Article 

Rennes/PSG (2-1), les performances individuelles

Publié le lundi 19 août 2019 à 3:28 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 2-1 face à Rennes lors de la deuxième journée de Ligue 1 malgré l'ouverture du score. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : Jamais sollicité au cours de la première période, il rentre au vestiaire sur un but encaissé sans être pour autant responsable vu la frappe parfaitement placée de Niang. Il est en revanche bien moins exempt de tous reproches sur le but suivant. Hésitant à sortir sur le long ballon de Camavinga, il fait un pas en avant puis se ravise, se faisant finalement aligner par un joueur lancé et seul à l'issue d'une action où la communication avec sa défense aura encore été à revoir. Il gagne ensuite un duel avec Niang, une action qui aurait probablement été annulée après revisionnage vu la main initiale, puis est sauvé par son poteau. Un match dans la lignée de sa préparation estivale hésitante.

Thiago Silva : Etrangement positionné comme stoppeur droit de la défense à trois parisienne, le capitaine parisien va avoir un peu de mal à commencer sa rencontre puis semble vite trouver son rythme de croisière. Il fait pourtant une première erreur largement évitable en montant très haut sur Grenier qui l'élimine et exploite l'espace laissé d'une belle passe, offrant une belle occasion à Rennes. La suite sera finalement comme le début, avec des hauts et des bas, gêné par l'impact physique d'un Mbaye Niang qui l'avait déjà fait souffrir en janvier dernier au Parc des Princes. Loin d'être aussi souverain que d'habitude, il signe malgré tout un contre important en toute fin de match sur un tir adverse.

Marquinhos : Milieu de terrain lors des deux premiers matches, c'est surtout en défense que le Brésilien va jouer, étant même le plus axial des trois défenseurs du soir. Il va bien s'intercaler au milieu de temps en temps, particulièrement après le premier quart du match, mais ne va jamais trouver sa place de façon claire. Et alors qu'il savait être partout dernièrement, il ne sera finalement nulle part ce dimanche. Inutile au milieu où il n'a pratiquement aucun impact que ce soit dans la récupération ou l'orientation, il l'est tout autant en défense, se retrouvant la plupart du temps sans adversaire direct. Quand il se retrouve au duel avec Niang, il est même en grande difficulté et est catastrophique sur l'égalisation du Sénégalais, bien trop loin de lui pour le gêner. Un match à oublier pour un joueur bien loin de ses standards.

Diallo : La belle seconde période vue contre Nîmes n'a pas trouvé de confirmation même si le premier acte de la seule recrue de l'été titulaire aura été plutôt bon. Il rate certes une relance en début de match, conséquence d'un jeu de passes parfois ambitieux, mais est aussi l'auteur d'un gros sauvetage au quart d'heure de jeu. C'est en revanche bien moins convaincant après la pause, avec une nouvelle relance ratée dès le début puis de nombreuses interventions assez peu sereines qui ont rappelé les mauvais moments de ses matches précédents. Pas une rechute, mais la montée en puissance attendue est reportée.

Meunier : Relancé dans le onze de départ par l'absence de Kehrer, il va avoir bien du mal à entrer dans la partie, cherchant sa place comme Thiago Silva proche de lui. Il semble même en total décalage avec ses partenaires avant de bien monter en régime à la demi-heure de jeu, Di Maria s'appuyant notamment sur lui pour faire vivre le couloir. Son second acte commence bien mal, le Belge laissant Del Castillo seul aux 6m de la tête sur le but du 2-1, tandis qu'il n'apporte pas grand-chose offensivement avec des centres toujours aussi peu précis. Tuchel arrête les frais à l'heure de jeu et lance Dagba à sa place. Pour ses premières minutes en match officiel cette saison, le jeune latéral va rester sobre, tentant de combiner plutôt que de centrer dans le tas. A noter aussi un contre bien coupé.

Bernat : Titulaire et présent depuis la reprise, l'Espagnol n'avait pas l'excuse du physique comme d'autres et il a pourtant été l'un des plus mauvais sur le terrain, souffrant même de la comparaison avec son vis-à-vis Traoré qu'il n'a jamais vraiment débordé. Il l'a en revanche parfaitement laissé centrer sur le but de Niang, comme avec Bourigeaud lors du Trophée des Champions. Offensivement, il ne va pas faire mieux malgré une vraie volonté d'apporter balle au pied mais il souffre d'un gros manque d'efficacité dans le dernier geste, ne centrant jamais ni ne réussissant pas la moindre passe qui fait mal dans le dernier tiers. Quand Tuchel parle du manque de concurrence qui empêche de générer de la performance, dur de ne pas penser à son cas.

Verratti : Vu l'étrange dispositif du jour, l'Italient était la plupart du temps seul devant la défense et il avait donc un rôle énorme pour tenter d'organiser le jeu parisien. Vu son talent, il va forcément y parvenir un peu, par des percées ou des passes, mais ne sera jamais dans le confort pour autant et ne va pas briller non plus. Les Rennais l'ont souvent pressé et il aura souffert tout au long du match de n'avoir aucun milieu sur lequel s'appuyer à ses côtés pour combiner ou avancer. Défensivement, il a beaucoup couru dans le vide mais n'a eu que peu d'impact malgré un avertissement reçu. A noter un marquage défaillant sur Gelin quand celui-ci touche le poteau.

Draxler : Relayeur droit la semaine passée, c'est cette fois-ci dans l'axe gauche que l'Allemand a été aligné mais cela n'a strictement rien changé à l'aspect vide de sa performance. Malgré ses 49 ballons touchés, il aura été d'un insipide rare même s'il a bien tenté de se balader un peu partout dans l'entrejeu. Inutile défensivement malgré un carton jaune, il n'a pas été beaucoup plus tranchant offensivement et n'a réussi que deux actions : un bon décalage pour Cavani avant la pause, un une-deux plein axe avec Mbappé après. Cela fait très peu et Paredes l'a remplacé pour le dernier quart d'heure. Malgré quelques tentatives de passe, il n'a rien changé.

Di Maria : Faux ailier finalement très au coeur du jeu, l'Argentin va probablement être le meilleur Parisien de la première période uniquement par la qualité de sa patte gauche. C'est ainsi lui qui trouve parfaitement Cavani sur le poteau et c'est de par son jeu long qu'il a été le plus dangereux pour la défense adverse. Encore trop juste physiquement, il va plonger peu à peu et disparaît complètement après la pause. Sarabia l'a remplacé à l'heure de jeu et est entré côté gauche. Il a apporté un peu de punch et des frappes mais n'a jamais réellement su déstabiliser l'arrière-garde adverse.

Mbappé : Faux ailier comme Di Maria mais plutôt attaquant axial qui s'exile sur l'aile gauche, il va surtout faire mal à Rennes par ses accélérations, avec ou sans le ballon. Le malheureux Da Silva à son marquage va subir un calvaire toute la soirée mais le jeune Français va parfois manquer d'expérience, se laissant agripper de façon illicite mais continuant malgré tout ses actions. Mbappé va faire malgré tout pas mal de différences individuelles au final, créant parfois à partir de rien sur son seul coup de reins comme sur cet énorme rush en première période, mais il ne va jamais être décisif pour autant malgré quelques gestes techniques audacieux. Il ne fait donc pas un mauvais match, mais pas vraiment un bon non plus, sans pour autant avoir été aidé par ses partenaires ou le système de jeu.

Cavani : En difficulté d'un point de vue technique sur ses premiers ballons, il claque pourtant dans la foulée une tête superbe qui s'écrase sur le poteau. Intéressant dans certains de ses déplacements, il se loupe de façon grotesque dans la surface sur un contrôle pourtant facile mais se rattrape dans la foulée, marquant un but de renard totalement dans son style. Il donne aussi juste après un ballon intéressant à Mbappé mais sera moins en réussite par la suite. S'il va bien réussir quelques remises plutôt bien vues, ce qui est déjà un progrès par rapport aux semaines précédentes, il va être très dur à trouver dans la zone de vérité durant pratiquement tout le second acte. Pour une équipe qui devait marquer afin de revenir au score, cela reste un souci, même si ce n'est pas que de sa faute.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

jeudi 07 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux