Article 

Atal trop cher pour le PSG (LP)

Publié le jeudi 15 août 2019 à 14:02 par Philippe Goguet
Régulièrement cité comme une piste du PSG depuis plusieurs mois, le latéral droit niçois Youcef Atal serait désormais trop cher. Son club en attend plus de 40M€ selon Le Parisien.

Parmi les révélations de Ligue 1 la saison passée, le latéral algérien Youcef Atal n'avait pas mis bien longtemps à taper dans l'oeil du PSG. Auteur d'un gros match au Parc des Princes au printemps, Atal avait vu son entourage rencontrer celui du PSG à plusieurs reprises, et encore il y a quelques semaines après la finale de la Coupe d'Afrique des Nations gagnée par l'Algérie. Pour autant, sa venue au PSG est aujourd'hui compliquée par une donnée simple selon Le Parisien, à savoir le prix du joueur.

Auteur d'excellentes performances sur le flanc droit, le joueur de 23 ans coûte aujourd'hui trop cher pour le club parisien puisqu'il est valorisé à près de 40M€. Il y a peu, son entraîneur Patrick Vieira avait encore rappelé la position de l'OGC Nice sur le sujet et avait été très clair : « Atal et Sarr sont des joueurs qui ne partiront pas.». Sachant que le latéral algérien est sous contrat jusqu'en juin 2023, son club est en position de force et le Gym ne compte pas le lâcher contre un petit montant, d'où ce chiffre de 40M€.

La récente rumeur plaçant Stanley Nsoki dans le viseur de l'OGC Nice avait fait imaginer à certains supporters parisiens un possible échange entre les deux clubs, Paris envoyant Nsoki plus un chèque contre Atal. Aux dernières nouvelles, le Gym s'est surtout rapproché de son ancien arrière gauche Dalbert, en échec à l'Inter Milan ces deux dernières saisons malgré un léger rebond depuis l'arrivée de Conte sur le banc intériste. Si Dalbert arrivait, Nsoki n'irait pas sur la Côte d'Azur et il est aujourd'hui plus proche de Schalke 04 selon nos informations et celles de RMC.



News 

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

mercredi 14 août

mardi 13 août

lundi 12 août

dimanche 11 août

samedi 10 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux