Article 

PSG/Toulouse (6-2), les performances individuelles

Publié le lundi 21 août 2017 à 3:10 par Max DC
Le PSG a largement dominé Toulouse 6-2 à l'issue d'un match spectaculaire et enlevé. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : Deux buts encaissés sur les deux seules tentatives cadrées des Toulousains dont un premier où il n'est pas exempt de tout reproche, terrible constat qui n'est pas sans rappeler la douloureuse fin d'année 2016 du portier formé au PSG. Sa bonne présence dans le domaine aérien est l'un des rares éléments positifs d'une soirée où il n'a pas marqué des points, après deux "clean sheet" consécutifs en championnat.

Dani Alves : Comme à l'accoutumée, l'ancien juventino s'est démené offensivement sur son côté, proposant constamment une solution pour centrer ou combiner (105 ballons touchés, deuxième parisien derrière Neymar). Si sa relation avec Di Maria et Verratti est à parfaire, la qualité de leurs relations techniques ainsi que les progrès déjà entrevus sont porteurs d'espoirs. Une seule réserve, et pas des moindres, pris à revers à l'instar de ses centraux sur le centre d'Amian, son marquage trop lâche a permis Max-Alain Gradel d'ouvrir le score.

Thiago Silva : Serein et propre, il s'est contenté d'afficher un visage sobre, loin des velléités offensives de son jeune compère de la charnière centrale. Auteur malheureux d'un but contre son camp, déviant involontairement la reprise de la tête de Christopher Julien, il a relancé le TFC, bien malgré lui. Facile dans les duels et autoritaire, le capitaine parisien a étouffé un Andy Delort inexistant.

Kimpembe : Titularisé à la surprise générale à la place de Marquinhos, Presnel Kimpembe a parfaitement répondu présent, multipliant les interventions tranchantes et anticipées. Porté par sa fougue, le jeune défenseur parisien n'a pas hésité à amener le danger balle au pied et à casser des lignes, en témoigne son centre-tir audacieux et dévié par Issa Diop qui rase le montant des buts d'Alban Lafont.

Kurzawa : Trop souvent débordé sur son côté (tout particulièrement sur le premier but adverse) et timide offensivement, l'arrière gauche parisien a semblé évoluer à contre temps de ses coéquipiers, dont l'infatigable Neymar. Deux fois moins de passes réussies et quatre fois moins de centres tentés que son pendant à droite, Kurzawa a paru dépassé par l'intensité des courses et le rythme imposés dans son couloir. Son superbe but, d'une reprise acrobatique sur un corner vite joué par le génial Brésilien, sauve en grande partie une prestation d'ensemble moyenne. 

Verratti : 105 ballons touchés, deuxième total sur le terrain, et 88 passes réalisés, leader parisien dans ce domaine, en moins de 70 minutes de jeu, l'Italien semble enfin avoir retrouvé aisance technique et volume de jeu après un début de saison délicat. Volontaire, déterminé et en nets progrès physiquement, "Gufetto" a multiplié les ouvertures de génie et les décalages bien sentis, cependant mal exploités par ses coéquipiers. Nerveux, il a surtout payé sa réputation lorsqu'il fut, sévèrement, exclu par M. Delerue pour excès d'engagement après une tentative désespérée de tacle pour récupérer le ballon dans la surface toulousaine. 

Thiago Motta : Parfois en difficulté lors des récentes sorties de son équipe, le métronome du jeu parisien s'est révélé être un relais précieux et efficace au milieu. Efficace à la récupération et performant à la relance, il a grandement facilité la transition offensive. Éprouvé physiquement en seconde période, il a cédé sa place, peu après l'heure de jeu, à Javier Pastore. A l'inverse, "El Flaco" s'est offert 30 minutes dans la continuité de son mois d'août réussi, permettant ainsi à un PSG en infériorité numérique de se rassurer grâce à un quatrième but aussi splendide que salvateur. Dans le jeu, il a également apporté et a signé une entrée bien plus réussie que celle de la semaine précédente.

Rabiot : Sa prestation, bien que très correcte et ponctuée d'un magnifique but d'une superbe frappe tendue à l'entrée de la surface, nous laisserait presque sur notre faim. Habile techniquement, et à l'aise dans ce trio du milieu aux côtés de Verratti et de Motta, il pêche encore parfois dans sa capacité à multiplier les courses et à se montrer influent offensivement comme le requiert sa position pourtant préférentielle de relayeur gauche dans le système d'Unai Emery. Replacé seul dans l'axe alors que son équipe évoluait à 10 contre 11, son abattage défensif certain a contribué au feu d'artifice de la fin de rencontre.

Di Maria : Actif et percutant, surtout en première période, "El Fideo" a su exploiter les espaces laissés entre les lignes par les hommes de Pascal Dupraz, malgré la volonté affichée par le coach savoyard de "garer le bus". Bien qu'il n'ait pas directement participé au festival offensif, il y a néanmoins grandement contribué en apportant davantage de fluidité et de précision au jeu parisien. Il a finalement cédé sa place à Julian Draxler qui retrouvait les terrains pour la première fois depuis son trophée de meilleur joueur de la Coupe des Confédérations.

Neymar : 2 buts, 2 passes, 1 penalty provoqué. Obrigado, 11/10. Et on a déjà hâte d'être à la semaine prochaine en espérant revoir le même feu d'artifice. Dribbles, passes, buts, le Brésilien a pratiquement tout réussi et enchanté un stade tout acquis à sa cause. Impressionnant de bout en bout, il a confirmé ses exceptionnels débuts de Guingamp par une prestation de la même envergure, le tout alors que sa relation avec ses partenaires mérite encore d'être affinée. Neymar était plus qu'attendu, il a été au-delà des espérances.

Cavani : Frustrant et frustré jusqu'à son but inscrit sur penalty, l'avant-centre uruguayen s'est essentiellement signalé par sa maladresse technique, contrairement à la semaine passée où la qualité de sa relation avec Neymar avait été unanimement saluée. S'il a, comme à son habitude, multiplié les remises en une touche et les appels, l'un menant ainsi à un but injustement refusé pour une position de hors-jeu imaginaire, "El Matador" n'a que trop peu existé sur le front de l'attaque, manquant d'ailleurs un face à face avec Alban Lafont en frappant directement sur le portier toulousain. Remplacé en fin de rencontre par Giovani Lo Celso.

Match lié 


News 

mercredi 20 septembre

mardi 19 septembre

lundi 18 septembre

dimanche 17 septembre

samedi 16 septembre

vendredi 15 septembre

jeudi 14 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux