Article 

PSG/Caen (3-0), les performances individuelles

Publié le lundi 13 août 2018 à 0:48 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 3-0 face à Caen dans un match en grande partie à sens unique. Retour sur les performances des joueurs parisiens au cas par cas.

Buffon : Face à une équipe caennaise d'abord venue pour défendre, le portier italien a connu des débuts paradoxalement plus agités avant la pause qu'après. S'il n'a eu que peu de ballons à toucher, il va malgré tout signer deux vrais arrêts, d'abord sur une volée puissante mais sur lui puis, surtout, sur une tête vicieuse de Thiago Silva qui prenait bien le chemin d'un contre son camp. Sauvé par son poteau dans le second acte, il commence en gardant sa cage inviolée, le tout en ayant montré que ses fondamentaux étaient toujours bien là.

Dagba : Le jeune latéral droit a enchaîné une seconde titularisation consécutive et il a cette fois-ci bien plus été challengé que face à Monaco il y a une semaine. Défensivement, il a régulièrement souffert face au rapide Casimir Ninga. Mais plus que la vitesse, c'est le physique et l'impact du Tchadien qui ont mis en difficulté le jeune et encore un peu frêle Dagba. Dans le jeu offensif, il a assuré ses passes, offert des solutions mais surtout brillé par la qualité de ses centres puisque plusieurs ont failli être décisifs, les buteurs se montrant maladroits sur ses offrandes.

Marquinhos : Pour sa première titularisation de la saison, le défenseur central brésilien a surtout eu un rôle de couverture quand son jeune partenaire Dagba était débordé par les ailiers adverses. Dans ce registre, Marquinhos s'est régalé et a été très propre, même face à un Ninga lancé à pleine vitesse face à lui. Pour le reste, et à l'exception d'une intervention douteuse dans la surface à l'heure de jeu, il a été peu sollicité. Dans la relance, on a parfois senti des intentions mais cela s'est rarement concrétisé.

Thiago Silva : Le capitaine évoluait encore dans l'axe gauche et il a largement géré les affaires courantes face à un adversaire rarement dangereux. Que les attaquants adverses soient seuls, comme en première période, ou en duo en fin de match, le Brésilien a largement dominé tout ce qui présentait face à lui. Dans la relance, il s'est aussi signalé avec un certain nombre de passes longues bien vues et tout aussi bien réalisées.

N'Soki : Comme Dagba sur l'autre aile, le latéral gauche de fortune enchaînait son deuxième match d'affilée et, après des débuts assez tranquilles, il a su monter en régime. S'il a relativement bien su gérer la profondeur dans son dos, il a aussi eu de l'impact dans les duels. C'est surtout dans la partie offensive qu'il s'est positivement signalé, malgré quelques petites approximations techniques sur certaines prises de balle. Pour le reste, sa capacité à faire mal dans le un contre un et sa vélocité balle au pied ont été bien en vue. Dommage qu'il ait parfois manqué d'un peu de soutien car les intentions étaient bien là.

Diarra : Encore une fois sorti peu après l'heure de jeu, le milieu défensif parisien a cette fois-ci livré une toute autre performance que face à Monaco. Placé devant la défense, la sentinelle s'est signalée par une vraie présence défensive, gagnant de nombreux duels même s'il a commis plusieurs fautes. Dans l'utilisation du ballon, il a été très fort sur ses appuis, ce qui lui a permis de se sortir de toutes les situations. Dans la passe, il a en revanche été moins brillant. Sorti fatigué à 20 minutes de la fin, Diaby l'a remplacé et a tenté de montrer son punch pour sa première avec les pros. Il a aussi failli être passeur décisif, Weah trouvant le poteau sur sa belle passe croisée.

Rabiot : Celui qui est bien parti pour devenir l'enfant terrible du football français a connu un retour agréable dans un des rares stades de France où il ne devrait pas être sifflé. Sa partie est forcément marquée en bien par ce but du break qu'il initie et conclut parfaitement. Son match est aussi souvent positif quand il a pris la balle et a percé. Dans l'utilisation collective du ballon, cela a en revanche été bien moins intéressant et le joueur, souvent dur à trouver sur les longues phases de possession du PSG au final, n'a pas vraiment aidé à trouver des solutions face au bloc adverse regroupé. 

Bernède : Après son premier match il y a peu, le milieu de terrain de 19 ans a fêté sa première titularisation et il aura, largement, répondu aux attentes. Dans un rôle de relayeur droit où il remplaçait Verratti, il a bien participé à la bonne circulation du ballon parisienne, même s'il n'a pas eu la maestria de son aîné italien. Au point techniquement, il n'a perdu que très peu de ballons face au bloc caennais très regroupé mais il a parfois manqué d'un poil d'audace, lui qui en a tant quand il est en confiance. Quelques unes de ses passes ont bien cassé des lignes, notamment quand il ouvrait le jeu côté droit, mais il peut encore faire mieux. Défensivement, il a largement fait sa part, pressant sans relâche.

Di Maria : Positionné sur le côté gauche au coup d'envoi, l'Argentin va se montrer sous un jour alternatif, à l'image de sa relation avec Neymar qu'il va beaucoup solliciter en début de rencontre et beaucoup moins ensuite. Dans son jeu, El Fideo a beaucoup dribblé mais l'efficacité n'a pas si souvent été au rendez-vous, même s'il fait tout parfaitement sur le but du 2-0. Replacé à droite après la pause, il ne va pas forcément mieux s'illustrer et se loupe un peu face à Samba au moment de conclure. Remplacé par Draxler pour les 20 dernières minutes, l'Allemand a joué côté gauche ses premières minutes de la saison. Une remise en route tranquille, avec quelques longues courses balle au pied.

Nkunku : La petite star de la préparation d'avant-saison était une nouvelle fois titulaire, cette fois sur l'aile droite, et il ne lui a fallu que 10 minutes pour se montrer décisif en servant Neymar sur un plateau. Pour le reste, il va avoir quelques difficultés à s'exprimer sur l'aile droite, se retrouvant souvent prisonnier plus qu'acteur du jeu. S'il y signe quelques bonnes actions, c'est sur l'aile gauche qu'il va être bien plus intéressant après la pause. Vif, inspiré et déséquilibrant à souhait, il a signé une nouvelle belle performance. 

Neymar : De retour dans son jardin cinq mois et demi après en être sorti sur une civière, il ne lui aura fallu que 10 minutes pour marquer d'un geste clinique face au but. Pour le reste, celui que Tuchel avait finalement aligné une fois de plus en pointe a parfois souffert de ce positionnement. Souvent bien pris quand il était dos au but, il a eu du mal à se mettre dans le sens du jeu et a souvent dû décrocher pour exister. Ballon au pied, il aura eu du génie, forcément, mais aussi du déchet et de la justesse seulement par bribes. Bref, Neymar est encore loin d'être à 100%. Weah l'a remplacé pour les 10 dernières minutes et le fameux fils de n'a pas perdu de temps. Plein d'envie, il a trouvé le temps de trouver le poteau et de marquer en allant harceler le gardien. Une belle libération, un maillot enlevé et un carton jaune au passage.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 18 août

vendredi 17 août

jeudi 16 août

mercredi 15 août

mardi 14 août

lundi 13 août

dimanche 12 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux