Article 

Le match, l'état d'esprit, les manques, Areola, Neymar, etc, la conf de Tuchel après Rennes/PSG (2-1)

Publié le lundi 19 août 2019 à 1:57 par Philippe Goguet
Après la première défaite de son équipe sur le terrain de Rennes, Thomas Tuchel s'est exprimé face à la presse et a tenté d'expliquer ce loupé. Manque de physique, de précision et insuffisances dans les duels sont notamment pointés du doigt.

Son sentiment après cette défaite :

« C’était le match difficile auquel on s’attendait. Nous n’avons pas tout le monde de disponible et pas avec la capacité de jouer un match comme celui-là, ce qui est normal vu que quelques joueurs ne s'entraînement que depuis deux semaines. Cette phase est normale au mois d’août, on n’est pas à notre meilleur niveau physique et quand on joue contre une équipe physique comme celle de Rennes, qui donne tout et joue avec confiance, dans un match en prime time, c’est normal que ç’ait été compliqué pour nous. Ils jouent de façon serrée, ils courent comme des fous, c'est normal que ce soit compliqué et difficile pour nous. C'était attendu.

On a marqué le premier but, on a contrôlé le match et on a fait des erreurs faciles. Cela peut arriver mais c'était possible de fermer le match après le premier but. Il y a eu 5 à 10 minutes avec beaucoup d'espaces, de récupérations de ballons. On n’a pas montré la faim de finir le match à ce moment-là et, pire, on a encaissé un but avec un 2 contre 1 dans la surface et l'adversaire dos à nous. Normalement, si mes deux Brésiliens (Marquinhos et Thiago Silva) sont à leur meilleur niveau, on ne prend pas ce but. Après 70 minutes, on a vu que c'était difficile de courir pour Rennes, on a réussi à avoir de l'intensité avec le ballon, on était proches de la surface, presque trop, mais on a manqué de qualité et de tonicité pour gagner les uns contre uns offensifs. Dans ces conditions, c’était très difficile de se créer des occasions. Cela peut venir. »

Un problème d’état d’esprit et de combativité plutôt que de physique ?

« Non, pas du tout. Vous n’avez pas posé cette question après le Trophée des champions et le match contre Nîmes (3-0). C’est toujours comme ça après une défaite.. Depuis Manchester United, on manque d'état d'esprit, cela ne marche pas comme ça. Ce sont des matches difficiles. L’an dernier, on a tout gagné mais je me souviens du match à Guingamp (2-1), à Nîmes (4-2), il y avait eu cinq ou six grosses occasions pour les autres équipes et c’était très heureux d’avoir autant gagné. Aujourd'hui, ce n'était pas comme ça ni contre Nîmes. On a eu des difficultés à se créer des occasions, des situations de un-contre-un. Il nous manque de la confiance dans les duels défensifs. Si on joue très haut comme ce soir et qu'on ferme les espaces, ça peut être dur. C’est dommage que (Thilo) Kehrer soit blessé car il était avec nous depuis six semaines, il aurait pu jouer aujourd'hui des deux contres deux vu vu qu'il a fait toute la préparation. Avec Marquinhos et Thiago Silva, on prend beaucoup de risques mais il n'y a pas d'autres choix c’est comme ça. Mais on ne manque pas d'esprit compétitif. »

L’absence de Neymar pèse-telle dans ce résultat ? 

« Il était déjà absent lors du Trophée des champions et contre Nîmes. On manque de résultats aujourd'hui et toutes les questions sont sur lui, mais ce n’est pas le problème. »

Moins de qualité offensive sans Neymar...

Il ne va pas partir sans recrutement, ce n’est pas possible (rire). On ne peut pas le perdre sans recruter, c'est clair ! Et s’il reste, on aura un joueur qui peut gagner des uns contre uns et c'est quelque fois nécesaire. Mais ce n'est pas une surprise pour moi que ce soit un match serré dans cette phase de la saison. C'est difficile de trouver des espaces. On a manqué de capacité d’accélération, de timing. Il y a de petites situations où l’espace s’est ouvert, où on trouve Draxler ou Angel en n°10, mais l’action ensuite n’a pas été décisive. On était là mais pas décisif, on manquait de constance dans nos actions. Peut-être qu'on aurait pu tenir un match nul et le décider après la 70e minute. A 2-1 pour les autres, c'est un peu compliqué. Normalement, nous sommes capables de défendre sur les deux buts et c'est trop facile, avec deux buts en six minutes. Ce n'est pas bien, on s'est rendu les choses compliquées. »

Le match d’Alphonse Areola ? 

« (Il souffle puis répond) Je ne me souviens pas de grand-chose car Alphonse n'a pas eu grand-chose à faire. Je n'ai pas souvenir de grand-chose pour lui. Il y a deux frappes et deux buts, c’est presque tout. On peut perdre un match comme ça dans le foot mais on ne peut pas dire maintenant qu'on manque de tout. On peut gagner le même match mais on manque de plus de tirs. Pour Alphonse, c’est un match normal mais un peu malchanceux. Alphonse titulaire à la fin du du mercato ? Non, je ne peux pas le confirmer tant que le mercato est ouvert. Chaque joueur doit montrer sa qualité, Alphonse aussi. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le moment d’en parler, il ne peut rien faire aujourd'hui. »

Quand le PSG sera-t-il prêt ?

« On ne pouvait pas être au top de nos capacités mais on pouvait jouer mieux qu’aujourd’hui et on doit s'améliorer. Cela commence à peine mais il nous manquait déjà Kehrer, Herrera, Neymar et Kimpembe. Il manque encore de la qualité pour avoir de la concurrence et laisser jouer Thilo avant de finir le match avec Marquinhos ou Thiago Silva vu qu'ils jouent depuis le premier match avec deux ou trois entraînements. On prend beaucoup de risques avec les deux mais ils sont nécessaires pour être compétitif et avoir l'état d'esprit nécesaire. Les choses ne sont pas faciles, tout le monde s’est amélioré en Ligue 1 et en Ligue des champions donc on doit être là. C’est aussi le moment d’être patient et de garder confiance. On ne peut pas tout remettre en question après un mauvais résultat, cela ne marche pas comme ça. »

Plus de pression sur lui cette saison ? 

« Je n'ai pas de pression. Je suis entraîneur, je suis un homme très heureux parce que c’est un cadeau d’être entraîneur. Pour vous aussi je pense, vous avez un hobby et vous travaillez dans le foot. C’est une vie heureuse, sans pression. Je ne sens pas plus ou moins de pression. Il n’y a personne au monde qui se met plus de pression que moi. Je veux gagner chaque match donc je ne ressens pas ça. Mais c’est pareil pour chaque entraîneur, on doit tous gagner. »

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

jeudi 07 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux