Article 

Bilan, avenir, Tuchel, mercato, Fair-play Financier, Al-Khelaïfi fait le point

Publié le dimanche 20 mai 2018 à 11:17 par Philippe Goguet
Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi vient de se livrer à son traditionnel bilan de fin de saison dans la presse et il l'a cette fois-ci fait dans les colonnes de L'Equipe. Il aborde forcément tous les thèmes du moment, entre bilan de la saison d'Emery et projection vers la saison prochaine qui marquera le début de l'ère Tuchel.

Un bilan satisfaisant

C'est entre le dernier match d'Emery à Caen et la présentation officielle de Thomas Tuchel ce dimanche soir que Nasser Al-Khelaïfi a fait son bilan de la saison dans les colonnes de L'Equipe et celui-ci est bon à son goût : «Je suis très satisfait avec ces quatre titres. C’est une incroyable performance, on a fait un grand travail pour gagner quatre titres nationaux pour la troisième fois en quatre ans. On est très satisfaits, sauf sur la Ligue des champions bien sûr.»

Concernant la C1, il évoque justement «une compétition difficile où beaucoup de facteurs entrent en jeu, comme le tirage au sort » mais aussi «la chance pendant le match » à Madrid ou encore la blessure de Neymar qui «a eu un gros impact, comme l’expulsion de Verratti en cours de match.» Après avoir mis en avait le fait «que l’on n’a pas de chance au tirage », il insiste sur la patience : « Il faut du temps pour la gagner, le PSG est un jeune club. [...] La C1, c’est vraiment dur, ça dépend de tellement de choses : les blessures, le tirage au sort, l’arbitrage. Mais chaque année qui passe, j’ai de plus en plus confiance. On gagne en expérience, on apprend de nos erreurs, les joueurs aussi. Mais il faut du temps.»

Le futur avec Tuchel, Rabiot, Cavani, Areola et Henrique

Après s'être une nouvelle fois plaint de l'arbitrage et demandé «plus de respect des arbitres», le président passer à la fin de l'ère Emery, «un gentleman» à qui il «souhaite le meilleur pour le futur.» Mais le PSG avait «besoin de nouveauté, aussi bien pour lui que pour nous ». Concernant Tuchel, «il est ambitieux comme nous et aime un football spectaculaire et offensif. Il a une forte personnalité et beaucoup de rigueur dans le travail. Il est jeune (44 ans), c’est l’un des meilleurs sinon le meilleur. D’autres grands clubs le voulaient. Il est motivé. [...] Il a les qualités pour faire grandir le club. Il est là pour le long terme. Sa philosophie nous plaît.»

Le président va aussi revenir sur son arrivée alors que la rumeur dit que c’est le frère de l’émir, Joaan, qui serait à l’origine de son arrivée : «(Rires). C’est une blague. Cheikh Joaan est un ami proche, mais il n’intervient jamais sur le club. Pour être très clair, j’ai proposé le nom de Tuchel. J’en ai parlé avec Antero Henrique. Au club, il y a un propriétaire, je suis le président, il y a un directeur sportif et un coach. Les choses sont claires.»

Al-Khelaïfi passe ensuite au mercato et tout le monde va rester, ou presque. Outre Neymar, Cavani est aussi attendu à Paris : «Il s’est exprimé après la finale de la Coupe de France et a dit qu’il était heureux et voulait rester.[...] C’est un grand joueur, un bagarreur, le meilleur buteur de l’histoire du club. Il va rester.» Rabiot ? «Il est là, je suis sûr qu’il va rester. Il a été formé chez nous. Il n’a pas l’idée de quitter le club et je serais très choqué qu’il le fasse. Je ne pense pas qu’il ait ça en tête.» Idem pour Areola : «Il est notre numéro un… La saison prochaine aussi ? Oui, pour sûr.» Et ce malgré un Buffon dont il est «sûr que tous les clubs le veulent…»

Une précision se glisse toutefois en fin de phrase sur le recrutement : «On va en parler avec le coach et on verra aussi qui vendre.» Le président va aussi conforter Antero Henrique au moment d'évoquer Arsène Wenger : «Arsène, je ne sais pas ce qu'il va faire mais il va avoir beaucoup d'offres. Aujourd'hui, le directeur sportif, c'est Antero Henrique et il va rester.» Pas de Wenger à l'horizon si on en croit le président, celui-ci expliquant aussi qu'il est «très content avec Antero, il fait un très bon travail.»

Offensif sur le Fair-Play Financier

Arrive alors la dernière partie de l'interview, celle à propos du fair-play financier. Et le président du PSG est offensif : «Premièrement, on a toujours suivi les règles. C’est vrai que l’UEFA est très dure dans les discussions et parfois même injuste. Pour moi, honnêtement, ce serait surprenant, anormal et scandaleux d’être sanctionné. On n’a rien fait de mal [...] les gens savent d’où vient notre argent, nous n’avons pas de dettes, nous avons des garanties. D’autres clubs dans d’autres Championnats étrangers ont des dettes. Si vous allez en Espagne par exemple, il y a beaucoup de clubs endettés »

Après cette charge sur un Javier Tebas dont il ne dira pas le nom, le présidént va mettre en avant le fait que «le PSG a permis l’arrivée de nouveaux investisseurs en Ligue 1» et dévoile des sponsors à venir : «Il y en aura des nouveaux. On est en discussions avec Nike, et il y aura bientôt un nouvel accord. Avec Emirates (sponsor maillot), il y avait une exclusivité pour le maillot qui s’est achevée et on parle avec d’autres candidats désormais.» 

Si Emirates ne sera donc plus forcément là, lui le sera comme il l'explique en conclusion : «J’aime ce que je fais, je ne m’arrêterai pas avant de gagner la Ligue des champions (sourire). »



News 

Aujourd'hui

mercredi 20 juin

mardi 19 juin

lundi 18 juin

dimanche 17 juin

samedi 16 juin

vendredi 15 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux