco.

Gueye : C'est un tout autre Gueye que celui vu dimanche que l'ASM a affronté et il l'a d'ailleurs montré dès ses premières actions, se montrant bien plus tranchant dans ses appuis. Actif dans tous les secteurs du jeu, ce qui est un bon signe quant à son état de forme, il a orienté le jeu avec application et fait parler sa capacité à récupérer des ballons, redevenant la digue défensive qu'il est censé être. S'il a encore commis quelques impairs techniques dont l'un d'entre eux a offert une belle occasion à Monaco, il a clairement retrouvé des jambes et est sérieusement monté en puissance.

Verratti l'a remplacé pour la fin de match et le petit Italien a apporté, forcément, de la tenue dans le ballon alors que le PSG commençait à le perdre un peu trop vite. C'est de son pied droit magique qu'est d'ailleurs partie la passe décisive pour Sarabia, sa deuxième en trois jours dans le dos de la défense de Monaco. S'il a brillé avec le ballon, il a aussi défendu et a récupéré des ballons.

Kouassi : C'est à gauche d'Idrissa Gueye dans l'entrejeu que le joueur de 17 ans a fêté sa première titularisation en L1. Sa rencontre n'aura pas vraiment été linéaire puisqu'il aura alterné les bonnes et les mauvaises périodes, se montrant donc inégal dans son apport. D'abord un peu perdu dans son positionnement, il semble entrer peu à peu dans la partie mais redisparaît un peu, notamment dans la circulation du ballon où il va dans l'ensemble réussir quelques passes dans l'intervalle superbes comme d'autres complètement à contretemps. On le retrouve aussi en permanence dans les airs ou au sol pour des duels mais il n'a pas toujours le même impact. Après la pause, il va sembler avoir du mal à revenir des vestiaires mais finit en revanche très bien, se montrant notamment plus à l'aise avec Verratti à ses côtés plutôt qu'avec Gueye. Le jeune homme a du goût dans ses choix, en témoigne sa capacité à trouver Neymar dans des petits périmètres à de nombreuses reprises. Un match contrasté au final, possiblement un peu dû à la fatigue, mais franchement pas inintéressant. Les qualités sont là, évidentes.

Di Maria : De 3-3 à 4-1, il y a parfois un Di Maria d'écart, ou presque. Parmi les plus décevants dimanche, il a été l'un si ce n'est le meilleur ce mercredi. Dans un rôle très axial entre meneur de jeu, relayeur axial et joueur de percussion, l'Argentin va livrer un récital. Offensivement, il va beaucoup tenter, réussir la grande majorité de ses gestes et donner nombre de bons ballons à ses partenaires, à l'image de Mbappé sur l'ouverture du score. Mais c'est dans son activité défensive qu'il va être le plus bluffant. Mordant dans les duels, inspiré dans son placement, jamais fatigué pour revenir défendre, El Fideo va récupérer quantité de ballons et faire mal à Monaco des deux côtés du terrain. A  l'heure du bilan, on ne trouve qu'une passe décisive mais c'était possiblement sa prestation la plus complète de la saison. 

Draxler l'a remplacé pour la fin de match et il est entré côté droit, comme contre Saint-Etienne. Il s'est signalé sur quelques contres, frôlant une passe qui aurait bien pu être décisive sans un gros sauvetage de Glik.

Neymar : Après un doublé dimanche, le Brésilien a encore fait bien des misères à Monaco avec un nouveau penalty impeccable et une passe décisive bien ajustée pour Mbappé. Il aurait largement pu faire mieux puisqu'il va avoir trois grosses occasions en première période, sa meilleure. Encore dans un bon jour techniquement et avec un volume de jeu toujours aussi colossal, il va offrir quelques gestes superbes et donner des ballons en or à ses coéquipiers, notamment Mbappé. Il y a, forcément, un peu de déchet mais c'est souvent productif. Ce sera moins le cas après la pause et le Brésilien apparaît parfois un peu fatigué. Il finira la rencontre un cran plus haut, ce qui lui convient mieux, et va faire des différences jusqu'au bout. Un sacré match, encore.

Mbappé : Le grand réveil, à l'image de celui de Di Maria. Comme en seconde période dimanche, c'est dans un rôle entre l'axe et le côté gauche que Mbappé va souvent évoluer mais il est cette fois-ci bien plus précis et ses accélérations sur le côté font bien plus mal. Il donne d'ailleurs deux balles de but en début de partie avant de finalement ouvrir le score, lui qui était passé pour une fois sur l'aile opposée. Très fort avant la pause, il est l'un des Parisiens dont la performance ne baisse pratiquement pas ensuite, même s'il voit Lecomte lui enlever une balle de 3-0. Il se rattrapera avec le but du 4-1, puis une folie dans la foulée. Pour son retour sur un terrain qu'il connaît très bien, il ne s'est pas loupé.

Icardi : Des Parisiens en difficulté lors du dernier match, l'Argentin est probablement le seul à ne pas avoir rebondi et il a dans l'ensemble signé la même prestation que dimanche. Il touche toujours aussi peu de ballons mais semble, et c'est un peu nouveau, assez déconnecté de ses partenaires au point de paraître même parfois passif. Sa seule occasion le verra, lui dont la précision a fait des ravages jusque-là, se montrer imprécis avec une reprise à côté et il va se montrer dans l'ensemble assez peu inspiré sur ses rares prises de balle.

Sarabia l'a remplacé pour la fin de match et il a marqué d'entrée, concluant parfaitement sur un bon centre de Verratti. Entré côté gauche, l'Espagnol va apporter son punch et ses courses dans le dos de Henrichs vont faire mal à la défense de l'ASM qui va avoir toutes les peines du monde à le cadrer, n'y parvenant d'ailleurs jamais vraiment. Dommage qu'il ait manqué d'un brin de précision car il aurait pu faire encore plus mal.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 25 janvier

vendredi 24 janvier

jeudi 23 janvier

mercredi 22 janvier

mardi 21 janvier

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux