Article 

Date de retour, rumeurs de départ : nouvelles polémiques autour de Neymar

Publié le vendredi 20 avril 2018 à 13:15 par Julien Peschaux
Alors que les spéculations et la confusion vont bon train en France sur la date de retour sur les terrains de Neymar, un vent de rumeurs souffle sur l’Espagne par la presse à propos d'une possible volonté du joueur de quitter le PSG cet été.

Une date de retour objet de nombreuses déclarations

Voilà le Brésilien le plus cher de l’histoire du PSG revenu au centre de toutes les conversations. Quand reviendra-t-il ? A-t-il vraiment envie de revenir à Paris ? Les interrogations, les doutes et les rumeurs réapparaissent quant au futur proche et moins proche de l’attaquant vedette de la Seleção. Le Parisien revient sur la « petite option » qu’a évoquée Emery concernant un possible retour avant la fin de l’exercice 2017/2018 de Ligue 1 ; pour un chirurgien orthopédiste, Christophe Cermolacce, contacté par le journal, Neymar devrait pouvoir à nouveau toucher le ballon « entre fin avril et début mai », ce qui laisse donc potentiellement une chance pour revoir le Brésilien à Caen le 19 mai, date du dernier match parisien de la saison.

Alors que le père du joueur donne un avis contraire à un retour proche (« le PSG sait qu’il ne pourra pas compter sur mon fils pendant au moins six semaines »), Emery se retrouve, comme bien souvent, seul à espérer et communiquer sur le sujet, envoyé au front, à l’image de l’imbroglio autour de la fameuse « fissure » et autres diagnostics contraires du mois de février. La seule certitude aujourd’hui, c’est qu’une dernière série d’examens aura lieu le 17 mai, pour donner le feu vert définitif, notamment pour une participation du joueur à la Coupe du Monde.

La rumeur d'un départ ressurgit en Espagne

Mais ce ne sont pas les seuls doutes qui entourent la star (encore) parisienne. La rumeur d’une volonté du joueur de quitter le club parisien dès cet été rôde, fondée, comme décrite par El Pais, sur le refus du joueur de couper court aux rumeurs qui l’envoient ailleurs dès la saison prochaine. Non, il ne dira pas publiquement qu’il veut rester à Paris la saison prochaine. Et oui, comme le souligne Marca, le PSG peut « se méfier » de Neymar. Et Nasser est dans tous ses états.

L’épisode de la photo Instagram le montrant en train de jouer au Poker le soir du match du titre, remporté 7-1 contre Monaco, est évidemment passé par là, comme la prolongation du séjour du joueur au Brésil, perçue des deux côtés des Pyrénées comme une volonté du joueur de ne pas revenir à Paris. Et vient la fameuse arlésienne de la clause de départ de Neymar. Selon El Pais, elle ne serait valable qu’à partir du 1er septembre 2018 et serait basée sur les résultats personnels (Ballon d’Or) et collectifs (résultats en Ligue des Champions) du joueur et du club.

Ne s’élevant pas à moins de 300 millions d’euros, elle empêcherait théoriquement le joueur à partir dès cet été. Pour un proche du club « depuis des décennies » contacté par El Pais, Neymar n’a plus qu’à « communiquer qu’il veut partir » pour que le processus de départ du joueur s’enclenche. Les doutes se seraient donc emparés des dirigeants du PSG qui « suspectent » maintenant Neymar de ne pas vouloir faire une saison de plus en France, refroidi, notamment, par le temps « humide » de la capitale parisienne.

De son côté, le club parisien a toujours affirmé qu'aucune clause n'existait dans le contrat de Neymar, une vérité qui a souvent été contredite par les médias espagnols mais aussi brésiliens, et ce dès la signature de Neymar au PSG. Et si beaucoup de suppositions sont faites dans les articles du jour et que Paris est ferme concernant l'avenir de son joueur durant le mercato estival à venir, il semble surtout ressurgir des articles français et espagnols du jour que c'est le joueur et pas le club qui dictent le timing des événements, comme à Barcelone l'été dernier.



News 

Aujourd'hui

lundi 15 octobre

dimanche 14 octobre

samedi 13 octobre

vendredi 12 octobre

jeudi 11 octobre

mercredi 10 octobre

mardi 09 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux