Article 

Di Maria : «J'ai toujours couru pour les stars»

Publié le mercredi 12 juin 2019 à 11:30 par Jean Chemarin
A quatre jours de l'entrée en lice de l'Argentine dans la Copa América, face à la Colombie, Angel Di Maria a raconté dans la presse argentine son bonheur de retrouver l'Albiceleste. El Fideo est aussi revenu sur sa belle saison au PSG, sa complicité avec Leo Messi et son sens du sacrifice.

Un an après son dernier match avec l'Argentine, Angel Di Maria va reporter le maillot albiceleste au Brésil lors de la Copa América. Préservé face au Nicaragua en amical samedi dernier, le milieu offensif parisien est candidat à une place de titulaire dimanche face à la Colombie, lui qui pourrait atteindre au pays de Neymar la barre des 100 sélections avec l'Argentine (il en compte pour le moment 97). Dans un long entretien accordé à la Nacion, Angel Di Maria est revenu sur sa saison parisienne, marquée notamment par 19 réalisations et 17 passes décisives.

«Ce fut l'une de mes meilleures saisons en Europe, peut-être la meilleure même. Elle me rappelle une autre, à Madrid, quand j'avais été élu meilleur passeur d'Europe, en 2014. Mais en comptant les buts et les passes décisives, c'est la meilleure, oui», a confié Di Maria, avant de reconnaître que les choses auraient pu se passer différemment pour lui cette saison : «Et dire que j'ai pensé à quitter le PSG à cause des joueurs qu'il y avait... Je me sentais capable d'être titulaire, mais il y avait tant de noms qu'il fallait en sacrifier un. C'est ce qui m'est arrivé avec Unai Emery, et j'ai dû prendre sur moi, mais comme je voulais revenir en sélection, il fallait que je joue absolument.»

Di Maria fait là allusion à l'été 2017 durant lequel il avait été tout proche de filer au Barça dans les dernières heures du mercato. Il était finalement resté au PSG, malgré les recrutements de Neymar et Mbappé et avait réussi à tirer son épingle du jeu, grâce notamment à la blessure du Brésilien, bouclant la saison 2017-2018 avec 45 matches au compteur, 21 buts et 12 passes décisives. Mais c'est surtout l'arrivée de Thomas Tuchel au PSG l'été dernier qui a changé la donne pour lui : «J'ai parlé avec le nouveau coach, Tuchel, et il m'a dit qu'il comptait sur moi. Cela m'a donné de la confiance et je crois que ça s'est vu cette saison».

«Les stars, ce sont les autres»

Toujours dans les colonnes de La Nacion, Di Maria a ensuite été invité à établir un classement des meilleurs joueurs avec lesquels il a évolué durant sa carrière : «Je ne vais pas mettre le "nain" (surnom de Messi), car c'est un extraterrestre et déjà le meilleur de l'histoire. Je ne peux le comparer avec personne. Je crois que Cristiano est le suivant sur la liste, après il y a Zlatan, Rooney, puis Ney, Kylian (Mbappé). Et je pourrais continuer avec Sergio Ramos, Casillas. Jamais ne n'aurais imaginé jouer avec de tels joueurs. D'un autre côté, je crois que tout ce que j'ai accompli, je l'ai accompli car je n'ai jamais arrêté de rêver, sans perdre de vue pour autant que les stars, c'était les autres.»

Et Di Maria d'évoquer ensuite son sens du sacrifice et son altruisme : «On m'a souvent demandé comment je faisais pour bien m'entendre avec Cristiano, Neymar, Mbappé, ou avant avec Zlatan, qui se battait avec tout le monde d'habitude. La réponse est simple : j'ai toujours couru pour eux, parce que je les ai toujours considérés au-dessus de moi, parce que j'ai toujours rêvé de jouer avec eux et quand j'en ai eu la possibilité, j'ai toujours essayé de faire en sorte qu'ils se sentent à l'aise avec moi. Je me suis toujours proposé de courir pour eux, car les stars ne courent pas, ou très peu. Les stars sont là pour recevoir le ballon et te faire gagner le match. Donc s'il faut courir pour elles, il faut le faire, c'est comme ça.»

Et en parlant de star, Leo Messi est donc la plus grande selon lui. Dans un entretien à Olé cette fois, Di Maria est revenu sur son transfert avorté au Barça : «J'aime jouer avec le "nain". Les choses qu'il fait, c'est unique, impossible à expliquer. L'autre fois, à l'entraînement, Acuña a fait un centre qui était impossible à réceptionner et Messi a réussi en faisant un ciseau et a marqué. Là, tu hallucines. Aucun de nous ne peut faire ça à part lui. C'est pour ça que quand je suis en sélection, j'en profite. J'ai eu l'opportunité d'aller au Barça, mais ça ne s'est pas fait. Et la vérité, c'est que si j'y étais allé, ça aurait aussi été pour être avec lui, pour le voir au quotidien... Quand il prend le ballon, je ne suis qu'un spectateur de plus.»

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

vendredi 18 octobre

jeudi 17 octobre

mercredi 16 octobre

mardi 15 octobre

lundi 14 octobre

dimanche 13 octobre

samedi 12 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux