Article 

Mbappé est « au service de Cavani et Neymar » (LP)

Publié le vendredi 18 mai 2018 à 10:38 par Julien Peschaux
En marge de son introduction au musée Grévin, Kylian Mbappé a livré une longue interview au journal Le Parisien dans laquelle il dresse un bilan de sa saison parisienne. Il revient également sur sa place dans le groupe France et ses objectifs pour la Coupe du Monde.

La parole de Kylian Mbappé, à 19 ans, est déjà bien affutée, et le quotidien Le Parisien l’a à nouveau sollicitée pour un long entretien. Celui qui s’impose désormais comme un titulaire en Equipe de France s’est longuement exprimé sur cette première saison pleine avec le PSG et ses objectifs pour les temps à venir. Si Mbappé juge que sur les phases offensives, il doit être « plus tueur devant le but », c’est défensivement qu’il voit sa plus grande marge de progrès : « il y a du travail », commente-t-il, même s’il pense qu’il a « beaucoup progressé », pour lui « ce n’est pas encore ça pour le très haut niveau. ». Il estime que le problème vient du fait que les autres ont toujours joué pour lui dans les équipes de jeunes, mais que maintenant c’est à son tour de jouer pour Neymar et qu’ « il faut se mettre au diapason », même si cela ne lui pose pas de problème : « cela s’apprend et j’ai cette envie. ».

Aujourd’hui, Kylian se place « au service de Cavani et Neymar », mais il est déjà affirmatif et résolu sur le fait qu’un jour la situation sera différente et que l’on dira : « Tu donnes le ballon à Kylian, c’est Kylian qui marquera les buts », même s’il s’estime plutôt « altruiste de base ». Quant à son record de précocité en Ligue des Champions (il a déjà inscrit 10 buts à moins de 19 ans et c’est le premier joueur dans ce cas), il apprécie, mais considère que ce n’est que « le commencement » et qu’il n’est pas encore arrivé là où il voudrait être, « au sommet », même si le public, selon lui, a parfois, à tort, tendance à le penser.

S’il échangerait volontiers un potentiel Ballon d’Or contre « une Coupe du monde ou une Ligue des Champions », se proposant même en riant de « le livrer en plus », il reste malgré tout déçu par l’élimination cette année en Ligue des Champions par le Real Madrid, « un point noir », comme il le décrit, en dépit du fait qu’il ne faille pas « faire notre bilan uniquement sur la Coupe d’Europe ». Que ce soit cet été en sélection ou l’année prochaine en club, les défis à venir sont donc très nombreux et excitants pour le jeune Parisien.

Outre le PSG, Kylian Mbappé a également abordé la Coupe du monde. Hier, Didier Deschamps annonçait qu’il serait bien présent en Russie, une surprise pour personne, et le natif de Bondy l’a appris, comme nous le narre Le Parisien, simplement en regardant son smartphone. Au terme d’une première saison réussie sous le maillot du PSG (21 buts et 11 passes décisives, toutes compétitions confondues), il a paru naturel à tout le monde, en dépit de son âge précoce, que le jeune Kylian fasse partie de l’aventure en Russie.

Si sa participation au Mondial est «un rêve qui va se réaliser », le jeune attaquant parisien insiste sur la nécessité du collectif pour réussir : « on doit parvenir à créer une équipe », déclame-t-il, peu enclin à se reposer uniquement sur « une somme de talents ». C’est seulement à cette condition pour lui que les bleus pourront  « aller le plus loin possible ». Son rôle technique sur le terrain ne lui a pour le moment pas été imposé, selon ses dires, Didier Deschamps lui laissant « une liberté de mouvement » : ayant « commencé dans l’axe » avant de jouer « à gauche puis à droite », le sélectionneur ne le pousse pas à choisir immédiatement où il doit se fixer, ce qu’il apprécie.

Celui qui a déjà marqué trois buts avec les Bleus ne se considère pas comme un « taulier », mais plutôt comme « un jeune joueur qui pousse et qui essaie de gagner sa place ». Interrogé sur sa relation sur le terrain avec Antoine Griezmann, il estime que « des affinités commencent à se créer et des automatismes aussi », pour le bien de l’Equipe de France, même s’il ne voit pas la phase de poule à venir comme « aussi abordable qu’on veut nous le faire croire » et qu’il faudra que la France joue à son « niveau pour se qualifier ».



News 

Aujourd'hui

samedi 22 septembre

vendredi 21 septembre

jeudi 20 septembre

mercredi 19 septembre

mardi 18 septembre

lundi 17 septembre

dimanche 16 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux