Article 

PSG/OL (2-0), les performances individuelles

Publié le lundi 18 septembre 2017 à 3:04 par Philippe Goguet
Le PSG a disposé de l'OL 2-0 dans un match gagné sans l'avoir vraiment maîtrisé. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens, au cas par cas.

Areola : Quelques jours après sa belle performance à Glasgow, le portier parisien a confirmé ce dimanche soir face à l'Olympique Lyonnais. Bien présent sur la seule frappe cadrée de la première période, il est un peu plus sollicité par la suite et se montre serein et performant sur ses prises de balle suite les occasions lyonnaises. Il a même un poil de chance quand sa sortie aérienne ratée sur corner est rattrapée par Thiago Silva sur la ligne ou quand Ndombele trouve sa barre transversale sur une énorme frappe de loin pour ce qui est probablement le tournant du match. Mais la chance fait aussi partie du jeu et Areola est largement responsable de ce deuxième match consécutif sans encaisser de but.

Daniel Alves : Plus sollicité que prévu en début de match sur les bons raids des Lyonnais, il se montre pour le moins solide face à Depay ou Mendy, Mbappé ne l'aidant pas vraiment par son repli défensif à gérer les offensives lyonnaises sur cette aile. Jusqu'à la pause, il va en revanche manquer de précision offensivement. C'est après le repos que le match d'Alves prend une autre ampleur. Toujours aussi solide défensivement, voire même plus, il va monter en gamme offensivement et apporter une vraie plus-value dans le jeu, à l'image de l'action du second but qu'il amorce d'une récupération rageuse et bien vue. Un match de patron, marqué par une volonté forte de s'imposer dans les duels.

Thiago Silva : De retour dans l'axe droit de la défense centrale vu son partenaire du soir, le capitaine parisien va livrer un match en deux temps et lié à l'adversaire. Jusqu'à l'heure de jeu, il ne va pas forcément être très en vue et se contente de gérer les affaires courantes en étant simple et solide. C'est lors du temps fort lyonnais et en fin de match que le Brésilien monte en régime avec plusieurs grosses interventions successives, notamment un contre coupé au dernier moment et un sauvetage sur la ligne. Un vrai bon match à l'arrivée, même s'il aurait probablement pu faire plus dans la relance.

Kimpembe : Titularisé au détriment d'un Marquinhos qui a beaucoup joué dernièrement, le jeune défenseur central parisien a tout bonnement mangé son client du soir, l'attaquant lyonnais Mariano Diaz. Régulièrement sollicité dans des duels avec l'avant-centre de l'OL, Kimpembe a fait parler sa puissance et a fait souffrir l'ancien du Real Madrid, à la peine face à un stoppeur aussi athlétique. On note une seule petite erreur du défenseur parisien face à son adversaire du soir, finalement sans conséquence. Dans la relance, le gaucher a été appliqué, avec quelques passes bien vues.

Kurzawa : Son match commence avec deux énormes erreurs défensives, tout d'abord trop loin de Traoré sur un duel dans la surface puis carrément dans les jambes de la révélation Ndombele sur une percée. Heureusement pour lui, ce n'est pas vraiment sur la partie défensive qu'il va être sollicité, son habituel point faible. Offensivement, il va en revanche être très en vue, notamment car il a beaucoup proposé sur un flanc gauche déserté par un Neymar qui n'y est guère allé. Problème, le latéral parisien a encore eu un déchet terrible dans l'utilisation du ballon. Techniquement loin de son meilleur niveau, sa volonté permanente d'apporter le surnombre sur son aile s'est finalement retournée contre lui. Remplacé par Berchiche, auteur d'une entrée plutôt réussie avec un apport offensif peut-être moindre mais plus qualitatif.

Thiago Motta : Dans le milieu à deux du PSG, celui qui était le plus vieux joueur sur le terrain a eu du travail et n'a pas ménagé sa peine, et ce même si la mobilité n'est pas la plus grande de ses qualités. A 35 ans, l'Italo-Brésilien a dû multiplier les courses défensives pour combler les espaces laissés par ses attaquants et il a assuré une part non négligeable de travail à la récupération, malgré un carton jaune reçu avant la pause. Paradoxalement, c'est peut-être plus sur son habituel point fort, à savoir la capacité à distribuer le jeu, que Motta a déçu. S'il a encore offert quelques passes superbes vers l'avant, il a semblé manquer de soutien autour de lui pour donner sa pleine mesure. Il finit comme il peut la partie, usé mais encore souvent bien placé et donc utile.

Rabiot : Incertain avant la partie, heureusement que le jeune milieu de terrain parisien était bien présent... Avec Thiago Motta à ses côtés, le Français a couvert une partie importante de terrain pour permettre à l'équipe parisienne de conserver un certain équilibre. Dans un rôle de milieu défensif plus que de relayeur, on l'a logiquement beaucoup moins vu dans les zones hautes du terrain où il a fait si mal dernièrement. C'est du côté de la récupération qu'il a été le plus utile, avec notamment quelques interceptions et jaillissements qui ont fait mal aux Lyonnais. Dans la partie offensive de son jeu, il a parfois manqué d'un peu de justesse, à l'image de cette passe trop longue pour Mbappé qui partait au but peu après la demi-heure de jeu.

Mbappé : Si le jeune attaquant a considéré sa première sortie à Paris comme étant plutôt réussie, la réalité semble un peu moins rose malgré un penalty et un second but qu'il a largement provoqués. Titularisé sur le côté droit de l'attaque, Mbappé a globalement eu du mal à peser sur la partie, notamment dans ce rôle d'ailier où il a surtout été utilisé sur sa vitesse. Conséquence de cette difficulté à exister sur l'aile, il s'est souvent recentré et a alors alterné le bon et le moins bon, à l'image de ses déviations qui ont connu une réussite très aléatoire. Auteur de quelques gestes de grande classe, notamment cette folle louche pour Alves après un petit festival de dribbles, il aura globalement eu du mal à s'installer dans le jeu parisien pour cette première. Comme le reste des attaquants, il doit encore trouver sa place dans ce schéma.

Draxler : Dans le 4-2-3-1 du soir, c'est lui qui occupait le poste de n°10 et l'Allemand n'a pas vraiment su tirer son épingle du jeu dans cette position qu'il affectionne pourtant. Au coeur du jeu, il s'est beaucoup déplacé pour tenter de trouver le positionnement le plus utile à son équipe mais il ne l'a finalement jamais trouvé, et ce même s'il a joué un peu plus bas après la pause. Quand il a eu le ballon, celui qui est toujours aussi élégant et fin balle au pied n'en a que trop rarement fait bon usage et son apport a été pour le moins limité. Il faut toutefois noter sa bonne volonté à la récupération, l'Allemand se montrant le plus présent dans ce secteur parmi les quatre de devant. Remplacé à vingt minutes de la fin par Lo Celso, le jeune Argentin a immédiatement su se mettre dans le bain et faire la différence, l'ouverture du score étant très largement à son crédit. En outre, il a apporté équilibre et vie à un milieu parisien qui en cherchait terriblement depuis le début du match. Encore une belle entrée de la part d'El Mono.

Neymar : Après avoir été déjà très bien pris par l'AS Saint-Etienne lors de son précédent match au Parc des Princes, Neymar est encore tombé sur une opposition qui lui a bien résisté. Son cauchemar du soir s'est nommé Kenny Tete, le jeune latéral droit de l'OL qui a gagné pratiquement tous ses duels face au Brésilien. L'ancien du Barça s'est malheureusement souvent entêté dans des dribbles où il n'était pas en réussite alors qu'il a pourtant apporté à son équipe quand il a daigné jouer collectif. Mieux après la pause, il est à la base de quelques bonnes actions sur des accélérations balle au pied mais son bilan est forcément terni par ces scènes ridicules avec Cavani où les deux semblent se chamailler pour tirer des coups de pieds arrêtés. Ses corners et son coup-franc direct étaient d'ailleurs plutôt bien tirés...

Cavani : Quelques jours après son joli doublé sur la pelouse de Glasgow, la partie du soir a beaucoup moins été festive pour Cavani, vite sorti du terrain puis du stade à l'issue de la rencontre. Il faut dire que celle-ci a été particulièrement pénible pour lui et son seul bon moment, son ouverture du score, est en réalité un contre-son-camp d'un Lyonnais. Pour le reste, l'Uruguayen a traversé la partie comme une ombre, à l'image de ses 3 ballons joués durant la première demi-heure de jeu. Forcément un peu plus présent dans le second acte, on a vu le Cavani des mauvais jours, pas juste techniquement et impossible à trouver au coeur de la défense adverse. Histoire de finir le travail, il voit son penalty pourtant pas si mal tiré être repoussé par Lopes, le tout après avoir dû négocier avec Neymar le fait de tirer. Une soirée à oublier, pour lui comme pour le Brésilien.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 16 octobre

dimanche 15 octobre

samedi 14 octobre

vendredi 13 octobre

jeudi 12 octobre

mercredi 11 octobre

mardi 10 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux