Article 

Nkunku, le petit à la porte des grands

Publié le samedi 28 novembre 2015 à 15:16 par Philippe Goguet
Joueur à l'allure fluette, le jeune milieu relayeur du PSG Christopher Nkunku (18 ans) est pourtant à la porte de l'équipe première. Sans faire de bruit, il a fait son trou.

D'ailier à relayeur, l'enfant s'épaissit

S'il est un joueur qui fracasse tous les stéréotypes de la formation à la française, c'est bien lui. Arrivé de Fontainebleau au PSG en 2010, Christopher Nkunku est alors un enfant des plus chétifs, tout petit gabarit doué techniquement. Il intègre l'INF Clairefontaine tout en jouant avec le centre de préformation du PSG le week-end, comme le cursus le veut, et joue alors la plupart du temps milieu offensif droit. Fin balle au pied, dribbleur habile, il brille déjà par sa capacité à distribuer des passes décisives, tant dans le jeu que sur coups de pieds arrêtés. Titulaire en U14 et en U15, il intègre logiquement le centre de formation du PSG à l'été 2012. A l'époque, le PSG met à jour son site internet et Nkunku affiche 1,59m sous la toise, une taille que certains vont lui accorder jusqu'à l'été dernier alors que le jeune homme mesure désormais près de 20 centimètres de plus. 

Car, petit à petit, et au fur et à mesure qu'il se recentre sur le terrain, le frêle Nkunku s'est épaissi et a mûri, tant physiquement que dans son jeu. Ses deux entraîneurs en U17, Laurent Bonadéi puis François Rodrigues, le transforment petit à petit d'ailier dribbleur en milieu relayeur. Le profil du joueur change en même temps que son physique, même s'il reste à ce moment-là un joueur souvent dominé physiquement dans les duels, l'obligeant à jouer avec d'autres armes. L'apprentissage de ce nouveau poste ne se fait pas sans heurts et il offre par exemple le but du break à l'OL en finale du championnat de France U17 2014 (1-3) sur une passe en retrait malheureuse. 

A l'époque, il est un joueur parmi d'autres de la génération 1997 et d'autres sont même en avance sur lui. Augustin marque plus de buts, Labissière fait plus de coups d'éclat, Ballo plus de différences balle au pied et Epaillard est le réel régulateur du milieu. Pour autant, « Christo » progresse et s'affirme petit à petit. En U19, quand certains peinent à franchir le cap, lui y arrive sans mal et s'impose vite comme un titulaire dans l'équipe dirigée par Laurent Bonadéi. Bien que joueur de première année, il finit la saison avec près de 25 titularisations et quelques apparitions en Youth League. Avec pas loin de 20 passes décisives dans la saison, il s'affirme comme un joueur capable d'être décisif, bien que rarement buteur. Il est devenu celui que son agent décrit aujourd'hui dans Le Parisien, un milieu relayeur avec « une qualité de passe au-dessus de la moyenne et une excellente vision du jeu. »

Un été chez les pros pour s'affirmer

C'est durant cette saison 2014/2015 qu'il s'affirme réellement comme un bel espoir du club, passant d'un jeune qui finissait rarement les matches à un de ceux sur lesquels on compte pour faire la différence. Pour autant, et si sa progression est toujours aussi régulière, il n'apparaît pas comme le crack de l'équipe et signe de façon logique au printemps dernier un contrat de stagiaire, là où des jeunes de la même génération se voient proposer des contrats professionnels (Augustin ou Ballo notamment). Un peu à la surprise générale, notamment vu son âge et les divers contrats professionnels accordés par le PSG durant l'été, il est même retenu dans le premier stage d'avant-saison de l'équipe professionnelle.  

Le groupe qui part en stage est constitué d'énormément de jeunes et c'est à ce moment-là que Nkunku tire son épingle du jeu. Il passe devant l'autre jeune milieu relayeur retenu, Roli Pereira de Sa, alors que ce dernier vient pourtant de signer son contrat professionnel. Quand Roli brille par sa capacité à briser des lignes balle au pied, c'est le sens du jeu de Nkunku qui plaît à Blanc, le plus jeune des deux s'intégrant parfaitement dans sa philosophie de jeu. Lors du match amical contre les modestes Autrichiens du Wiener SK, il parvient à s'immiscer dans le collectif tout en jouant sa propre carte avec son jeu vers l'avant et sa capacité à faire jouer les autres aussi bien qu'à s'engouffrer dans les espaces. Après l'Autriche, il fait logiquemenet partie des trois heureux élus qui partent faire la tournée américaine des pros et joue notamment contre le Benfica ou Manchester United, répondant largement aux attentes alors qu'il n'a que 17 ans et un réel déficit physique par rapport à des professionnels aguerris.

Une saison où tout lui réussit

A son retour en France, il quitte le groupe professionnel mais intègre directement le onze titulaire de la réserve, une perspective qui semblait encore lointaine à peine quelques mois plus tôt. L'intégrer n'est pas une finalité et il faut encore répondre aux attentes, ce que Nkunku réussit parfaitement. Dans le 4-3-3 de Laurent Huard, il occupe un poste clé dans la création du jeu comme milieu relayeur et réussit de bonnes performances. A l'occasion de la Youth League, il retrouve ses partenaires des U19 et réussit là aussi des bons matches. Contre le Real Madrid, le choc de la poule, il marque deux buts, délivre une passe décisive et est impliqué sur le 4ème but du triomphe parisien (4-1). 

Ce match face à Madrid est d'ailleurs probablement celui qui résume mieux le Nkunku actuel, rempli de confiance et à qui tout réussit. En première période, c'est lui qui délivre sur corner un excellent ballon à Eboa-Eboa sur l'ouverture du score. C'est encore sur coup de pied arrêté, une de ses grandes forces, qu'il marque le second but avant d'inscrire le troisième d'une frappe superbe. En fin de match, il est impliqué à la fois au début et à la conclusion du dernier but dans une action qui remonte déjà le fil de sa carrière, entre dribble, percussion, vision du jeu et mise en avant du collectif. Son match est accompli mais souligne aussi ses axes de progression. C'est son partenaire Roli Pereira qui a porté le jeu plus que lui ce jour-là, le premier assurant le tempo et Nkunku les accélérations. Dans les contacts, il a encore été bougé mais c'est bien logique pour un garçon de 17 ans dont certains partenaires avaient presque deux ans d'écart avec lui ce jour. 

Aujourd'hui, Nkunku est pour la première fois dans le groupe des professionnels pour un match officiel et le rêve éveillé continue pour le joueur. José-Karl Pierre-Fanfan, son agent que l'on voit souvent au Camp des Loges, décrit un joueur « qui garde une forme d’insouciance et ne se rend pas vraiment compte », tout s'étant soudainement accéléré pour le jeune milieu. Mercredi, sur la pelouse de Malmö, il jouait en Youth League et allait plus loin que les mots avec un de ses partenaires suite à une passe loupée. Bien que largement moins massif que l'autre protagoniste, Nkunku a élevé le ton, signe d'un caractère qui commence à s'exprimer, lui dont la discrétion a souvent été une marque de fabrique durant sa formation. Si le coach sanctionnera les deux bélligérants en les sortant du terrain, on a passé l'éponge du côté de Paris. Et Nkunku a déjà repris sa marche en avant, régulière et logique, comme depuis toujours. Le jeune homme fluet et discret s'est glissé jusque dans le vestiaire des pros, à lui de continuer à grandir pour ne plus en sortir.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 29 novembre

samedi 28 novembre

vendredi 27 novembre

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux