Article 

3 mois après, Neymar a rejoué, marqué, mais pas tout retrouvé

Publié le samedi 7 septembre 2019 à 5:06 par Philippe Goguet
Trois mois après son dernier match, Neymar a retrouvé les terrains sous les couleurs du Brésil face à la Colombie du côté de Miami. Le n°10 a marqué, délivré une passe décisive, mais il a aussi montré ses limites du moment, notamment physiques. Son influence dans le jeu est encore à retrouver, de même que son coup de rein dans les dribbles.

Neymar est revenu sur les terrains et c'est déjà un événement en soi. Trois mois après sa sortie rapide lors d'un match amical contre le Qatar qui allait lui coûter la Copa America sur une blessure à la cheville, ce sont les 90 minutes du match amical entre le Brésil et la Colombie (2-2) que le Brésilien a jouées cette nuit du côté de Miami. Mieux, le n°10 du PSG et de la Seleção a même marqué le but de l'égalisation à 2-2 et délivré la passe décisive de l'ouverture du score. Le Parisien n'a donc pas perdu sa capacité à être décisif, ce qui n'est pas rien après une aussi longue absence.

Une première mi-temps qui sent fort la reprise

Positionné comme ailier gauche, c'est un Neymar collé à la ligne de touche qui commence la partie et les débuts sont tranquilles, même s'il est secoué d'entrée par son adversaire du soir, le solide Stefan Medina. Signe de débuts tranquilles, il faut près de cinq minutes pour voir Neymar faire du Neymar avec un dribble suivi d'une belle ouverture. Le Brésilien entre peu à peu dans son match et se teste. Un premier dribble, une ouverture réussie vers Richarlison sur l'autre qui aboutit à une belle occasions, deux percées.

Assez vite, il apparaît toutefois que le Brésilien est loin de sa meilleure forme. Après un premier dribble, il n'a que rarement le coup de rein pour en placer un second et se fait donc souvent reprendre par ses adversaires. Quand il faut accélérer, c'est franc au début mais cela décélère vite. Lancé vers le but sur une bonne passe en profondeur, il est ainsi facilement rattrapé par Davinson Sanchez qui partait pourtant avec du retard sur lui.

L'exceptionnel talent du Brésilien ne s'exprime que par bribes, lui qui est souvent étouffé dans cette première période, et une constante apparaît surtout : Neymar manque d'influence sur le jeu. La Seleção souffre face à une Colombie bien en jambes et son habituel meneur de jeu ne parvient pas à la porter. Le ballon ne lui parvient que trop rarement et le volume de jeu du joueur est très loin de celui qu'il affiche d'habitude. Neymar brille pourtant par instants : il délivre un corner parfait pour ouvrir le score et voit même... Firmino l'empêcher d'égaliser juste avant la pause d'une frappe bien placée alors que la Colombie a retourné le match.

Une seconde mi-temps plus dans ses standards

 

Sa fin de mi-temps un peu plus réussie avait toutefois laissé deviner un joueur qui va monter en rythme et cela se confirme peu à peu. Le début de seconde période, avec un Medina qui le cartonne d'entrée, est marquée par un positionnement plus haut sur le terrain, aboutissant à quelques hors-jeux. Plutôt que de tenter de faire vivre le jeu alors qu'il n'en est visiblement pas capable, Neymar se concentre sur la zone de vérité et cela paye vite.

A l'heure de jeu, il est présent dans la surface comme un avant-centre pour envoyer au fond des filets une passe parfaite de son ami Dani Alves. Emu par le but, il en ressort surtout comme libéré et le Brésilien redevient alors peu à peu le joueur qu'il est. La Colombie a pris un gros coup sur la tête et Neymar se charge de tenter de la lui mettre sous l'eau. Désormais de nouveau meneur qui vient se placer au coeur du jeu, il éclipse alors totalement Coutinho de l'organisation et fait de plus en plus mal.

Techniquement, le joueur monte en gamme, retrouve des axes de passe qui font mal, provoque balle au pied et crée de plus en plus, bien aidé par des entrants brésiliens plus intéressants que ceux d'en face. Pour le stopper, le jeu se durcit donc et Neymar résiste aux coups. D'abord dans le jeu et pas vraiment antisportifs, ils deviennent carrément méchants quand un Davinson Sanchez désormais en retard le balance dans les panneaux publicitaires de façon douteuse. 

Bien qu'énervé, Neymar va reprendre la partie et va tout tenter jusqu'à la fin pour faire gagner son équipe, claquant des ouvertures ou des enchaînements de belle facture. Il apparaît aussi moins fatigué que les autres, ce qui est à la fois une bonne surprise vu le manque de rythme du joueur mais aussi le résultat d'une certaine logique vu le peu d'entrain qu'il va mettre pour défendre durant la majeure partie du match, seuls quelques sprints bien visibles à la télévision faisant office de travail défensif. Une façon pour lui d'éviter les coups inutiles ? Peut-être, et l'essentiel est ailleurs.

Une première prometteuse, mais pas aboutie

A l'heure de faire le bilan, Neymar a donc signé un bon voire un très bon match de reprise, surtout si l'on considère qu'il a su être décisif à deux reprises et monter en régime au fur et à mesure du match. Mais l'immense joueur qu'est Neymar n'aura pas totalement été lui-même durant pratiquement une heure, ne retrouvant toute son influence que sur la dernière demi-heure quand le niveau physique adverse a baissé.

Le retour est donc largement positif, aussi car sans blessure malgré plusieurs coups reçus, mais Neymar n'est logiquement pas encore à son meilleur. Cela reste déjà très prometteur et le temps va en faveur du Brésilien, enfin redevenu joueur de football.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux