Article 

PSG/Strasbourg (1-0), les performances individuelles

Publié le dimanche 15 septembre 2019 à 1:17 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé sur la plus petite des marges face à Strasbourg ce samedi après-midi dans un match très pauvre collectivement. Retour sur les performances individuelles au cas par cas.

Navas : Le nouveau titulaire dans les buts parisiens n'a pas raté ses débuts, bien au contraire. Après une première sortie loin de son but qui s'imposait, il réussit surtout un bel arrêt sur une frappe bien placée d'Ajorque. Face au même Ajorque, le Costaricien va réaliser un nouvel arrêt décisif en seconde période alors que tout était à faire. Il a donc largement réussi son match, gardant sa cage inviolée jusqu'au bout en sortant les arrêts qu'il faut. Au pied, il a fait dans la sobriété.

Dagba : Sans réel adversaire direct durant une bonne partie du match, il ne va que peu s'exposer dans ce domaine et globalement être propre. Offensivement, c'est en revanche une autre histoire et il est très discret durant toute la première période, ne se lâchant finalement jamais. Ce sera un peu mieux après la mi-temps avec cet apport caractéristique à base de centres peu nombreux mais qu'il tente de faire précis, sans pour autant être soudainement un point fort. On le voit malheureusement laisser ses partenaires à 10 en fin de partie, après avoir sauvé son camp sur un contre où il intervient bien mais se fait mal.

Thiago Silva : Touché au pied d'entrée de jeu par Ajorque, cela ne va pas l'empêcher pour autant d'enchaîner dans la foulée deux belles interventions qui lancent son match. La suite de la rencontre est plus ou moins de la même teneur, avec régulièrement des têtes défensives pour repousser les contres adverses. Balle au pied, il a tenté d'apporter sa pierre à l'édifice via du jeu long mais il n'a pas vraiment été heureux dans ses tentatives. 

Diallo : De retour dans le onze de départ, il effectue un très bon retour d'entrée qui lui a permis de prendre confiance. Sans réel opposant durant la majeure partie de la rencontre, il a donc eu peu à faire mais s'est régulièrement montré pertinent dans le jeu mi-long. C'est pourtant quand il passe arrière gauche qu'il devient le plus intéressant. Efficace et tranchant sur le côté, il apporte en défense mais surtout en attaque et signe une belle passe décisive pour Neymar. Assez pour devenir une vraie solution à gauche ? 

Kurzawa : Titulaire pour la première fois de la saison, il montre d'entrée sa bonne volonté en se portant très régulièrement à l'avant, mais cette présence appréciable est gâchée par un manque de repères avec ses partenaires qui pénalise l’équipe, les actions n'aboutissant pas. Vite sur un fil défensivement, il perd peu à peu pied dans son match et se retrouve inefficace des deux côtés du terrain malgré de nombreux et vrais efforts consentis. C'est d'ailleurs un joueur littéralement carbonisé qui sort du terrain à 20 minutes de la fin. Kimpembe l'a remplacé et, s'il est pris en défaut dans son dos d'entrée, il va apporter un peu de fraîcheur et de dynamisme à une défense qui en avait bien besoin. 

Gueye : Présent à gauche de Verratti après avoir été à sa droite ces derniers temps, le Sénégalais ne va pas rien changer dans son jeu pour autant. Harcéleur permanent, récupérateur infatigable, relayeur au jeu simple et efficace, la recrue du milieu a longtemps été le poumon du jeu parisien ce samedi, donnant parfois l'impression de se démultiplier pour combler les absences des autres. Il a même parfois tenté des incursions dans la surface ou vu Neymar le chercher, signe d'un joueur considéré comme fiable par ses partenaires. Il ne lui aura finalement manqué qu'un peu de justesse technique par moments mais sa prestation a une nouvelle fois été très bonne malgré le marasme collectif du jour. 

Verratti : Vite au centre de tout avec des passes et des dribbles qui font mal, l'italien va aussi symboliser les difficultés parisiennes apparues après 20 minutes de jeu avec moins d'influence et un impact offensif qui s'éteint, le tout combiné à une efficacité défensive moindre. Cette sale période va longuement se prolonger et Verratti va globalement se perdre, se montrant méconnaissable durant la grande majorité du match. Replacé un peu plus haut et proche de Neymar après l'entrée en jeu de Herrera, il finit en revanche beaucoup mieux, retrouvant des soutiens dans le jeu qui donnent de la vie au sien. Le début et la fin sauvent Verratti d'un de ses matches les plus ternes avec Paris. 

Di Maria : Pratiquement invisible durant la première demi-heure de jeu, il apparaît soudainement pour offrir une balle de but à Neymar mais se fait surtout remarquer par son inhabituelle lenteur dans le jeu et  par bien trop de touches de balle. Passé sur l'autre aile en seconde période, sa production est sensiblement meilleure mais on est bien loin de l'ailier fuyant et percutant que l’on voit habituellement. Signe de son petit match, il se montre également bien moins précis que d'habitude en de nombreux points et n'a pas beaucoup aidé défensivement, contribuant à cette impression d’équipe coupée en deux pendant de très longues séquences ce samedi. 

Sarabia : le nouvel international espagnol avait été positionné à gauche et il est une machine à centrer en début de partie, ses partenaires le sollicitant beaucoup. La réussite n'est pas au rendez-vous, le déchet beaucoup plus, et les incompréhensions avec ses partenaires vont aller crescendo. Envoyé à droite après la pause, ce n'est pas bien mieux même si l'entente avec Dagba est plus visible qu'avec Kurzawa. Avec un angle plus ouvert pour trouver ses partenaires, il n'est pas beaucoup plus convaincant et sort logiquement à 20 minutes de la fin. Herrera l'a remplacé et a signé une entrée qui a fait un bien fou comme relayeur droit. Simple, juste et efficace avec le ballon, il a également beaucoup apporté sans. Il a largement contribué à la fin de match réussie de son équipe. 

Neymar : Accueilli par un public hostile, le Brésilien n'apparaît pas vraiment perturbé et ses jolis gestes font aussi vite taire une partie des spectateurs. Positionné très haut sur le terrain et plus attaquant que d'habitude, il rate pourtant une énorme occasion d'ouvrir le score d'un lob raté qui ne lui ressemble pas. Souvent gourmand avec le ballon bien que précis dans ses prises de balle, il va longtemps se casser les dents sur la défense adverse, choisissant régulièrement la solution compliquée qui n'était pas la bonne. Intéressant quand il parvient à être lancé, il finit fort le match avec deux occasions qu'il se crée tout seul ou presque mais c'est finalement la troisième qui finit au fond d'un geste exceptionnel de son mauvais pied. Arrivé en paria, il pouvait répartir en héros après avoir signé un but qui restera dans les mémoires dans un match dont on se rappellera surtout du contexte. 

Choupo-Moting : Dans la très renforcée défense adverse, il se sera beaucoup dépensé pour exister mais c'est seulement en appui et dos au but qu'il va être trouvé, la profondeur étant pratiquement inexistante. S'il va être généreux défensivement, il ne sera en revanche pratiquement jamais dans le sens du but et le manque de présence dans la surface alsacienne est aussi de sa faute. Icardi l'a remplacé pour la dernière demi-heure et a vite montré qu'il était quant à lui un pur joueur de surface, parvenant à se créer une grosse occasion d'une passe qui n'en était même pas vraiment une... Pour le reste, il va aussi être dur à trouver pour ses partenaire mais est à l'origine du but d'une bonne remise pour Diallo. Il a également lancé le but du 2-0, dont on se demande encore pourquoi il a été refusé, d’une passe bien dosée en profondeur pour Di Maria. De bons débuts, donc. 

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 14 octobre

dimanche 13 octobre

samedi 12 octobre

vendredi 11 octobre

jeudi 10 octobre

mercredi 09 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux