Article 

Les détails du contrat de Ben Arfa au PSG dévoilés

Publié le jeudi 17 octobre 2019 à 10:12 par Jean Chemarin
Le conseil des Prud'hommes de Paris a reçu mercredi les représentants d'Hatem Ben Arfa et du PSG pendant plus de trois heures. Le joueur, qui réclame environ 8 M€ à son ancien employeur, était présent et a témoigné à la barre. Les détails de son contrat parisien ont aussi été dévoilés au cours de l'audience.

Pour avoir été privé de matches d'avril 2017 à juin 2018, injustement selon lui, Hatem Ben Arfa a attaqué le PSG en justice et une audience avait lieu mercredi au conseil des prud'hommes de Paris, en présence des avocats des parties et du joueur, ainsi que de nombreux journalistes, qui ont pu rapporter le contenu de la séance. On sait ainsi exactement combien le joueur de 32 ans, actuellement sans club, réclame à son ancien employeur et combien il gagnait au PSG.

Ben Arfa réclame 7,75 M€ au PSG

Comme rapporté par L'Equipe dans son édition du jour, HBA réclame ainsi 6,36 M€ de dommages et intérêts pour des primes individuelles non perçues, 700 000 € pour des primes collectives, 590 000 € pour des primes équipementiers, ainsi que le paiement de deux jours de salaires et de sa prime d'éthique de décembre 2017 pour environ 100 000 euros, soit au total, 7,75 M€. Un montant auquel il faut ajouter un euro symbolique de dommages et intérêts pour «harcèlement moral».

Après avoir écouté les plaidoiries de ses avocats et de ceux du PSG, Ben Arfa a glissé quelques mots à la barre : «Tous les joueurs étaient surpris que je ne joue pas, y compris Neymar, parce que j'étais très performant à l'entraînement. Mais après la conversation avec l'émir du Qatar, je n'ai plus jamais joué». Juste avant lui, son avocat était revenu sur cette fameuse scène d'avril 2017 où Ben Arfa avait glissé à l'émir du Qatar, en visite au Camp des Loges, qu'il était heureux de pouvoir lui parler, car il n'arrivait pas à le faire avec son président. Une boutade selon le joueur, qui jouait déjà peu à l'époque, que Nasser Al-Khelaïfi avait très mal vécu et qui expliquerait, selon HBA, pourquoi il a été écarté ensuite.

«Tout le monde sait qu'il ne s'entraîne pas assez, qu'il fait semblant»

Une version contestée par l'avocate du PSG, maître Marie-Hélène Cohen-Guilleminet, qui a surtout avancé des arguments sportifs : «Le PSG n'a pas manqué à ses obligations en ce qui concerne la non-sélection du joueur, qui a été décidée en raison de défaillances à l'entraînement et de ses faibles prestations sportives. Tout le monde sait qu'il ne s'entraîne pas assez, qu'il fait semblant», a-t-elle lancé, évoquant notamment le surpoids supposé du joueur lors des reprises.

L'avocate du PSG a également ajouté qu'il aurait très bien pu quitter le club à l'été 2017 : «Quand un joueur n'a plus sa place dans un club, soit il décide de rester, soit il pense à sa carrière et il cherche du temps de jeu ailleurs. Apparemment, ce n'était pas la préoccupation de Ben Arfa». Ce a quoi a répondu le joueur : «On m'a dit "tu vas céder, tu vas péter les plombs" mais je n'ai pas peur de l'adversité. Je suis resté parce que j'étais convaincu que j'allais jouer. C'est une affaire de principe pas d'argent.»

Ben Arfa touchait 500 000 euros brut par mois, prime d'éthique comprise

En parlant d'argent, cette audience a été l'occasion d'en savoir plus sur les détails économiques du contrat de Ben Arfa au PSG. Signé le 1er juillet 2016 pour deux saisons, ce dernier prévoyait ainsi un salaire mensuel brut de 500 000 euros par mois, avec une rémunération forfaitaire de 425 000 euros et une prime d'éthique de 75 000 euros. Cette dernière était conditionnée à certains objectifs et a été refusée au joueur une fois, en décembre 2017 suite à son absence au stage au Qatar. Absence qu'il avait justifiée par une gastro, la faisant constater à l'hôpital, ce que le club n'a pas pris en compte, affirmant n'avoir reçu aucun certificat médical de contre-indication.

Ben Arfa pouvait également prétendre à une prime individuelle de 2,12 M€ chaque semestre s'il jouait au moins 60 % des matches du PSG (titularisations et entrées en jeu comprises). Une prime qu'il n'a touché que lors de son premier semestre au PSG, mais pas lors des trois suivants, ce qui explique pourquoi il réclame notamment 6,36 M€. L'accord signé entre le PSG et le joueur prévoyait aussi une prime collective annuelle, qu'Hatem Ben Arfa n'a pas touchée lors de sa seconde année au PSG et qu'il réclame. Lors de la saison 2017-2018, celle-ci «pouvait atteindre 416 000 euros au maximum» s'il disputait 10 matches sur au moins huit mois, a précisé Me Marie-Hélène Cohen-Guilleminet, l'avocate du club.

Fort de tous ces éléments, le conseil des Prud'hommes devra trancher. Sa décision est attendue pour le 16 décembre prochain.

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

jeudi 14 novembre

mercredi 13 novembre

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux